mardi, juin 14 2022

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU

http://www.cinemas-utopia.org/U-blog/avignon/public/418_Festival/dgdfgdg.jpg

Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?
Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…

L’action débute en l’an 2019 après JC, toute la Gaule est occupée par les blockbusters et des confiseries… Toute ? Non. Une jolie ville, en lisière de Troyes, peuplée d’irréductibles cinéphiles résiste encore et toujours à l’envahisseur… C’est ainsi qu’une poignée d’élus, à l’écoute de leur population, décide d’accueillir un petit cinéma de rien du tout porté par un rêve plus grand que lui-même : l’ambition de démontrer que l’écologie peut être accessible à toutes les bourses ! « Bingo ! » dit le Maire qui ne s’appelle pas Abraracourcix, mais Pascal Landréat. Si sa commune, Pont-Sainte-Marie, n’est pas bien riche, elle est très engagée pour l’environnement et vient de propulser le premier éco-quartier de l’Aube… Un écrin parfait pour notre dernier-né de la famille Utopia que l’on voudrait vertueux et respectueux de la biodiversité. En plus d’être garanti sans 3D, il sera zéro déchet (facile : on n’a pas de pop corns !), à énergie positive,  bas carbone (dans sa conception et son fonctionnement), économe en eau avec ses toilettes sèches. Hey ! Vous voulez un scoop spécial Festival ? Pour faire rimer culture avec agriculture, il sera même muni d’urinoirs masculins et féminins afin de recycler le précieux liquide dans la filière agricole. À ce stade-là c’est une première française disent nos ingénieurs ; européenne nous dit celui qui instruit le dossier pour l’Europe ! 

« Culture et écologie, ça doit marcher ensemble ! » nous déclarait un an plus tard une certaine ministre, en nous félicitant sur France Inter ! Et puis… flop ! Dans un monde qui tremble face au dérèglement climatique, qui voit s’évaporer son eau potable, on aurait pu penser qu’on allait peut-être pas nous faciliter la tâche, mais du moins ne pas nous la compliquer ! On ne va pas revenir ici sur un parcours qui fut long et semé d’embûches, sinon pour conseiller à tous ceux qui se retrouveraient dans le même cas de ne pas baisser les bras. « Les seules batailles qu’on est certain de perdre, ce sont celles qu’on ne mène pas ! »

Mais soyons positifs et remercions doublement celles et ceux qui nous ont aidés, les journalistes qui se sont intéressés au projet et ont participé à sa visibilité ! 
Juillet 2021, les travaux ont commencé malgré une flambée des prix des matériaux, des délais d’approvisionnement interminables, la fréquentation des lieux culturels en berne.

http://www.cinemas-utopia.org/U-blog/avignon/public/418_Festival/sfsfsdf.jpg

Octobre 2022, vous êtes convié·e·s à l’inauguration !

Mais restons vigilants ! 
À 3 mois de l’ouverture Utopia Pont-Sainte-Marie attend toujours des nouvelles de la Région Grand Est… 
Notre dossier se serait-il perdu dans les tuyaux ? Pourtant on n’est pas bien gourmands. Alors qu’il est d’usage pour d’autres cinémas d’obtenir 70 % de fonds publics à la création, nous démarrons avec 75 % de fonds privés.

Vous pouvez suivre l’avancée du projet sur cinemas-utopia.org/U-blog/pontsaintemarie/  et pour le soutenir okpal.com/utopia-cinema-durable

 

 

lundi, juin 13 2022

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège

http://www.cinemas-utopia.org/U-blog/avignon/public/418_Festival/dhdhdfhdfhhdfhdfhdhd.jpg

C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne reste plus qu’à attendre… Rester actifs et solidaires jusqu’au bout, jeter ses dernières forces dans la bataille pour semer les graines d’un monde meilleur : et si on vivait tous ensemble ?
Utopique ? Je ne vous dirai pas le contraire ! L’humain étant ce qu’il est, ses rêves ont rarement raison de ses contradictions et de ses divergences… Néanmoins, deux ans après que l’aventure a commencé : nous sommes là et nous tenons la tranchée…
Acheter à 15 un domaine sublime, emprunter, l’aménager… curieusement, c’est le plus facile : et puis, il y a ce « putain de facteur humain », comme il se dit chez ceux qui tentent de monter un « habitat partagé » durable. Alors, ça bouge, ça remue, ça tangue… ce n’est pas toujours facile, mais toujours passionnant : humain quoi !

