UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de la...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

À LA VIE À LA MORT
Quelle joie de se retrouver sous les étoiles hier à Berat, en Haute-Garonne!Expo, rencontre et ciné avec Nevada. Quel bonheur.Déjà 200 personnes pour les prémisses d’un nouveau lieu vivant et pluridisciplinaire co animé par les habitants. Ce sont les premières festivités de l’été d’Utopia et du ...

LES AMANTS

Louis MALLE - France 1958 1h31mn - avec Jeanne Moreau, Jean-Marc Bory, Judith Magre, Alain Cuny... Scénario de Louis Malle, d’après le roman Point de lendemain, de Vivant Denon, dialogues de Louise de Vilmorin. Assistant-réalisateur : Alain Cavalier - Musique : Johannes Brahms.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES AMANTSJeanne Tournier, 30 ans, s’ennuie. Elle vit dans le luxe et l’oisiveté, auprès d’un mari, directeur d’un grand journal, qui l’indiffère, entourée d’amies qui ne l’intéressent guère plus, courtisée par des fats et des bellâtres. Elle va rencontrer, au hasard d’une panne de voiture, un jeune archéologue qui est aux antipodes de son univers. Ils vont devenir amants, naturellement, passionnément...
Le film fit scandale à l’époque de sa sortie, prétendument pour ses scènes d’une audace érotique peu courante à la fin des années 50, mais probablement bien davantage pour sa célébration de la liberté d’action d’une femme qui ne veut pas se soumettre aux conventions donc au carcan de son milieu, et pour sa vision féroce de la bourgeoisie française et de sa morale faisandée.