LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

Soutenez Utopia Palmer

GOODBYE JULIA

Écrit et réalisé par Mohamed KORDOFANI - Soudan 2023 2h VOSTF - avec Siran Riak, Ger Duany, Eiman Yousif, Nazar Goma...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

GOODBYE JULIA« Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire », tout particulièrement quand de très graves conflits opposent les individus à l’échelle d’un pays tout entier. Et pourtant, c’est souvent à travers l’échange, aussi effrayant et douloureux soit-il, et avec la manifestation de la vérité que les destinées se libèrent. C’est sur ce terrain de pensée et au cœur du Soudan convulsé des années 2005-2010, confronté au choix de la partition, que se déploie Goodbye Julia, le très bon premier long métrage de Mohamed Korfani (le premier film soudanais à être présenté en sélection officielle au Festival de Cannes, section Un certain regard). Un film qui réussit à tenir le parfait équilibre entre un arrière-plan politique et culturel très présent et documenté et une intrigue à la fois palpitante et très intime plongeant dans le quotidien d’un couple musulman de Khartoum employant et hébergeant une « Sudiste » et son jeune fils qui ne sont pas arrivés là du tout par hasard, mais à la suite d’événements malheureux et de secrets coupables.
Akram et Mona vivent dans une belle maison qui constitue un refuge paisible mais au dehors l’atmosphère est extrêmement tendue et dangereuse en cette année 2005 où la mort accidentelle de John Garang, le leader du Sud, provoque des émeutes dans les rues de la capitale soudanaise. Des coups de feu éclatent, des vitres volent en éclat et Akram s’arme. Une montée de fièvre qui expulse de leur logement la Sudiste Julia, son époux pas vraiment fiable et leur fils Daniel, qui se retrouvent dans un campement de fortune où le destin va frapper : au volant de sa voiture, dans un moment d’affolement, Mona renverse le petit garçon. Paniquée, elle s’enfuit, pourchassée en moto par le mari de Julia. Alerté mais ignorant les circonstances exactes de l’incident hormis « un sudiste me poursuit », Akram tire et tue…



Étouffé par la police, ce meurtre ronge Mona de culpabilité alors que Julia cherche désespérément son époux disparu. Pour se racheter, Mona retrouve Julia et l’engage comme aide-ménagère, lui offrant même un toit pour elle et Daniel, sans rien leur dire évidemment de sa réelle motivation. Elle cache aussi la vérité à Akram. Mais tous ces secrets pourront-ils tenir alors que les deux femmes se rapprochent et deviennent amies au fil du temps et que le vote pour la partition du pays se profile en 2010 ? Et ces secrets ne cachent-ils pas d’autres secrets, des secrets de femmes ?

À travers les relations se nouant dans cette « famille » réunie par les circonstances sous un même toit et sur un excellent scénario construit comme on épluche un oignon ou comme se joue une partie d’échecs, Mohamed Korfani photographie, radiographie et décrypte à merveille toutes les nuances de la problématique soudanaise aigue de l’époque. Méconnaissance totale des uns et des autres, racisme institutionnalisé : comment renouer le dialogue ? Peut-on se libérer des fantômes du passé, y compris au niveau le plus privé, là où les femmes notamment ont beaucoup en commun ? Autant de questions existentielles auxquelles Goodbye Julia tente d’apporter des réponses à la loupe de son duo de femmes splendidement interprétées et magnifiées par le talentueux directeur de la photographie Pierre du Villiers. Un ensemble de très grande qualité qui marque la naissance d’un cinéaste très prometteur.


(F. Lemercier, cineuropa.org)