LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

Soutenez Utopia Palmer

PAUVRES CRÉATURES

(POOR THINGS) Yorgos LANTHIMOS - USA 2023 2h21 VOSTF - avec Emma Stone, Mark Ruffalo, Willem Dafoe, Ramy Youssef, Damien Bonnard, Hanna Schygulla, Jerrod Carmichael... Lion d’Or – Festival de Venise 2023.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

PAUVRES CRÉATURESAvec Pauvres créatures, le cinéaste grec désormais hollywoodien Yórgos Lánthimos, a frappé fort : esthétiquement stupéfiant, autant pour les décors que pour les effets de mise en scène (avec notamment quelques plans anamorphosés hypnotiques), servi par des acteurs inoubliables dans des rôles extrêmes, Pauvres créatures se permet en outre d’être un flamboyant pamphlet féministe anti-autoritaire, prônant une liberté sexuelle absolue.



Dès la première séquence, intrigante au possible, on est subjugué : une femme, vêtue d’une robe victorienne d’un azur splendide, s’apprête à se jeter d’un pont dans les abysses sombres d’un fleuve, la Tamise peut-être. On va la retrouver, mais totalement différente, dans un immense et mystérieux manoir. Dans un corps de jeune femme, elle se comporte en enfant caractérielle, alignant à peine quelques mots intelligibles et brisant à sa guise les objets qui l’entourent. Bella est la protégée du Docteur Baxter, un chirurgien controversé, au visage repoussant, couturé façon puzzle, qui terrifie et malmène ses étudiants lors de cours d’anatomie fort peu orthodoxes. Un seul étudiant, Max, semble attaché au professeur qui lui confie une mission à risques : observer les progrès de Bella qui, peu à peu, doit se développer mentalement et tendre vers l’âge adulte. Et le jeune étudiant va être foudroyé d’amour pour la jeune femme, malgré son étrangeté plus qu’inquiétante. Vous l’aurez peut-être compris, Pauvres créatures est une variation très libre sur le mythe de Frankenstein. Mais on ne vous en dira pas plus…

Yórgos Lánthimos s’en donne à cœur joie pour utiliser les codes esthétiques du xixe siècle, mais en bousculant l’ambiance victorienne à grand renfort d’inventions futuristes à la Jules Verne, d’imageries bizarres, de trouvailles grotesques… Ainsi, dans Pauvres créatures, on se balade en calèche à vapeur mais à tête de cheval, on survole les villes dans d’étranges nacelles, les paquebots semblent sortis d’une BD de Bilal et, comme le professeur Baxter fait des expériences étranges, il a pour animaux de compagnie des poules à tête de caniche et des petits chiens à tête de cochon…
Mais le centre du film, c’est bien Bella et sa découverte tardive de la vie. Elle a grandi sans aucun accès aux codes sociaux donc sans aucun tabou et, lors d’une croisière imprévue à travers l’Europe, elle découvre sa sexualité en se moquant totalement de la bienséance. À travers ce personnage « scandaleux », Lánthimos creuse le sillon caustique et provocateur de ses premiers films (Canine, The Lobster…) : la critique – voire le jeu de massacre – du modèle formaté du couple et de la famille, l’exaltation de la liberté sans entraves, allant jusqu’à une défense fort peu catholique mais réjouissante de celle des travailleuses du sexe.

Pour mener cette sarabande endiablée, trois immenses comédiens : le marmoréen Willem Dafoe, génial en scientifique obsédé par sa création, dénué de morale mais néanmoins gagné par une sorte de sentiment paternel ; Mark Ruffalo, formidable en don Juan quinqua finissant, libidineux et amoral à souhait ; et surtout la prodigieuse Emma Stone (méconnaissable si on se rappelle son rôle de La La Land), incarnant à la perfection et à la folie tous les états de Bella, femme enfant, femme insatiable de désir et de liberté et femme d’esprit.