LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

Soutenez Utopia Palmer

COLOCS DE CHOC

Écrit et réalisé par Élodie LÉLU - Belgique 2024 1h37 - avec Olivier Gourmet, Fantine Harduin, Hélène Vincent, Émilie Dequenne...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

COLOCS DE CHOC« Yvonne, t’as vraiment cramé tous tes soutifs ? » – « Ben oui et alors ? J’ai libéré mes seins. Tu ferais bien d’en faire autant ! ». Pas vraiment la réponse que Manon, adolescente de 16 ans introvertie, attendait de la part de sa grand-mère Yvonne. Réponse qui va la laisser bouche-bée parce qu’en fait, elle ne la connaît pas trop, cette grand-mère maternelle. C’est vrai que depuis le décès de sa mère lorsqu’elle était toute petite, elle n’avait que des nouvelles par-ci, par-là. C’est un coup de fil reçu en pleine nuit qui va changer la donne. Laurent, le père de Manon, doit aller récupérer une Yvonne un peu désorientée, qui a été surprise à faire ses courses au supermarché à 3h du matin ! Le diagnostic ne tarde pas à tomber et n’est pas vraiment une surprise : Alzheimer. Décision est prise : Laurent et Manon, en attendant qu’une place se libère dans un centre de soins adapté, viendront vivre dans la maison d’Yvonne pour s’occuper d’elle. Laurent est persuadé que la cohabitation va être difficile parce qu’Yvonne n’a jamais supporté les mecs, elle les a tous virés de chez elle et de sa vie : pas indispensables et encombrants.
En arrivant dans cette nouvelle maison tout en foutoir, Manon va apprendre que sa grand-mère était une grande militante féministe, avocate qui défendait les causes des femmes, créait des affiches et des pancartes aux slogans pas piqués des vers, maintenant entassées dans des cartons. C’est en découvrant tous les soutiens-gorge mis au rebut dans le barbecue au fond du jardin que Manon va prendre conscience de cette ferveur qui anime encore Yvonne. Ferveur qui va commencer petit à petit à infuser chez l’ado.
Mais la situation va se corser un peu plus lorsque Yvonne commence à prendre Manon pour sa fille disparue. Étonnamment, Manon va entrer dans le délire de sa grand-mère, se rendant compte que ça lui fait du bien. La jeune fille s’entête face à son père, qui trouve que c’est une idée tordue : elle joue ainsi le rôle de sa propre mère qu’elle n’a presque pas connue et va découvrir la véritable histoire des femmes de sa famille… dont elle est l’héritière.

Pour écrire Colocs de choc, la réalisatrice Élodie Lélu s’est inspirée de sa propre histoire : lorsqu’elle avait 16 ans, sa grand-mère a développé la maladie d’Alzheimer. « Plutôt que de sombrer dans la tragédie, nous avons choisi l’humour : l’excentricité ferait désormais partie de notre quotidien. Quand ma grand-mère a commencé à nous confondre les uns avec les autres, on a décidé de ne pas la contredire et de jouer les personnes qu’elle voulait qu’on soit. Cette approche a eu un impact positif sur sa maladie. Au lieu de se replier sur elle-même, elle a continué à communiquer avec nous, elle n’avait pas peur de dire des inepties et je crois que ça l’a vraiment libérée. Nous sommes entrés dans son monde, quitte à parfois nous perdre. » Au-delà du bienfait avéré de cette approche, nous assistons au profond changement dans l’attitude de Manon. En jouant le rôle de sa mère, l’adolescente découvre sa sensualité et ses possibilités d’émancipation. Elle prend conscience de son pouvoir de séduction, de son désir et de sa propre personnalité : toutes ces étapes la mènent à embrasser le féminisme qui restait pour elle un vague concept. La maladie de sa grand-mère devient ainsi un véritable catalyseur qui lui permet de mûrir, de s’épanouir et de devenir femme.
On rit, on est ému et touché par ce trio bancal et fantasque porté par de superbes interprètes. Ce Colocs de choc, dont le titre ne nous attirait guère, s’est avéré une très belle surprise !