LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

LA SALLE DES PROFS

Ilker ÇATAK - Allemagne 2023 1h39 VOSTF - avec Leonie Benesch, Michael Klammer, Rafael Stachowiak, Anne-Kathrin Gummich... Scénario de Ilker Çatak et Johannes Duncker.

Du 06/03/24 au 16/04/24

LA SALLE DES PROFSC’est l’histoire d’un engrenage…
Tout commence avec une série de vols dans la salle des professeurs d’un collège en Allemagne. On commence d’abord par accuser les élèves, leur mettant la pression, les incitant à se dénoncer les uns les autres, tout cela renforçant une ambiance pesante, propice au harcèlement scolaire. L’histoire est recentrée sur Carla Nowak, une enseignante qui voit l’inconfort que cette enquête peut procurer à ses élèves, d’autant plus lorsqu’on entend les représentants du corps enseignant répéter : « si vous n’avez rien à cacher, vous n’avez rien à craindre ». Elle s’entête alors dans sa recherche de vérité, jusqu’à vouloir prendre le pickpocket la main dans le sac…
Sous la forme d’un récit haletant, prenant place quasiment exclusivement dans l’enceinte du collège, nous suivons le parcours de cette enseignante hyper consciencieuse et motivée qui, prise dans l’engrenage de son enquête, est menée à son tour à la délation. Et finalement, à la manière d’un thriller hitchcockien, le vol devient presque un MacGuffin, un ressort central mais qui n’est finalement qu’un prétexte : au fil du déroulement de l’intrigue, ce n’est plus le vol qui est la pièce maîtresse du récit mais plutôt la question de savoir jusqu’où peut-on aller pour le dénoncer et les conséquences que cela engendrera pour celle, celui, celles, ceux (ça peut faire du monde !) qu’on soupçonne à plus ou moins juste titre. Moralement, éthiquement, quel est le pire entre être un voleur ou être une « balance » ? Qui des deux serait alors le plus condamnable ? L’établissement scolaire fonctionne comme un microcosme de notre société, avec ses failles, ses conflits psychologiques et ses rapports sociaux, les adolescents n’étant pas considérés à égalité avec les adultes. Et pourtant la question se pose rapidement : si l’auteur du vol n’était pas un élève mais un prof ?



Tout le monde se juge, tout le monde se toise et finalement règne l’impression qu’il faut toujours trouver un bouc émissaire pour fonctionner en artificielle harmonie. Dans ce climat anxiogène, il est très difficile pour les élèves de se situer, de s’exprimer, de construire une solidarité active et durable…

Nous ne pouvons pas sortir du film indemnes, sans nous poser mille et une questions sur ce dilemme moral, que le réalisateur réussit à incarner avec une authenticité captivante, grâce à une mise en scène d’une grande précision, et en s’appuyant sur une équipe d’acteurs absolument remarquables, notamment les jeunes non professionnels qui jouent les élèves, et qui ont travaillé sur le tournage de manière collective, pour un rendu impressionnant de naturel. İlker Çatak nous livre ici un récit d’une grande justesse, reflétant les points de fracture de notre société.