MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 310 DU 22 JUIN AU 26 JUILLET 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 310 DU 22 JUIN AU 26 JUILLET 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 309 DU 11 MAI AU 21 JUIN 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 309 DU 11 MAI AU 21 JUIN 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 308 DU 6 AVRIL AU 10 MAI 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 308 DU 6 AVRIL AU 10 MAI 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

XENIA

Panos KOUTRAS - Grèce 2014 2h08mn VOSTF - avec Kostas Nikouli, Nikos Gelia, Aggelos Pappadimitriou, Romanna Lobach… et la lumineuse, l'incroyable Patty Bravo... Scénario de Panos H. Koutras et Panagiotis Evangelidis. Festival de Cannes 2014, Sélection officielle, Un certain regard.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

XENIAC'est une ode fantasque, drôle et touchante à la liberté et à la tolérance. Et elle porte un titre qui est tout l'opposé de ce que devient la Grèce aujourd'hui : Xenia, ça veut dire hospitalité, une valeur qui fut historiquement celle de la Grèce Antique, où l'étranger était le bienvenu (enfin, s'il ressemblait un peu trop à un Perse, ça se discutait…). Xenia, ce fut aussi le nom, dans les années 60/70, époque de croissance économique, de consommation effrénée et de tourisme en plein essor, d'une chaîne d'hôtels de luxe, peu à peu abandonnés, tels de vieux paquebots échoués au bord de la Mer Egée, au fur et à mesure que la crise torpillait ces vaisseaux surévalués. Aujourd'hui Xenia sonne un peu ironiquement dans un pays où le droit du sang prime désormais sur le droit du sol, et où la chasse aux migrants (et par extension à tous ceux qui leur ressemblent) a été abandonnée par la police aux fascistes de Aube Dorée, ce parti qui ferait passer notre FN pour un mouvement centriste…

C'est dans ce contexte que l'on fait la connaissance de Dany et Odysseas, deux frères de 16 et 18 ans séparés par la vie et que tout oppose. Dany, extraverti et insouciant – voire parfois complètement irresponsable – vit en Crète et assume pleinement son homosexualité au point d'en faire un gagne-pain auprès de messieurs peu scrupuleux. Mais sa mère vient de mourir et il décide de rejoindre à Athènes son frère Odysseas, aussi hétéro et rangé que lui-même est folle et chaotique. Et entre le cadet, ses vêtements colorés, son petit lapin blanc dont il est dingue, sa passion lourdingue pour Patty Bravo, la pasionaria de la variété italienne des années 70, et l'aîné, qui se partage entre son boulot dans un snack et son coloc amateur de foot, le courant ne va pas tout de suite passer.
Mais les deux frères vont être amenés à se lancer dans une improbable équipée qui va les rapprocher : Ody aura bientôt 18 ans et, Albanais par sa mère, il risque de se faire expulser s'il ne retrouve pas rapidement le père grec qui a abandonné sa famille et aurait été repéré à Thessalonique, où il serait devenu… politicien d'extrême-droite ! Voilà donc Ody et Dany lancés dans une quête du père qui aura tout de l'odyssée initiatique et refondatrice de leur relation…
L'histoire des deux frères s'inscrit donc en plein dans un pays marqué par la crise, par les crispations autour des questions d'identité nationale, par les comportements xénophobes (les militants d'Aube Dorée sont à tous les coins de rues)… et par l'omniprésence de la télé-réalité, dont la bêtise contribue activement au chaos ambiant – Odysseas voudrait réussir le concours de la « Greek Star », c'était un vœu de sa mère.

De tout ce matériau humain, politique et social, Panos Koutras tire une belle et forte et savoureuse chronique, picaresque et profondément émouvante, à l'image de la relation entre les deux frères. Une chronique relevée par des personnages secondaires formidables, notamment le patron flamboyant d'une boîte de nuit ringarde, et par de très convaincantes échappées fantastiques – ou oniriques au choix –, des incursions dans l'imaginaire rêveur de Dany, dans lequel on croise des lapins géants et surtout le fantôme omniprésent de la fameuse Patty Bravo, susurrant ses chansons aussi sirupeuses qu'envoûtantes…
L'atypique Panos H. Koutras pourrait être un petit cousin kitsch et funky des Dardenne, il fait preuve d'une lucidité d'analyse et d'une générosité de sentiments qui donnent furieusement confiance dans l'avenir de la Grèce, dont on ne doute pas que les valeurs de tolérance et de démocratie finiront par reprendre le dessus.