LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

Soutenez Utopia Palmer

NOTRE CORPS

Claire SIMON - France 2023 2h48 -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

NOTRE CORPSCe nouveau film documentaire de Claire Simon est sans doute son chef-d’œuvre. Il se dévore de bout en bout, sans qu’aucune seconde ne soit de trop, malgré la durée affichée. Il fallait bien chaque minute de ces presque trois heures pour filmer cette immersion surprenante, émouvante, dans notre corps, le leur, le mien, le vôtre, le seul que nous ayons, qui nous accompagne jusqu’au bout, que nous le maltraitions, que nous l’aimions, le détestions… À moins d’être un pur esprit, ce corps est aussi celui dont nous sommes toutes et tous issus, celui d’une femme, que nous revendiquions d’avoir un genre ou de n’en avoir pas. Ce sublime Notre corps transcende les appartenances, il s’adresse à toutes les intelligences. Combien il serait inepte de le réduire à un film de gonzesse pour les gonzesses ! Sa portée universelle subjugue, transporte dans les secrets dessous de notre société. Il est une fresque instantanée d’un temps, de notre époque, il nous donne à voir, en toute grâce, en tout respect, l’intimité, les moments charnières d’une vie. Il parvient en quelques plans judicieux, cadrés au cordeau, à capter tant de petites musiques intérieures, de désirs, de joies, de souffrances…
Notre enthousiasme est largement partagé par la critique qui a découvert le film lors du dernier Festival de Berlin :

« Avec Notre corps, Claire Simon signe son chef-d’œuvre : sur une frise qui va de la vie à la mort, elle accompagne des femmes à l’hôpital le temps de longues scènes qui captent différents registres de paroles et de gestes : intimes, experts, compassionnels, techniques… Les corps féminins en sont l’objet, mais le sujet du film est ailleurs, en ce qu’il montre les lignes qui traversent une société, auscultée depuis cet incomparable point d’observation : mutations du genre et du couple, violences longtemps tues et désormais publiques, êtres exilés et solitaires butant sur une langue qu’ils ne maîtrisent pas et qui renforce leur détresse. Un twist spectaculaire – dont on ne vous dira rien – vient confirmer que le titre Notre corps était à prendre au pied de la lettre : « mon corps » et celui de toutes les autres femmes. » (C. Chabert, Positif)

« Claire Simon a tourné son film dans un hôpital parisien, plus précisément dans un service représentant « un monde principalement féminin » comme elle le décrit en introduction… Dans Notre corps, réalisé avec une équipe exclusivement féminine, le « nous » raconte une histoire collective très actuelle, mais aussi des confrontations très personnelles avec la naissance (notamment via la PMA), l’affirmation de soi (transition de genre), la maladie, la mort…
Au cœur de tant d’émotions, au carrefour de tant de tournants de l’existence, le projet de Claire Simon prend, étonnamment, la forme d’un film limpide, solide, attentif. Mais traversé par des forces immaîtrisables…
Dans ce service de l’hôpital Tenon, c’est un monde sans filtre qu’on découvre, organisé, méthodique, réfléchi, mais dans un rapport direct avec la vie. Direct, comme cinéma direct : dans Notre corps, on voit aussi comment la pratique documentaire résonne avec la réalité des soins, l’accompagnement des patientes. Et il y a encore une scène extraordinaire pour le dire, où une femme qui va être opérée d’un cancer des ovaires s’adresse à Claire Simon et la remercie en quelque sorte d’être là. La caméra n’est pas une intruse, elle aide à voir, à comprendre. Et le spectateur lui-même peut en faire l’expérience avec ce film passionnant et magnifique, où le corps ouvre comme un voyage au centre de la vie, faisant un bien fou. Parce qu’il permet, à travers les plus durs et les plus beaux moments, de se réapproprier ce que c’est qu’être vivant.
(F. Strauss, Télérama)

Retrouvez l'entretien de Claire Simon, enregistré en mars 2023, lors des Rencontres Cinématographiques du Sud, avec Michel Flandrin