LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

Soutenez Utopia Palmer

CHANTONS SOUS LA PLUIE

(SINGIN' IN THE RAIN) Gene KELLY et Stanley DONEN - USA 1952 1h43 VOSTF - avec Gene Kelly, Donald O'Connor, Debbie Reynolds, Jean Hagen, Rita Moreno...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CHANTONS SOUS LA PLUIEAu générique, le trio en ciré jaune marche vers moi en entonnant Singin’ in the rain, immédiatement un sourire béat s’installe sur mon visage. Au fil de la projection, une inextinguible joie m’envahit. Je fais des bonds, je lévite. Il y a tout d’abord l’énergie de la musique et des paroles de cette rengaine de la fin des années vingt, signée Arthur Freed, sur laquelle s’est bâti le scénario : chanter sous la pluie, c’est braver les obstacles et sourire aux fâcheux. Ce n’est pas une chanson, c’est un programme. Il en va de même du film entier, profession de foi merveilleuse qui dit sur tous les tons que le travail, l’amitié, l’amour et le talent triomphent de tout.

Les moments chantés sont un bonheur absolu. Bien que mille fois vue et revue, citée et parodiée un peu partout, la séquence de la chanson titre est une merveille dont on ne se lasse pas : Gene Kelly, trempé comme une soupe et fou amoureux, s’accroche à un réverbère, saute dans les flaques sous le nez d’un policier affligé, puis offre son parapluie à un passant pressé. Make‘em laugh, où Donald O’Connor fait le pitre, évite une planche, s’y juche, puis la prend derrière l’oreille, drague un mannequin sans tête et marche sur les murs, est un remède à elle seule contre la mélancolie. Moses (chanson écrite pour le film, contrairement aux deux autres, composées bien avant), qui reprend les répétitions et allitérations d’un professeur de diction et dont un « Woop pee eoo peee doo pee doo » donne le signal de départ pour une chanson endiablée et un vertigineux numéro de claquettes de Kelly et O’Connor, est d’une fluidité stupéfiante…

La bonne humeur du film est communicative, ses doubles fonds en font le sel. Car l’époque racontée – le Hollywood de 1927, avec le passage du muet au parlant – est aussi une période qui a vu des stars comme John Gilbert, Buster Keaton ou Gloria Swanson perdre du jour au lendemain tout ce qu’elles avaient : la gloire, l’éclat, les contrats en or, l’admiration des foules. Le personnage de Lina Lamont (géniale Jean Hagen), vedette bête et méchante à la voix de crécelle, est la vilaine idéale qu’on voit ridiculiser sans souffrir pour elle. Lorsque R.F. Simpson (le producteur dans le film), Don Lockwood et Cosmo Brown se dirigent en mesure vers les câbles du rideau de scène pour dévoiler la supercherie (Kathy Selden chantant pour Lina qui se contente de remuer les lèvres), la jubilation est à son comble. J’aime tout dans ce film : les souvenirs des débuts de Don et Cosmo, la déclaration d’amour avec projecteur pour figurer le soleil et ventilateur pour le vent, les épisodes cinéma dans le cinéma avec l’impossible sonorisation… J’aime le sourire de Gene Kelly, son aisance qui fait oublier les heures d’entraînement, j’aime les yeux malicieux et les clowneries de Donald O’Connor, j’aime les joues potelées et la grâce de Debbie Reynolds. À la fois comédie musicale, hommage à Hollywood, réflexion sur le pouvoir du cinéma et le vrai et le faux, romance et bain de jouvence, Chantons sous la pluie est un film parfait, essentiel, inouï. (I. Danel, bande-a-part.fr)