Nous sommes donc toujours là et la première année se termine avec un programme d’été qui devrait vous ravir : car si une partie du domaine est un habitat, l’autre est ouverte au village et au monde avec des jardins qui, de juin à septembre, proposent : rencontres musicales, débats, théâtre, cinéma, ateliers… Originalité de la chose : c’est en venant en « chambre d’hôtes » que certains ont proposé d’apporter leur participation aux manifestations de l’été.
Vous pouvez aussi simplement profitez des chambres d’hôtes ou des gîtes, éventuellement nous interroger et vous interroger vous-mêmes : quelle vie pour plus tard, quand vous commencerez à sucrer les fraises ? Et, tandis que l’orchestre de chambre range ses instruments, rêver sous les étoiles, en sirotant une tisane de verveine du jardin, à ce que la vie pourrait être si on unissait nos forces surtout quand elles commencent à faiblir… Comment rester maître de l’histoire que vous voulez écrire pour vous-mêmes et, jusqu’au bout du bout, ne laisser personne décider à votre place…

 

http://www.cinemas-utopia.org/U-blog/avignon/public/418_Festival/jghjgjgjhgjgjghjghjgjhjghjj.jpg

Lire la suite...

dimanche, juin 12 2022

SOUTENIR LA CULTURE AU LIBAN

Les bibliothèques publiques de Beyrouth jouent un rôle important dans la diffusion gratuite de la culture et de l’Art auprès de tous les publics, sans aucune distinction de sexe, d’origine ou de croyance. Ce sont des lieux de laïcité, d’égalité et de tolérance. Leur place est primordiale dans la construction d’un citoyen ouvert sur le monde.
 

Le 4 août 2020, l’explosion du port de la capitale libanaise les avait gravement endommagées. Djéliya Internationale – Liban avait lancé à l’époque une campagne qui a permis de reconstruire les trois bibliothèques en un temps record. Trois mois plus tard, elles étaient de nouveau ouvertes au public.

Avec les crises, économiques et autres, qui se succèdent dans le pays, les pouvoirs publics qui assuraient 80% du budget des bibliothèques ont cessé tout soutien, alors que la fréquentation des activités et le prêt de livres se multipliaient par deux avec l’émergence d’un nouveau public qui a perdu son pouvoir d’achat.
C’est pour que ces hauts lieux de culture ne se transforment pas en boîtes vides que nous lançons un appel aux dons.

Soirée de soutien au théâtre des Carmes mercredi 20 juillet à 20h.

 

Lire la suite...

samedi, juin 11 2022

Cannes, c’est plus ce que c’était !

C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raisons qu’on imagine aisément : en 2020, confinement oblige, il n’y eut point de grand raout cannois. Et en 2021, déplacé en juillet, le festival n’avait pas aimanté son lot de festivaliers ronchons – n’avait pas attiré grand monde à dire vrai, ce qui l’avait rendu d’autant plus agréable à notre goût : accès faciles aux projections, pas de festivités tentatrices pour nous détourner des salles obscures, le prix du jambon-beurre à peu près décent, etc., etc.

