LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

LE DOMOVOÏ - bistrot d'Utopia Borderouge - est (enfin !) ouvert !
« Génie familier de la maison, Domovoï est originellement celui du feu du foyer. Il se fonde sur l’usage de déposer dans la nouvelle maison un feu pris dans la précédente et sur celui d’offrir au domovój, chaque 28 janvier, un pot de gruau recouvert de braises. » Merci Wikipédia, on en sait à pr...

BIRDS OF AMERICA

Jacques LOEUILLE - documentaire France/USA 2021 1h24mn VOSTF - Commentaire en français.

Du 22/06/22 au 12/07/22 à Toulouse (Borderouge)

BIRDS OF AMERICAIl est doux de se laisser cueillir par un film, comme par inadvertance, et de se retrouver presque malgré soi embarqué dans un voyage dont on peine à vouloir revenir. Birds of America est de ces films-là. Il vous attrape par la main et ne vous lâche plus tout au long de ses 85 minutes, décidément bien trop courtes. Or, si on vous propose de but en blanc un documentaire suivant les pas d’un peintre animalier du début du xixe siècle, lequel a obsessionnellement croqué dans ses carnets à dessins toutes les espèces d’oiseaux le long du Mississippi, à moins que vous ne nourrissiez déjà une solide passion ornithologique, on gage que vous ne serez guère plus enthousiaste qu’un électeur de Philippe Poutou pénétrant dans l’isoloir pour le deuxième tour des Présidentielles. Et pourtant ! Birds of America est un film épastrouillant, à la fois beau, passionnant et entêtant.

Étonnant personnage que ce Jean-Jacques Audubon (devenu John-James) dont il est ici question. Fils illégitime né aux Caraibes d’un capitaine au long cours breton, il s’enfuit en 1809 aux États Unis pour échapper à la conscription napoléonienne. Très vite remarqué pour ses talents de peintre, passionné d’observation zoologique, il prend sa valise de couleurs, une carabine, et entreprend de descendre le Mississippi pour recenser et peindre les innombrables espèces d’oiseaux qui vivent le long du fleuve. Il entame alors ce qui sera l’œuvre de sa vie : Birds of America, quatre énormes volumes dotés de planches sublimes. Mais contrairement à ses homologues, il saisit en action les oiseaux qu’il croque, donnant libre cours à une science du mouvement hors du commun. Il va sans dire que les rares exemplaires encore intacts des dits-ouvrages valent des millions de dollars. Mais là n’est pas le propos du réalisateur.
Étonnant personnage que ce Jacques Loeuille, plasticien et historien d’art qui s’est fait une spécialité d’intégrer des personnalités du monde artistique à une histoire plus globale. Il a ainsi décrit l’Europe du xviie siècle à travers la peinture de Rubens, celle du xixe à travers Hugo… Il décide de refaire à l’identique le parcours d’Audubon, et d’observer à cette occasion la transformation écologique et humaine opérée en deux siècles sur un territoire qui a vu et subi la Conquête de l’Ouest, la révolution industrielle, le génocide indien, l’esclavage, la Guerre de Sécession, la désindustrialisation… Le résultat est édifiant. Ainsi la colombe voyageuse, dont on estime l’effectif en milliards à l’époque d’Audubon, a totalement disparu en quelques décennies, du fait de chasses massives. Tout au long du voyage le long du Mississippi, cher à Mark Twain et le plus important couloir migratoire du continent, ce sont aussi les peuples indigènes qui témoignent de leur histoire faite de déportations, de massacres et, dans une époque plus contemporaine, de spoliations de leurs terres ancestrales au profit de l’industrie et de l’agriculture productiviste.

La descente du fleuve est jalonnée d’étapes qui permettent de consulter des exemplaires de l’œuvre d’Audubon, à Cincinnati, à Henderson, à Saint Louis, à La Nouvelle-Orléans… Moments forts et émouvantes respirations. Le voyage s’achève en Louisiane, où l’industrie pétrolifère détruit tous les écosystèmes, empêchant le maintien de la faune, transformant les riches biotopes lacustres en désert biologique. Et alors qu’Audubon est célébré à la Nouvelle-Orléans comme une icône, son nom est accolé à de clinquants zoos ou de tristes parcs aquatiques, cyniques opérations de greenwashing. En quelques séquences et tout en suivant un peintre du xixe siècle, Loeuille parvient à faire ressentir de façon limpide la catastrophe écologique et humaine en cours aux États Unis.
Nous reste l’œuvre de Jean-Jacques Audubon, longtemps considérée comme une référence scientifique, aujourd’hui reléguée au rang d’objet esthétique : le film fait revivre ce fabuleux trésor documentaire, témoignage unique d’un monde disparu.