LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

LA CONSPIRATION DU CAIRE

(BOY FROM HEAVEN) Écrit et réalisé par Tarik SALEH - Égypte / Suède 2022 2h05 VOSTF - avec Tawfeek Barhom, Fares Fares, Mehdi Dehbi, Mohammad Bakri... Prix du scénario Festival de Cannes 2022.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA CONSPIRATION DU CAIRELa prestigieuse Université islamique Al-Ahzar du Caire est une ville dans la ville, une sorte de phare intellectuel pour l’islam sunnite mondial, qui rappelle les heures glorieuses de l’islam médiéval des Mille et une nuits. Al-Ahzar est aussi, surtout, un lieu de pouvoir essentiel en Égypte, où les élites se forment, où se nouent des réseaux et où se prépare l’avenir politique du pays : un peu l’équivalent des universités d’Oxford et de Harvard pour les futurs décideurs britanniques et américains, ou Sciences Po chez nous-autres. Autant dire que l’imam d’Al-Ahzar, le patron de l’Université, est un des principaux hommes de pouvoir du pays. Et que son élection est un casse-tête politico-religieux qui concerne non seulement l’Université mais aussi tous ceux qui, à l’extérieur de ses murs, ont intérêt à avoir discrètement la main ou du moins l’information sur ce que s’y trame. Notamment et c’est bien compréhensible, le pouvoir temporel : chef d’Etat, ministres, chefs des armées et police plus ou moins secrète. C’est dans l’un de ces moments, alors que le vieil imam vient de mourir, qu’arrive à Al-Ahzar le jeune Adam, fils prodigue d’un modeste pêcheur qui a miraculeusement obtenu une bourse pour y étudier. Rapidement repéré par la Sécurité Intérieure égyptienne, le candide est manipulé pour faire « l’ange », joli mot pour désigner une taupe au service de l’Etat. Le but étant, à force de manœuvres, de faciliter la victoire du candidat du pouvoir dans la guerre de succession qui s’est ouverte. Jeux d’influences entre islamistes radicaux et modérés, sombres affaires de mœurs et enfants cachés, le jeune Adam découvre, parallèlement au chemin de la connaissance qu’il est venu étudier, les aspects les moins reluisants de l’humanité – moult personnages ambigus qui, espionnage et contre-espionnage oblige, finissent par se perdre dans les dédales de leurs doubles et triples jeux.



Souvenez-vous : en 2017, déboulait sur les écrans Le Caire confidentiel, un polar sec, nerveux et haletant signé Tarik Saleh, qui nous faisait plonger profondément dans le monde très sombre des turpitudes du Caire et sa police corrompue. C’était ample, rugueux, très finement écrit et brillamment réalisé – suscitant par la magie toujours intacte du bouche-à-oreille un épatant accueil du public. Cinq ans plus tard, avec La Conspiration du Caire, le cinéma de Tarik Saleh n’a rien perdu de sa puissance ni son écriture de son éclat. Corruption, turpitudes, rugosité sont toujours au menu, admirablement servis par une mise en scène qui n’a fait que s’affirmer. Au petit jeu des influences littéraires, Saleh aurait troqué les références à L.A. Confidential de James Ellroy contre celles, plus feutrées, du polar médiéval Le Nom de la rose d’Umberto Eco. Et comme dans ce dernier, qu’on soit fin connaisseur ou totalement ignorant des concepts et préceptes religieux, le talent de conteur du réalisateur parvient à en faire comprendre l’essentiel pour nous embarquer sans coup férir dans une enquête passionnante, menée au cœur d’intrigues aussi sombres, tortueuses et parfois sanglantes que celles des meilleurs thrillers d’espionnage.

Tarik Saleh déroule avec beaucoup d’élégance une intrigue à tiroirs enchaînant les rebondissements à un rythme soutenu. Tawfeek Barhom, l’Ange qui perd peu à peu son innocence, et le génial Fares Fares (déjà présent dans Le Caire confidentiel), qui incarne un inquiétant colonel de la Sûreté aux faux-airs débonnaires de lieutenant Colombo (imper défraîchi inclus), s’affrontent dans l’ombre de l’université Al-Ahzar, véritable troisième personnage central du film, imposante, secrète, puissante, splendide… Al-Ahzar étant en réalité « interprétée » dans le film par la mosquée Süleymanye d’Istanbul où s’est déroulé le tournage – on n’est guère surpris que le film et son intrigue n’aient pas franchement enthousiasmé les autorités égyptiennes. Passionnant thriller paranoïaque, commentaire politico-religieux haletant, réflexion philosophique et théologique, La Conspiration du Caire est une formidable réussite du cinéma égyptien – malgré lui !