LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

LE DOMOVOÏ - bistrot d'Utopia Borderouge - est (enfin !) ouvert !
« Génie familier de la maison, Domovoï est originellement celui du feu du foyer. Il se fonde sur l’usage de déposer dans la nouvelle maison un feu pris dans la précédente et sur celui d’offrir au domovój, chaque 28 janvier, un pot de gruau recouvert de braises. » Merci Wikipédia, on en sait à pr...

LES VOLETS VERTS

Jean BECKER - France 2022 1h37mn - avec Gérard Depardieu, Fanny Ardant, Benoît Poelvoorde, Stéfi Celma, Anouk Grinberg, Fred Testot... Scénario de Jean-Loup Dabadie, d’après le roman de George Simenon.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES VOLETS VERTSLes Volets verts ne sort pas de nulle part, il s’appuie sur du solide. Un roman de Simenon, pas un policier, un de ses romans « sérieux » ou « durs » comme il les qualifiait lui-même et il paraît que celui-ci était l’un des ses préférés. Un scénario-adaptation posthume de Jean-Loup Dabadie, orfèvre en la matière (on ne rappellera que sa complicité créatrice avec Claude Sautet) disparu en 2020. Une réalisation du chevronné Jean Becker. Une troupe soudée de comédiens autour de quelques têtes d’affiche : Ardant, Poelvoorde… Et puis Gérard Depardieu. Omniprésent, omnipotent, en majesté, dans un rôle qui semble avoir été écrit pour lui alors que Simenon, en 1950, avait sans doute en tête Raimu (son ami, mort en 1946) mais aussi Michel Simon, Jean Gabin peut-être. Comme dans le récent Maigret de Patrice Leconte (Simenon, décidément), Depardieu est le personnage, le personnage est Depardieu, on ne sait pas faire la différence et c’est un des charmes de ces films que de proposer un portrait de leur comédien autant que celui d’un être de fiction…

Le film brosse le portrait d’un monstre sacré, un comédien au sommet de sa gloire mais qui entame la pente descendante. Il le sait, mais ne sait pas encore l’accepter. Une vie qu’il veut toujours survoltée, entre scènes de théâtre et plateaux de tournage. Sans repos, sans les temps morts qui peuvent servir aussi à se poser des questions sur le pourquoi, sur le pour qui, sur le jusqu’à quand. Les visites chez le médecin dont les conseils de tempérance restent lettre morte. Les amours durables mais plus forcément partagés, les amours de profiteur, pas de quoi être fier. L’alcool pour faire carburer la machine. Pour combien de temps ? Et puis une parenthèse, cette affection sincère et sans calcul pour une jeune femme et son adorable petite fille, qu’il installera sur la Côte d’Azur, dans sa maison aux volets verts…