LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

EUREKA

Lisandro ALONSO - Argentine 2023 2h27 VOSTF - avec Viggo Mortensen, Chiara Mastroianni, Alaina Clifford, Sadie Lapointe... Scénario de Lisandro Alonso, Fabian Casas et Martin Camaño.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

EUREKAIl a suffi d’un film – La Libertad – au réalisateur Lisandro Alonso pour s’imposer comme l’un des chefs de file du « Nuevo Cine Argentino », une génération de cinéastes qui, au tournant des années 2000, impose un regard, une exigence, une croyance dans le cinéma comme véritable espace de liberté plastique et philosophique. Alignement heureux des planètes, dans le même temps, en Europe le catalan Albert Serra et en Asie le thaïlandais Apichatpong Weerasethakul plongent dans ce nouveau courant qui décide de questionner de façon quasi métaphysique notre condition humaine, utilisant l’environnement et le temps comme des vecteurs de réflexions existentielles.



Constitué de trois parties, Eureka nous embarque dans un voyage onirique qui s’ouvre dans les années 1870 sur un western en noir et blanc, au cœur d’une petite ville à la frontière mexicaine où les habitants dorment dans les rues, se saoulent et flinguent à tout-va. Chiara Mastroianni y campe une shérif et Viggo Mortensen un cowboy solitaire à la recherche de sa fille. Ce premier acte évoque par sa forme la violence de la conquête de l’Ouest (le réalisateur dit s’être directement inspiré des descriptions sauvages de l’écrivain Cormac McCarthy dans son livre Méridien de sang) en même temps qu’il suggère une critique sur l’utilisation du cinéma (ici le western) comme moyen de transmettre une certaine Histoire américaine dont les peuples indiens sont les grands absents. On comprend alors que pour le cinéaste, l’affaiblissement – voire la disparition – d’une grande partie de la culture indienne trouve son origine dans les efforts conjoints de ces violences : celles de la réalité et celles de la fiction.

Traversant les époques et les frontières, la seconde partie du film nous transporte de nos jours à Pine Ridge, une réserve indienne du Dakota du Sud. Dans un style semi-documentaire, on y suit Alaina, une véritable officier de police d’origine sioux patrouillant seule la nuit sur les routes enneigées de la réserve. Alaina est fatiguée de faire régner « l’ordre » au sein d’une population dépressive, pauvre, ravagée par l’alcool, les violences familiales et le vice du jeu. Car ce peuple, c’est le sien. Sa nièce, Sadie, attend son retour pendant une longue nuit, en vain… En quête de ses origines, elle décide alors, avec l’aide de son grand-père chaman, de quitter ce monde et de s’envoler dans le temps et l’espace vers l’Amérique du Sud. Sadie ne regardera plus de westerns en noir et blanc, qui ne la représentent pas.
Dans une troisième partie prenant la forme d’un conte, la caméra s’immisce alors au cœur d’une tribu d’hommes et de femmes animistes, communiquant par songes dans la chaleur équatoriale d’une jungle brésilienne, avant que la soif de richesse des orpailleurs ne vienne troubler ces méditations, nous rappelant cette autre sombre réalité de l’Histoire indienne.

En 2014, Lisandro Alonso semblait avoir atteint l’acmé de son art avec Jauja, un western patagonien qui invoquait autant le cinéma de Raul Ruiz que le Dead Man de Jarmusch. Pourtant, à la vision d’Eureka, qui explore la condition des Indiens d’Amérique (du Nord et du Sud) entièrement bouleversée par l’Histoire coloniale, on réalise à quel point le cinéaste argentin est encore capable de se réinventer tout en préservant son style poétique et sa singularité. Maîtrisant à la perfection ses cadrages et rallongeant volontairement la durée de certains de ses plans, Alonso semble vouloir nous inviter à transcender notre langage et notre rapport au monde. Dans le dossier de présentation du film, on trouve une phrase du cinéaste qui évoque assez bien l’atmosphère de cet œuvre aux contours chamaniques : « Les oiseaux ne parlent pas aux humains, mais si seulement nous pouvions les comprendre, ils auraient sans doute quelques vérités à nous transmettre. »