UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Solidarité et partage de liens !
En raison des mobilisations agricoles qui ont lieu en ce moment dans toute la France, nous mettons notre documentaire Tu nourriras le monde en ligne en accès libre sur notre site internet : https://parolesdepaysans.wixsite.com/parolesdepaysans/tu-nourriras-le-monde Et sur youtube : https://www.y...

SÉANCES BÉBÉS
  Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pou...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de la...

Soutenez Utopia Palmer

LE SOUFFLE AU COEUR

Écrit et réalisé par Louis MALLE - France Italie RFA 1971 1h59mn - avec Lea Massari, Benoît Ferreux, Daniel Gélin, Marc Winocourt, Fabien Ferreux, Michael Lonsdale...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE SOUFFLE AU COEURDijon, 1954. Une famille bourgeoise. Laurent (Benoît Ferreux), 15 ans, vit avec son père, ses deux frères et sa mère, Clara (Lea Massari.) Sa vie est une suite de faits plus ou moins notables jusqu’au jour où il est atteint d’un souffle au cœur. Il part en compagnie de sa mère faire une cure dans le Morvan. Un tendre marivaudage s’instaure alors entre eux.
Avec ses aspects autobiographiques, Le Souffle au cœur est une chronique adolescente sensible et fine. On y retrouve une description détaillée du milieu bourgeois provincial, que Louis Malle satirise de nouveau, soulignant son hypocrisie et ce qui se cache derrière les apparences sociales. Il oscille ainsi entre la hargne dans la description d’une société haïe et la tendresse dans l’évocation de l’adolescence.

« Ce qui frappe dans Le Souffle au cœur, c’est la fraîcheur du regard et la vivacité du style. Il semble qu’en le libérant de ses souvenirs d’adolescence l’histoire de Laurent ait, en même temps, libéré Malle de ses complexes de cinéastes. À l’élégance un peu apprêtée de ses précédents films fait place une allégresse qui donne des ailes au récit. Cette chronique par moments si grave, déborde de santé et de bonne humeur. Avec une étonnante maîtrise, il glisse de la drôlerie à la férocité et de l’humour à l’émotion. » (Jean de Baroncelli, Le Monde avril 1971)