2022 ayant remis les pendules à leur place, la crise sanitaire semblant derrière nous (on espère, on espère), Cannes a donc fait le plein, plus que le plein de visiteurs accrédités, badgés, institutionnels, professionnels et occasionnels mêlés. On a vu se multiplier dans le plus grand sérieux les études et les tables rondes dédiées à la grande affaire du moment qui secoue tout le secteur : le public (vous chère spectatrice, vous cher spectateur) a déserté les salles de cinéma. À l’appui des démonstrations alambiquées, de savants graphiques indiquaient d’un côté qu’il fallait urgemment séduire les 15-25 ans, de l’autre que c’était les seniors qui ne sortaient plus de chez eux et préféraient rentabiliser leur abonnement Netflix… Tous s’accordant sur un point : l’activité tarde à redémarrer et les salles sont à la peine. Et de préconiser, pour retrouver un large public, enthousiaste et heureux, qui de vendre dans les cinémas des confiseries certifiées bio, qui d’utiliser à plein régime les « datas » aimablement mises à disposition par les utilisateurs de smartphones (collectées par ces joyeux philanthropes que sont Google, Instagram, Facebook ou Allociné) pour leur bricoler des programmations sur-mesure (beuârk !), les plus audacieux proposant même d’organiser dans le·ur·s salles de cinémas des « rencontres autours de séances « militantes » pour l’animation et la promotion desquelles les exploitants pourraient compter sur le « tissu associatif local » – on a entendu ça lors des journées de l’Association des Cinémas d’Art et Essai (attention, ce sont des punks… On leur dit qu’il y en a qui le font depuis des lustres !). Alors quoi, ça va si mal ? Pour être francs, on a connu des jours bien meilleurs. Seulement, on ne cherche pas de bouc-émissaire ni de solution miracle : on est intimement convaincus que ce sont les films qui ramèneront « le public » (vous, donc, les gens) vers les salles de cinéma – et pas les incantations, ni les lamentations, ni les soldes à répétition. Et puisqu’on y est, dans la grand messe cannoise du cinéma, qu’il y a forcément dans la grande diversité de ce qui y est montré de quoi titiller les glandes de la curiosité chez nos contemporains – mais le désir reste un grand mystère et son éveil une alchimie complexe.

Lire la suite...

vendredi, juin 10 2022

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.

Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des pouvoirs publics. Le bâtiment, ancienne école vétuste, appartient au diocèse d’Avignon. 

http://www.cinemas-utopia.org/U-blog/avignon/public/418_Festival/ghfhfghgfhfghfzzzzzz.jpg
 

Lire la suite...

mardi, mai 10 2022

Ma classe au cinéma

ENSEIGNANTS, ENSEIGNANTES, vous pouvez d’ores et déjà inscrire votre classe pour le parcours Ma classe au cinéma, proposé aux élèves de la maternelle à la terminale. Ce programme propose aux élèves de découvrir des œuvres cinématographiques en salle et de se constituer ainsi, grâce au travail pédagogique d’accompagnement conduit par les enseignants et les partenaires culturels, les bases d’une culture cinématographique. Ces séances sont accompagnées d’un travail en classe autour des films visionnés.

http://www.cinemas-utopia.org/U-blog/avignon/public/417/totoro.jpg

Lire la suite...

123 soleil, des nouvelles !

Cette association est née il y a 5 ans autour d’une table du café d’Utopia avec l’idée de créer des rencontres entre des jeunes migrants nouvellement arrivés à Avignon et des autochtones, spectateurs d’Utopia essentiellement. La recette : un dimanche, de préférence ensoleillé, un réalisateur en forme et parfois en herbe, quelques bonnes volontés pour la logistique, des jeunes exilés et des avignonnais avec pour tout bagage juste une bonne dose de motivation. Une seule journée pour réaliser un film, scénario et tournage compris.

http://www.cinemas-utopia.org/U-blog/avignon/public/398/123_SOLEI.jpg

Lire la suite...

jeudi, avril 7 2022

DOUCES TERRES

Partout en Vaucluse des collectifs osent défier les décideurs, industriels, présidents d’interco, aménageurs et même l’État, contre la bétonisation des terres agricoles et naturelles. Ils remettent en cause l’aménagement du territoire qui contient trop de projets écocides.
Ils se battent, avec leurs moyens, petits, leurs cœurs, énormes. Ils ont la foi du charbonnier. Ils ne se résignent pas malgré le peu d’écoute des élu-e-s et des édiles.
Nous avions, en janvier, organisé une rencontre après la projection du film Une fois que tu sais  avec des collectifs réunis dans Sauvons Nos Terres 84 qui regroupe environ 25 collectifs dont PUMA/ASCVA, ZAD Entraigues, SOS Barthelasse, ZAP Agroparc… La question était de savoir comment les pro­jets locaux influent-ils sur le chan­gement climatique global et de quelle manière intervenir. Deux mois plus tard, où en sont tous ces projets ? Sont-ils d’intérêt public ou pas ?
 

Lire la suite...

SOLIDARITE UKRAINE : LE FRANÇAIS LANGUE DU CŒUR.

Aux images insoutenables qui nous parviennent d’Ukraine s’ajoutent l’exil et l’afflux d’une population traumatisée qui fuit les horreurs de la guerre. Des centaines de réfugiés sont attendus dans notre département et la qualité de l’accueil signifie aussi de leur apporter une bonne maîtrise des bases du français.
 

