LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

Soutenez Utopia Palmer

LAROY

(LAROY, TEXAS) Écrit et réalisé par Shane ATKINSON - USA 2023 1h52 VOSTF - avec John Magaro, Steve Zahn, Dylan Baker, Megan Stevenson... Carton plein au Festival du Film Américain de Deauville 2023 : Grand prix – Prix de la critique – Prix du public.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LAROYLe film démarre sur le bord d’une route dans un coin paumé du Texas, en pleine nuit. Une voiture s’arrête pour prendre un auto-stoppeur. Il est rapidement question de savoir si cet acte est désintéressé ou si le conducteur a une idée derrière la tête – à moins que ce ne soit le passager ? –, bref on se demande si un insaisissable danger ne plane pas sur la rencontre entre ces deux inconnus. Et de fait ils ne tardent pas à s’accuser mutuellement d’intentions meurtrières… Du fond de notre siège on rigole d’abord, tant la scène joue sur l’absurde… puis le doute s’installe en même temps qu’un silence glaçant. Le ton est donné, la tension monte.

À LaRoy, Texas, des âmes esseulées et en manque de reconnaissance se cherchent une identité. Tout n’est qu’affaire de symboles, Stacy-Lynn s’accroche à la couronne qu’elle a gagnée dans un petit concours de miss, Skip, avec son allure de cowboy, souhaite être reconnu comme détective privé et Ray, lui, perd tout espoir en son mariage lorsqu’il apprend que sa femme Stacy-Lynn l’a trompé. Cette nouvelle est la cerise sur le gâteau de sa vie médiocre, lui qui n’a finalement jamais rien réussi. Il est même au bord du suicide, avant qu’un événement imprévu le fasse changer d’avis…



Il se trouve rapidement embarqué dans une sombre histoire de meurtre dans laquelle il est pris pour un tueur à gage, ce qui va lui laisser croire qu’il pourrait acquérir une stature de winner. De son côté, Skip est persuadé qu’il peut élucider l’affaire avant les flics de la ville. À eux deux, ils tentent de comprendre qui sont les acteurs de cette histoire à multiples entrées, fourrant leur nez partout avec leurs gros sabots, laissant des traces multiples sur leur passage…

Les hommes du film agissent sans réfléchir, prêts à sortir les flingues à la moindre occasion, comme si leur attitude bravache était la preuve de leur courage et de leur virilité. Les paysages sont déserts, parcourus par des grosses bagnoles qui vont et viennent et rythment l’intrigue. Le polar n’hésite pas à emprunter les codes du western et laisse une large place à un humour noir qui brocarde une société américaine en proie à l’individualisme le plus stérile. Quant aux femmes, elles en savent plus qu’elles ne veulent bien le dire – bien plus surtout que les mecs ne sont capables de l’imaginer – et gardent le contrôle de la situation, regardant du coin de l’œil les « héros » se ridiculiser. De cette Amérique, on ne voit que peu les intérieurs, comme pour renvoyer les personnages à leur solitude, dans des espaces trop grands pour eux, où tout est fragile et où la loyauté n’existe pas.
Tout n’est qu’illusion dans cette histoire pleine de rebondissements et de chausse-trappes, entre meurtre, enquête, chantage et trahison. Autant d’enjeux qui dépassent totalement les protagonistes, tout occupés à leurs interrogations basiques : qui gardera l’argent ? Qui sera le plus malin ? À qui reviendra la gloire ? Chacun tente d’avoir le bon rôle et de se prouver qu’il existe dans un monde qui les ignore et n’a pas besoin d’eux… LaRoy, Texas pourrait être l’équivalent sudiste de Fargo, Dakota du Nord, et l’ombre complice des frères Coen enveloppe ce polar décalé, épatant premier film de Shane Atkinson.