LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

L’ODEUR DU VENT

Écrit et réalisé par Hadi MOHAGHEGH - Iran 2022 1h30 VOSTF - avec Mohammad Eghbali, Hadi Mohaghegh...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’ODEUR DU VENTL’Odeur du vent est une douce parabole de l’existence et des liens qui nous unissent ici-bas.
Dans un Iran calme et rural, verdoyant, loin de nos imaginaires actuels incandescents et dépouillé de tous les artifices de la civilisation, nous suivons un homme qui vit seul dans une maison isolée avec son fils alité. À cause d’une panne d’électricité, l’homme fait appel à un ingénieur du service public. Lequel prend à cœur de l’aider dans la plus grande diligence. Mais la pièce défectueuse manque au stock et il doit partir ailleurs à sa recherche, ne manquant pas de faire de multiples rencontres et d’affronter mille et un obstacles.

Dans une économie dramaturgique assumée et un rapport au temps à l’opposé de l’injonction à la célérité que l’on connaît, le film avance au rythme de ses personnages, tous confrontés à l’intransigeance matérielle du réel. Ici, raccommoder une chaussette pour son épouse, cueillir un bouquet de fleurs pour son amoureuse ou gratter la pierre médicinale dans la montagne n’est pas moins essentiel pour l’un que récupérer cette douille pour le pylône pour l’autre ou regonfler un matelas. Toutes ces entreprises, aussi diverses soient-elles, le film ne les hiérarchise pas et c’est sans doute sa force : il les place au même niveau, tant dans le besoin impérieux de leur réalisation que dans les difficultés à mener celle-ci à bien. Car n’en déplaise aux réseaux sociaux, l’existence ne se mesure pas ni ne se compare. En outre, chacune de ces entreprises trouve sa motivation et sa destination en l’autre, et aucune d’entre elles ne se réalisera sans la rencontre fortuite ou non, de l’autre. Et c’est peut-être là que se situe l’idée principale du film : en dépit de l’isolement et de la solitude, peut-être parfois même du sentiment grave de déréliction face à l’obstacle infranchissable, il existe bel et bien un canal, un câble qui attestent que nous sommes reliés les uns aux autres. Cette matérialité irréfutable que le film met en scène n’en demande pas moins du travail, du soin, et un sens des responsabilités qu’il convient à chacun de prendre à son échelle. Gare à celui qui y ferait défaut !

Avec un sens aigu du cadre, au cœur de paysages d’une grande beauté, le film s’exprime, patiemment, dans une économie de parole et une pudeur propre à l’Orient, emprunt d’une sagesse multimillénaire où l’autre, l’étranger, peu importe son allure, mérite souci et attention (car il pourrait bien être un dieu déguisé). Le réalisateur se fait à la fois passeur en contant cette épopée miniature, et acteur, puisque c’est lui-même qui joue le rôle de l’électricien, celui qui cherche à rétablir la lumière.
Grâce à une mise en scène minimaliste, le film s’avère, comme ses personnages, à la fois humble et déterminé, fragile et lumineux, vulnérable et puissant. Et il réussit le prodige de capter quelque chose d’aussi insaisissable que la condition humaine, d’aussi insaisissable que l’énergie et la lumière : l’odeur du vent.