Lire la suite...

samedi, février 12 2022

ENSEIGNANTES, ENSEIGNANTS ! Vous pouvez organiser des séances scolaires en matinée.

3,5€ par élève, gratuit pour les gentils accompagnateurs.

 

Lire la suite...

lundi, décembre 20 2021

ÉDITO Décembre 2021

Dans le département du Vaucluse disparaissent 400 à 500 hectares de terres agricoles chaque année, consommés par le tissu urbain, les zones artisanales, industrielles et commerciales, les réseaux routiers… Conséquence dramatique, la surface agricole du département diminue 3 fois plus vite qu’au niveau national, soit 1 terrain de foot par jour !
Ainsi plus de 3000 hectares de terres agricoles et espaces naturels sont promis à l’urbanisation d’ici 2030.

Sauvons nos terres 84 rassemble des citoyennes et citoyens, des associations (dont France Nature Environnement 84), des collectifs ainsi que la Confédération paysanne, soit plus de vingt-cinq organisations dont l’objectif commun est la préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers du Vaucluse.
 

Lire la suite...

vendredi, décembre 3 2021

Pour soutenir le Collectif anti-LEO

Envie de gagner de jolis lots tout en contribuant à sauver les terres agricoles de la Ceinture verte d’Avignon ? Pour soutenir le Collectif anti-LEO (liaison Est-Ouest Avignon), participez à la tombola du collectif PUMA (Pour Une Autre Mobilité à Avignon).

http://www.cinemas-utopia.org/U-blog/avignon/public/414/PUMA_TOMBOLA_site.jpg

Lire la suite...

mercredi, octobre 6 2021

ÉDITO : LE JEU DU CALAMAR

Ça vous aura probablement échappé, mais c’est un drôle de petit vent de panique qui a soufflé cet automne sur notre merveilleuse profession. L’espace de quelques jours, le temps s’est arrêté, les respirations se sont suspendues, l’Apocalypse menaçait, la mort des cinémas français, mille fois annoncée, allait cette fois, c’était sûr, se vivre en direct ! Pensez donc : contactées par un intermédiaire sans nul doute sulfureux, une poignée de salles sévissant dans les grandes métropoles, visiblement choisies dans le gratin de l’Art et Essai, parmi les plus vertueuses, défendant les programmations les plus diversifiées – et donc les moins susceptibles d’être accusées de compromission avec les trusts monopolistiques qui prétendent régenter nos activités ; ces cinémas proprement exemplaires (on rougit à l’idée d’y avoir été associés) se préparaient ni plus ni moins à pactiser avec le Diable. Mettre en danger toute une filière. Planter un couteau dans le dos de toute une profession. Enduit de curare, le couteau. Euthanasier le 7e Art. Les plus attentifs aux petits soubresauts qui agitent le petit monde du cinéma ont déjà compris qu’on parlait ici de la proposition qui a été faite, dans les derniers jours d’octobre, de programmer cet hiver quelques films choisis avec soin dans les plus récentes productions et acquisitions de Netflix.
 

Lire la suite...

mardi, septembre 7 2021

SAS Coopérative Qui vivra Bérat

La Ménardière, sise au cœur de la commune de Bérat – à une quarantaine de kilomètres au sud de Toulouse –, est un habitat partagé initié par les vétérans d’Utopia et un groupe de femmes et d’hommes qui ont mis en commun leurs moyens inégaux et un prêt consenti par le Crédit Coopératif qui les accompagne dans cette drôle d’aventure (voir sur le site des Utopia les PDF des gazettes de Tournefeuille).
Un rêve devenu réalité pour dix personnes qui, arrivées à un âge certain, refusent de baisser la garde, rêvent d’une alternative à opposer aux propositions peu motivantes qui leur sont faites par une société avide de profit… et pose une question essentielle : est-il possible de ne pas compter pour des prunes dès qu’on commence à sucrer les fraises ?

http://www.cinemas-utopia.org/U-blog/avignon/public/410/SAS.jpg
 

Lire la suite...

samedi, juillet 24 2021

SÉANCES POUR LES MALENTENDANTS

sourds_et_mal.jpeg
 

 

Lire la suite...

mercredi, juillet 21 2021

APPEL A MUSIQUE !

