LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

Soutenez Utopia Palmer

LA VÉNUS D’ARGENT

Héléna KLOTZ - France 2023 1h36 - avec Claire Pommet (alias Pomme), Niels Schneider, Sofiane Zermani, Anna Mouglalis... Scénario de Noé Debré, Emily Barnett et Héléna Klotz.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA VÉNUS D’ARGENT« Le modèle sous-estime fortement les événements improbables, les crises ou les cracks qui sont beaucoup moins rares que l’équation ne le prévoit. » Dans le monde où nous vivons, dominé par l’accélération technologique et où le statut social est souvent corrélé à la dimension monétaire, « la place de l’humain sur le champ de bataille de l’avenir » est en question. Tel est le cœur du passionnant La Vénus d’argent d’Héléna Klotz. Un titre qui fait directement référence à la statuette ornant la calandre des Rolls-Royce, « fixant l’horizon comme si toutes les portes allaient s’ouvrir devant elle », en écho à l’univers du trading et de la finance internationale dans lequel la jeune héroïne du film tente de se frayer un chemin et d’assouvir ses ambitions d’ascension sociale alors qu’elle n’est pas issue du sérail.

Jeanne Francœur (la révélation Claire Pommet, pour la première fois à l’écran et mieux connue sous son nom de chanteuse, Pomme) a 24 ans et, dans ses bagages, une très bonne école de commerce et deux ans de prépa maths à l’école militaire de Saint-Cyr. Vivant dans une caserne de gendarmerie de banlieue parisienne avec son père lieutenant et ses (beaucoup plus) jeunes frère et sœur, elle tente de se faire recruter en tant que « quant » (analyste quantitatif en finance de marché, tout un poème !) dans des grandes banques ou des sociétés d’investissement. Mais en dépit de ses dons arithmétiques, de l’armure d’un costume, d’une allure de garçon manqué quasi androgyne et d’un esprit très acéré, le pont est extrêmement difficile à franchir dans un environnement professionnel violent dont elle ne maîtrise pas les codes sociaux sous-jacents… Jusqu’au jour où une fenêtre s’ouvre, à l’occasion d’un stage.

Repérée par Farès (Sofiane Zermani, à l’affiche également dans Avant que les flammes ne s’éteignent), son patron, qui prépare le lancement d’un fonds à Singapour et qui démarche des investisseurs potentiels (notamment, à hauteur de 200 millions d’euros, l’ONG World Aid pilotée par l’héritière un brin décadente Anna Mouglalis), Jeanne est propulsée dans de nouvelles sphères, très loin de son milieu d’origine et de ses sentiments complexes pour le militaire Augustin (Niels Schneider), de retour de quatre années de mission en Afrique. Cependant, comme le dit Farès : « C’est bien d’être ambitieuse mais tu sais comment on appelle le point le plus haut de l’Everest ? La zone de la mort »…

Héléna Klotz impose avec ce second long métrage son talent original. Rythme (notamment un démarrage fracassant), mélange bien dosé de réalisme (des entretiens de recrutement stupéfiants, l’agressivité ambiante des salles de marché, la vie en vase clos des casernes militaires, etc.) et de romanesque assumé (« on ne gâche pas une belle histoire avec la vérité, alors on les laisse fantasmer »), attachante protagoniste féminine de choc apprenant le courage de la vulnérabilité : La Vénus d’argent est une œuvre totalement inscrite dans son temps. Et même si le côté vie privée est davantage utilisé comme zone de reflet et de réflexion par rapport aux péripéties professionnelles qui sont le moteur palpitant de l’intrigue, le film impose très facilement et avec brio sa tonalité hyper dynamique et sa lucidité sur des projections du futur qui sont déjà notre présent.
(F. Lemercier, cineuropa.org)

À noter que Pomme sera en concert aux Passagers du Zinc le samedi 25 novembre