LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

Soutenez Utopia Palmer

CHIEN BLANC

Réalisé par Anaïs BARBEAU-LAVALETTE - Québec 2023 1h36 VOSTF - avec Denis Ménochet, Kacey Rohl, K.C. Collins, Peter Bryant... Scénario d’Anaïs Barbeau-Lavalette et Valérie Beaugrand-Champagne, d’après le roman de Romain Gary.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CHIEN BLANC« Ce qu’on appelait l’humanitarisme s’est toujours trouvé pris dans ce dilemme entre l’amour des chiens et l’horreur de la chiennerie. » Romain Gary, Chien blanc.

« L’Histoire n’appartient pas au passé. L’histoire est le présent. Nous portons notre histoire avec nous et penser le contraire est criminel. » James Baldwin

C’est une nouvelle adaptation – après celle, fameuse, de Samuel Fuller en 1982 sous le titre français de Dressé pour tuer – du roman de Romain Gary publié en 1970, en pleine lutte pour la reconnaissance des droits civiques des Noirs aux États-Unis. Plus de 50 ans après, le propos de Gary n’a rien perdu de sa pertinence face aux enjeux sociétaux actuels autour des questions de racisme et d’antiracisme.
Le film commence par l’annonce choc, par le sénateur Robert Kennedy, de l’assassinat de Martin Luther King alors que de nombreux amis noirs sont réunis dans le salon du couple Romain Gary (Denis Ménochet) / Jean Seberg (Kacey Rohl), qui vit à l’époque à Los Angeles. Au-delà de l’émotion énorme provoquée par l’événement et les émeutes qui s’en suivent, c’est un fait anecdotique qui donne son titre au livre et au film, un fait qui engage la réflexion directrice et contribue à diviser le couple. Romain Gary découvre sur son perron un chien abandonné qu’il adopte pour faire plaisir à son jeune fils. Mais il s’avère que c’est un « chien blanc », un de ces chiens autrefois dressés à pourchasser les esclaves en fuite et désormais utilisés contre les manifestants noirs. Pour Jean Seberg, il faut le faire piquer. Pour Romain Gary, l’animal est lui-même une victime du racisme systémique et il va le confier à un dresseur noir pour le « reconditionner ». Et tandis que Jean Seberg s’engage toujours plus aux côtés des Black Panthers, Romain Gary se pose une question fondamentale qui sera au centre de son roman : quelle place peut prendre l’allié Blanc dans les luttes des Noirs ? Comment trouver la juste limite pour ne pas tomber dans le cliché du sauveur blanc, comme le fit complaisamment un Marlon Brando confit d’égotisme à la même période ? Une scène clef fait la bascule quand le couple se rend aux obsèques d’une jeune fille noire assassinée par des racistes et qu’une membre de la famille demande sèchement à Seberg de leur laisser leur lutte au lieu de se l’approprier.

À l’heure où les questions raciales n’ont jamais été aussi présentes dans le débat politique, le film résonne ainsi d’une brûlante actualité.
Le film doit beaucoup à la performance des actrices et acteurs dans les premiers rôles : Kacey Rohl est tout à fait convaincante en Jean Seberg, Denis Ménochet est comme toujours impressionnant, ainsi que l’inconnu K.C. Collins qui incarne le dresseur. La mise en scène de la Québécoise Anaïs Barbeau-Lavalette est elle aussi remarquable, scandée par les images récurrentes du chien poursuivant des Noirs de tous âges, et utilisant des images d’archives saisissantes, comme celles des récentes manifestations « Black Lives Matter ».
Petite recommandation : ne quittez pas la salle avant la fin du générique sinon vous ne profiterez pas de la magnifique chanson de Gaël Faye Seuls et vaincus, adaptation du très beau poème de Christiane Taubira.