APPEL A CHANSONS !  

 Appel aux groupes professionnels ou amateurs d’Avignon et alentours, pour égayer l’attente de nos spectateurs dans la salle Utopia République

Musiciens amatrices et amateurs, professionnelles et professionnels, seul en duo ou en groupe ! Vous pouvez nous envoyer vos morceaux à cette adresse : boris.utopia84 ou sur notre facebook en message privé, ou via une clef USB à la caisse du cinéma et nous les diffuserons dans nos salles tout l’été.

Donnez nous vos morceaux en .mp3 ou autres, mais pas de lien sur la toile !

Merci de nous donner les titres et artistes, et même si vous le souhaitez une petite présentation, un site internet, ou même vos dates de l’été, afin que nous puissions les lister à la suite de cet article.

 

http://www.cinemas-utopia.org/U-blog/avignon/public/410/CARTON_REP_2021_SITE.jpg

Lire la suite...

jeudi, juillet 1 2021

Séances bébé

vierge_et_l__enfant.jpg
 

 

Lire la suite...

mercredi, juin 23 2021

La Terre s’efface sous nos pas et certains penseraient qu’il ferait meilleur vivre sur Mars

Le Collectif Sauvons Nos Terres 84, qui regroupe 23 associations et collectifs et qui s’investissent aux quatre coins du département du Vaucluse dans la défense des terres menacées d’accaparement, milite sans relâche pour la sauvegarde des espaces agricoles et naturels. 
Sachez que depuis 2001, plus de 400 hectares d’espaces agricoles et naturels sont artificialisés chaque année dans le département du Vaucluse, soit la fameuse comparaison d’un terrain de foot par jour ! 
La Surface Agricole Utilisée vauclusienne diminue 3 fois plus vite qu’au niveau national ! Cela pourrait inquiéter les décideurs, mais que nenni ! 
Ce sont encore au moins 3000 hectares  de terrains agricoles et naturels, dont la majorité irrigués, qui seront urbanisés d’ici 2030 ! 

Toutes ces décisions sont prises à contre-courant de toutes les réflexion actuelles et des récentes professions de foi des candidats aux élections.
 

Lire la suite...

Deux petites histoires

Un jeune mineur isolé de Rosmerta fait un stage d’observation de deux semaines dans une entreprise vauclusienne. L’employeur, content du stagiaire, souhaite le gratifier, et donc demande un RIB. Le jeune n’ayant pas de compte en banque, et l’employeur refusant le numéraire, un matin Rosmerta accède à la requête et donne le RIB de l’association. 
Le jour même, l’employeur tient une conférence de presse où l’on apprend qu’il est sur les listes municipales et départementales du RN… 
Voici comment est annoncé un signalement au Procureur pour « travail dissimulé et marchandage de main-d’œuvre » à l’encontre de Rosmerta…
Cette basse manœuvre particulièrement déloyale porte sur environ 200€ qui en plus n’ont pas été versés ! Relativement peu face aux 6,8 millions d’euros estimés par le Parlement européen pour le « système organisé frauduleux de détournement des fonds européens » au profit du parti « par le biais d’emplois fictifs d’assistants parlementaires » dont profitent les antennes locales…
 

Lire la suite...

mardi, mai 25 2021

La vie reprend, plus ou moins, et pas partout…

Nous étions partis pour vous parler du Monde du cinéma, de la culture, de nos affres et de nos états d’âme, et puis les bombes et roquettes filant au-dessus du mur ont télescopé nos préoccupations (que nous trouvions sincèrement importantes), mais cela nous a aussi ramené à tous ces conflits oubliés, où même le Covid n’a pas droit de cité ; le Yemen, l’Irak, la Syrie et tant d’autres…

Certains pourraient penser que défendre la culture serait participer à améliorer le monde et à un mieux-être sur Terre. Qu’en est-il ?

L’écrivain David Grossman a tenu un discours devant des Juifs et Arabes d’Israël, au lendemain du cessez-le-feu avec le Hamas et publié par Libé ; on y retrouve enfin toute la générosité, l’ouverture, l’humanisme oubliés dans ces circonstances, mais aussi l’espérance d’un monde meilleur pour demain, ce fameux « Monde d’après » qui pourrait redonner foi pleine et entière dans la Culture ?


 

Lire la suite...

- page 1 de 3