LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

Soutenez Utopia Palmer

BLAGA’S LESSONS

Stephan KOMANDAREV - Bulgarie 2023 1h54 VOSTF - avec Eli Skorcheva, Gerasim Georgiev, Rozalia Abgarian, Ivan Barnev... Scénario de Simeon Ventsislavov et Stephan Komandarev.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

BLAGA’S LESSONSDepuis le récent décès de son mari, Blaga, enseignante bulgare à la retraite, mène une vie discrète et routinière à Choumen, une ville de 100 000 habitants située au Nord-est de la Bulgarie. À l’instar des milliers de retraités du pays touchant une pension de misère, Blaga vit plus que chichement. Alors pour joindre les deux bouts, elle donne des cours particuliers à Nare, une jeune femme syrienne qui veut acquérir la nationalité bulgare. Petit à petit, et avec l’aide de son fils parti tenter sa chance aux États-Unis, Blaga arrive même à économiser pour financer l’achat d’une concession pour elle et son mari afin qu’ils soient enterrés ensemble, même si, dit-elle, « Mon mari croyait plus en Lénine qu’en Jésus ».



Par cet acte, Blaga semble se préparer à la fin du voyage et c’est paradoxalement ce qui semble lui donner la force de continuer à vivre. Alors, le soir venu, dans son salon, devant l’urne où reposent les cendres de son défunt, et après avoir recompté les quelques billets qui doivent payer son projet funéraire, Blaga s’assoit et s’autorise un verre (ou deux) pour réchauffer son corps et son âme. Un instant suspendu avant d’être précipitée dans une spirale infernale… car ce qu’elle ne sait pas, c’est que sa vie va brutalement basculer à la suite d’une arnaque téléphonique… Mais sur ce point nous ne dévoilerons rien, afin de vous laisser le soin d’en découvrir tous les mécanismes machiavéliques et leurs conséquences.

La réussite de ce remarquable thriller social, à la mise en scène tendue et millimétrée, doit beaucoup à la performance de son actrice principale Eli Skorcheva, ancienne star du théâtre et du cinéma bulgare des années 70 et 80, qui s’était délibérément retirée de la scène et de l’écran pour s’engager en politique et s’opposer au régime communiste de l’époque.
Blaga’s lessons est un film saisissant, un film noir qui tient en haleine de bout en bout, exprimant les désillusions d’une société gangrénée par la criminalité, la corruption et les dérives des différents systèmes économiques (communiste ou capitaliste) mis en place. Une situation résumée par cette maxime bulgare : « Tout ce qu’ils nous ont dit sur le communisme pendant le communisme était faux, mais tout ce qu’ils nous ont dit sur le capitalisme était réel. »