Loading

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 48€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE SUR VOS ECRANS
Bonjour à vousPlus bas, vous pouvez consulter la gazette actuelle——-Petite astuce : pour afficher la gazette en plein écran, il vous faut cliquer sur l’icône en bas à droite représentant un petit rectangle dans un plus grand rectangle.Plus commode : vous pouvez également ...

Le quartier autour de La Manutention va se retrouver dans les années à venir en grand chantier.
L’ancienne prison, alors que le projet définitif n’est pas encore dévoilé, devrait être réaménagée et le Verger d’Urbain V devrait quant à lui arborer plus rapidement un nouveau visage.À cette fin des fouilles y ont été accomplies et ont révélées que le sol était empoisonné, le lieu ayant servi ...

Promouvoir les valeurs judéo-chrétiennes…
« Vous le savez, c’est grâce à l’un des nôtres, notre ami André Bonnet, que le film  “Baise-moi” a pu être classé X et interdit de diffusion ! Et que l’on ne se trompe pas sur le sens de cette victoire ! […] Le film en question était un film d’une pornographie et d’une violence totales […] Et to...

Toulouse, c'est pas rose, Toulouse, c'est morose…
Il s’en passe de belles du côté de nos cousins d’Utopia Toulouse : le 26 janvier, à 8 heures du matin, les projectionnistes se sont retrouvés devant les portes bloquées, des affiches placardées un peu partout sur les vitres avec des slogans dont la violence a cassé les effets bénéfiques de leur ...

On passe à Enercoop
 Tous les consommateurs disposant d’un tarif réglementé avec une certaine puissance souscrite ont l’obligation de renégocier auprès du fournisseur d’énergie de leur choix une offre de marché avec une prise d’effet au plus tard au 1er janvier 2016.L’État vient de nous rappeler à la réali...

La projection du mercredi 4 mai à 18h15 aura lieu dans le cadre du ciné-club de Frédérique Hammerli, professeur de cinéma

A TOUCH OF SIN

Écrit et réalisé par Jia ZHANG-KE - Chine 2013 2h10mn VOSTF - avec Jiang Wu, Wang Baoqiang, Zhao Tao, Luo Lanshan... PRIX DU SCÉNARIO, FESTIVAL DE CANNES 2013.

Du 04/05/16 au 04/05/16

A TOUCH OF SINLe cinéma mondial compte quelques cinéastes qui, plus que des témoins, ont été au long de leurs filmographies des baromètres de leur époque. Ils sont au fond assez peu et Jia Zhang-ke est en train, en une dizaine de films, de se révéler comme un de ceux-là. Ses films (Xiao-Wu, artisan pickpocket, The World, Still Life…) ont l’immense capacité de muer à mesure que son sujet – l’état de la Chine contemporaine – évolue. La grande surprise que réserve A touch of sin, c’est que l’auteur si fin et mesuré qu’est Jia Zhang-Ke, lui qui a fait des tensions économiques et sociales la discrète toile de fond de tous ses films, fait aujourd’hui exploser de manière hyper-expressive à l’écran les actes de brutalité sauvage qui éclatent actuellement dans la société chinoise. Car avec ce nouvel opus impressionnant, inspiré de plusieurs faits divers, Jia Zhang-Ke livre l’effroyable instantané d’une société dont la violence ne se contente plus de métaphores. Son génie est d’établir ce constat dans une œuvre riche et tentaculaire, conçue elle-même comme un véritable passage à l’acte cinématographique, puisqu’il ose fendre le réalisme le plus brut (comme toujours chez lui, le film frôle régulièrement le documentaire) par des envolées purement visuelles empruntées aux codes du western, du thriller ou des films d’arts martiaux. Ce mélange singulier lui permet de questionner d’un même geste la montée de la violence dans le pays et sa représentation, parfois crue mais jamais gratuite. Que l’on ne s’y trompe pas : la Chine va mal et le regard de Jia Zhang-Ke est noir, très noir. Mais la respiration de son cinéma est ample, si bien que le tragique survient en même temps que la jubilation formelle procurée par un cinéaste en pleine maîtrise des possibilités de son art.
A touch of sin raconte l’histoire de quatre personnages qui, chacun à sa manière, – acculés par les inégalités, les injustices ou les humiliations – cèdent à l’explosion de la violence. Portraits de travailleurs et de délaissés, paysages d’usine et de chaos urbain… Comme toujours chez Jia Zhang-ke, les plans ont cette présence si singulière qui sait faire exister une réalité en un instant et imprime immédiatement la sensation d’une attention exacerbée au monde. L’émergence de la violence n’en est que plus saisissante.