LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

PAST LIVES, nos vies d’avant

Écrit et réalisé par Celine SONG - USA / Corée du Sud 2023 1h46 VOSTF - avec Greta Lee, Teo Yoo, John Magaro, Seung Ah-moon, Seung Min-yim...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

PAST LIVES, nos vies d’avantÀ 12 ans, Nora et Hae Sung ont un premier rendez-vous vaguement amoureux. Leur complicité est évidente. Mais Nora quitte peu après la Corée du Sud pour le Canada avec ses parents. Douze ans plus tard, les deux jeunes gens renouent grâce aux réseaux sociaux. Elle habite New York, où elle aspire à être dramaturge, tandis qu’il termine à Séoul ses études d’ingénieur. C’est comme s’ils s’étaient parlé la veille. Troublée par cette relation virtuelle qui n’est pas amoureuse, mais assurément plus qu’amicale, Nora prend un pas de recul. Douze autres années passent… En partie inspiré par la vie de la cinéaste Celine Song, Past lives est un récit d’amour impossible d’une délicatesse et d’une subtilité inouïes.



Dramaturge comme son héroïne, Celine Song a construit de merveilleux personnages à qui elle a écrit des dialogues pleins d’acuité, dont le réalisme se colore volontiers de poésie. Lorsque Hae Sung se souvient que Nora pleurait tout le temps, enfant, elle lui rappelle qu’il était le seul à pouvoir la consoler. Elle affirme ne plus pleurer désormais. « Pourquoi ? » demande-t-il. « Quand nous avons immigré, je pleurais beaucoup, mais tout le monde s’en fichait, alors j’ai arrêté. » Entre Nora et Hae Sung, c’est comme si l’heure était en permanence à la confidence… Il y a par exemple cette scène où Hae Sung demande à Nora si, en supposant qu’elle ne soit pas partie de Séoul, ils se seraient selon elle mariés, ou pas. Puis séparés, ou pas. Ils ne le sauront jamais. Dès lors, leurs échanges sont empreints d’une note de regret, de mélancolie, d’autant plus difficile à chasser qu’elle ne repose sur rien de tangible.
Et Nora d’épouser Arthur, un écrivain qu’elle aime sincèrement, et avec qui elle a beaucoup en commun… À l’inverse, Hae Sung et elle sont toujours aux antipodes. Quand elle était une étudiante studieuse et ambitieuse, il faisait la fête entre les cours. À présent, elle est plus décontractée qu’autrefois, et lui, plus coincé. Pour autant, lorsqu’ils finissent enfin par être en présence l’un de l’autre, cette connexion invisible qui les unit est palpable. C’est inavouable, mais irrépressible. C’est compliqué. Douloureusement compliqué.
Bien que Past lives soit son premier film, Celine Song démontre une maîtrise peu commune du langage cinématographique. Son sens de l’image est exquis : tous ces panoramas urbains nocturnes, ce crépuscule champêtre aux cieux pastel avec silhouettes en contrejour… En un crescendo parfait, elle réussit à traduire la tension amoureuse à l’œuvre au moyen de compositions parlantes, comme ce gros plan des mains de Nora et Hue Sung qui se touchent presque, mais pas tout à fait, dans le métro : c’est électrique…
Dans un film hollywoodien, on saurait comment tout cela va s’enchaîner et se conclure. Sauf que Past lives n’est pas un film hollywoodien, et que rien n’y est convenu ou prévisible. C’est un film juste, vrai, et surtout follement romantique. Un film qui, à défaut d’une meilleure formule, est honnête dans sa manière de susciter des émotions.
D’ailleurs, sans trop en dire, on précisera qu’à un moment, Nora se laissera de nouveau aller à pleurer. Impossible de ne pas l’imiter. C’est triste, mais cathartique. C’est compliqué. Magnifiquement compliqué.

(F. Lévesque, ledevoir.com)