LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

Tournefeuille Culture

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

On n'est jamais à l'abri du meilleur… Le projet Utopia Cinéma Durable continue ! 400% son objectif initial déjà atteint, 80 000€ ! Mazette ! Une fin d'année sur les chapeaux de roue !
Drôle d’année que 2020… Nous vous souhaitons une très belle année 2021, qu’elle soit meilleure et moins confinée que la précédente, qu’elle vous apporte la santé, la réalisation de vos projets. Il nous revient à tous de bâtir des alternatives solidaires, durables, respectueuses de l’humain et de nat...

Comme un cadeau de Noël à la planète ! Vous êtes-là ! Attention J-1 : il ne tient qu'à vous…
Lors de nos permanences, dans nos halls, sur les réseaux, il n'y a pas à dire vous êtes-là !Même sur Ulule : vous êtes-là ! sur https://fr.ulule.com/utopia-pont-sainte-marie/Par solidarité, pour soutenir un projet légitime, pour faire votre part ! WE DO OUR PART ! Parce qu'on ne peut pas laisser les...

Gébé, on arrête tout, on réfléchit / L'AN 01
Si, après avoir vidé votre PEL pour aider Utopia à concrétiser le projet de cinéma du futur à Pont Sainte Marie, il vous reste 3 sous d’épargne à dilapider dans la joie et la bonne humeur…On était très heureux de recevoir Pierre Carles à Utopia Borderouge, pendant le dernier festival du film gro...

lu dans BOX-OFFICE PRO : "Vers Troyes, Utopia fait appel au financement citoyen"
Le réseau indépendant, qui a obtenu le permis de construire le 19 octobre, a lancé une vaste campagne de financement participatif pour son projet de cinéma à Pont-Sainte-Marie, dans l’Aube.« Il est temps que le cinéma passe au vert ! » Déterminée, Anne Faucon a décidé de franchir une nouvelle ét...

DOUCE FRANCE

Geoffrey Couanon - documentaire France 2019 1h37mn - Avec Amina, Jennyfer, Sami...

Du 16/06/21 au 13/07/21 à Toulouse (Borderouge)

DOUCE FRANCEDes documentaires sur des luttes écologiques et paysannes on en a montrés, des débats on en a organisés dans les Utopia... De Tous Au Larzac de Christian Rouaud, à Demain de Cyril Dion en passant par le Dernier Continent sur la ZAD de Notre-Dame des Landes, et nous pourrions en citer des dizaines d'autres, l'histoire de votre salle chérie s'est faite au gré des débats autour de l'environnement et d'une agriculture socialement et écologiquement responsable. De par notre proximité géographique, il y a un combat qui nous tenait depuis quelques années particulièrement à cœur, celui que menaient certains de nos spectateurs pour la défense du Triangle de Gonesse contre Europa City, projet délirant du groupe Auchan pour la construction d'un parc d'activités gigantesque mêlant surfaces commerciales, zones de divertissement (avec même une piste de ski indoor comme à Dubai). Un projet prévu sur le site de la grande plaine de France non loin des pistes de Roissy, l'une des dernières grandes terres d'agriculture proche de Paris, réputée comme l'une des plus fertiles de l'hexagone.
On connait l'épilogue provisoire de l'affaire puisque dans la foulée de l'abandon si attendu du projet d'aéroport de Notre Dame des Landes, Emmanuel Macron sonna de manière inattendue la fin de la récré en novembre dernier, même si Auchan n'a pas dit son dernier mot.

Douce France n'est pas à proprement parler un documentaire sur tout le combat mené par les écologistes et paysans franciliens depuis quelques années. Il prend un angle très différent et qui s'avère passionnant. Il suit un classe de lycée de Villepinte, une commune voisine du 93 qui va être emmenée par une de ses enseignantes à s'intéresser au sujet . Villepinte est symbolique de ces villes de grands ensembles poussés comme des champignons à la fin des années 60 et qui ont forcément regroupé les classes les plus populaires d'Ile de France. Et quand on découvre ces adolescents nourris au culte de la réussite économique, et de la consommation, pour eux , la présentation du projet d'enquête semble révéler en eux un intérêt aussi grand que s'ils étaient confrontés à du droit médiéval, et Europa City leur paraît une aubaine autant qu'en tant que futurs consommateurs et visiteurs que comme potentiels employés dans une département qui accumule les mauvais chiffres du chômage. On suivra particulièrement Amina, Sami et Jennyfer trois jeunes de 17 ans aux rêves plein la tête, parfois différents, dont on va suivre progressivement l'évolution au fur et à mesure qu'ils vont comprendre les problèmes que posent le projet. Et c'est en cela que le film est passionnant car il pose une question fondamentale : comment transmet on des préoccupations environnementales et un intérêt pour des questions touchant à l'agriculture paysanne et à la souveraineté alimentaire à des jeunes des quartiers populaires pour qui cela est naturellement secondaire, eux qui ont vu leurs parents avant tout confrontés aux difficultés économiques parfois insurmontables du quotidien. Et c'est tout ce cheminement qui est touchant et fascinant. Quand Sami le jeune sportif , commence à se passionner pour le métier des paysans bios de la plaine de France. Ou quand Jennyfer, pourtant au début du film totalement séduite par le discours ultralibéral de la députée macroniste de sa circonscription, finit par convaincre sa mère de se rendre à l'AMAP .
Et bien au-delà de la question d'Europa City, le film pose du coup des questions fondamentales à toutes celles et ceux, jeunes ou moins jeunes, qui veulent faire avancer la cause écologiste.