LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ÇA NE PASSE PAS !
Nous vous avions annoncé dans notre dernière gazette Une Soirée de clôture pour l’ouverture pour la deuxième quinzaine de juin. Tout devait être réglé, les habitants et visiteurs du quartier de la Manutention, les festivaliers, tout le monde retrouverait la liberté de circuler le soir et le bonheur ...

LE PASSAGE DU VERGER URBAIN V : DE L’ABSURDE FAISONS TABLE RASE !
Jamais l’ambiance d’une assemblée générale du collectif n’a été aussi détendue. Détail important : les termes d’arbitraire, grotesque, ubuesque,….pour qualifier la décision de fermeture du passage ont cédé la place à des propos conciliants, bienveillants et un tantinet vigilants pour...

Le passage du Verger Urbain V : le dénouement ?
Rappel pour celles et ceux qui ont pris 9 mois de vacances.Le Verger Urbain V, passage principal pour accéder au quartier de la Manutention est, depuis juillet 2018,  géré par les services des jardins de la ville et se trouve fermé théoriquement à 20h00 (mais de fait plutôt vers 19h30) l’hiver ...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous : Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou ca...

À nos amis festivaliers, qu’est-ce donc que Rosmerta ?
Afin de palier aux carences des services de l’État en matière d’hébergement des réfugiés, l’association Rosmerta, composée de plusieurs centaines de citoyens bénévoles, occupe depuis fin décembre un bâtiment de 400 m² pour y mettre à l’abri des mineurs isolés et des familles avec enfants en bas...

Séance unique le mercredi 16 janvier à 20h30
En collaboration avec l’association Serpsy (Soins et Études en Psychatrie) la projection sera suivie d’une discussion avec Julie Cubells, Léa Martinez, Madeleine et Dominique Friard, infirmier(e)s en psychiatrie.

SHOCK CORRIDOR

Écrit et réalisé par Samuel FULLER - USA 1963 1h38VOSTF - avec Gene Evans, Constance Towers, Peter Breck, James Best...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

SHOCK CORRIDOR« Un film est un champ de bataille : amour, haine, violence, action, mort, en un mot émotion », déclame Samuel Fuller dans Pierrot le fou de Jean-Luc Godard. Avec son casque de cheveux blancs et ses gros cigares, nous l’avons aperçu dans de nombreux films d’auteurs européens (de Godard à Kaurismaki), mais peut-être avons-nous oublié ses films...
C’est sûr, Samuel Fuller est sans doute le plus compliqué, le plus énigmatique des cinéastes de l’après guerre. Fortement inspirée de son expérience personnelle (il fût journaliste criminel, engagé volontairement dans l’infanterie américaine au cours de la seconde guerre mondiale), l’œuvre de Fuller est empreint d’un désir de vérité, de sentiments excessifs et de violence. Shock Corridor ne fait pas exception, Godard (encore lui !) le qualifiant de « chef d’œuvre du cinéma barbare ».

Shock Corridor filmé en 10 jours est un film convulsif, direct et brutal, une fable politique hallucinatoire où le noir et blanc expressionniste nous plonge dans le cauchemar d’une Amérique malade. Johnny Barrett, journaliste, avide de notoriété, décide de traquer un meurtrier dans un asile d’aliénés et de se faire interner en psychiatrie. C’est alors le début d’une implacable et terrifiante descente aux enfers. Les aliénés que côtoient le journaliste deviennent alors les porte-paroles des victimes du racisme ordinaire, des lynchages pratiqués par le Ku Klux Klan, de la folie nucléaire, de l’inhumanité moderne d’une Amérique des années 60 avide de gloire et de profit.

Samuel Fuller avait écrit ce scénario pour Fritz Lang et son objectif était alors de dénoncer l’horreur des conditions de vie des patients au sein des institutions de l’époque : « Mon scénario commençait par une scène où des malades baignaient dans leur merde, affalés dans un couloir de l’asile. Fritz Lang m’a dit : “Est-ce possible ?” Je lui ai montré une photo. Il était sidéré ! »

Qu’est-ce qu’on risque ? L’association Serpsy propose sur cette thématique un colloque (trois tables rondes et des saynètes de théâtre-forum) le vendredi 8 février au Centre Hospitalier de Montperrin, à Aix-en-Provence. Shock Corridor servira d’introduction à cette thématique qui bien au-delà de la psychiatrie interroge le fonctionnement de la société. Pour nous contacter : 06 71 22 24 41 ou site serpsy.org.