Loading

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 48€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE SUR VOS ECRANS
Bonjour à vousPlus bas, vous pouvez consulter la gazette actuelle——-Petite astuce : pour afficher la gazette en plein écran, il vous faut cliquer sur l’icône en bas à droite représentant un petit rectangle dans un plus grand rectangle.Plus commode : vous pouvez également ...

AVIGNON, VILLE IMPÉNÉTRABLE ?
carte_bus_festival.pdf  2e saisonPour un grand nombre d’entre vous, il apparaît difficile, voire impossible, pendant le mois de juillet (surtout !) d’atteindre le cinéma Utopia. C’est à un tel point que devant ces murs infranchissables et la difficulté de circuler, vous faites demi-tour avec...

UTOPIA TOULOUSE DEVIENT L’AMERICAN COSMOGRAPH
C’est vraiment très chouette de la part de l’équipe d’Utopia Avignon de nous laisser cet espace pour vous raconter un peu ce qui se passe du côté de Toulouse… Un Utopia y prend son indépendance, ça n’arrive pas tous les jours !Pour la petite histoire, Utopia est arrivé à Toulouse en 1993 en ache...

Le quartier autour de La Manutention va se retrouver dans les années à venir en grand chantier.
L’ancienne prison, alors que le projet définitif n’est pas encore dévoilé, devrait être réaménagée et le Verger d’Urbain V devrait quant à lui arborer plus rapidement un nouveau visage.À cette fin des fouilles y ont été accomplies et ont révélées que le sol était empoisonné, le lieu ayant servi ...

On passe à Enercoop
 Tous les consommateurs disposant d’un tarif réglementé avec une certaine puissance souscrite ont l’obligation de renégocier auprès du fournisseur d’énergie de leur choix une offre de marché avec une prise d’effet au plus tard au 1er janvier 2016.L’État vient de nous rappeler à la réali...

Séance unique le jeudi 29 septembre à 20h30 suivie d’une rencontre avec les co-réalisateurs Michel Samson et Jean-Louis Porte.

MARSEILLE ENTRE DEUX TOURS

Jean-Louis COMOLLI, Jean-Louis PORTE, et Michel SAMSON - France 2015 1h17 -

Du 29/09/16 au 29/09/16

MARSEILLE ENTRE DEUX TOURSDepuis plus de vingt-cinq ans, le réalisateur Jean-Louis Comolli et ses complices n’ont raté aucune des batailles politiques marseillaises. La succession de Gaston Defferre, les alliances roublardes de Jean-Claude Gaudin, les petites magouilles et grandes haines entre socialistes, l’émergence de nouvelles figures politiques dans les quartiers nord, tout cela ils l’avaient saisi sur la pellicule.
Mais, pour leur dixième film à l’occasion des municipales de mars 2014, l’envie d’aller voir ailleurs a été plus forte que l’attrait mortifère des éternelles querelles partisanes.

« C’était le soir du premier tour des municipales, le 23 mars 2014. Nous sommes allés directement au local de la tête de liste socialiste, Patrick Mennucci. Des dizaines de journalistes, aucun militant. Nous filmons le Parti socialiste à Marseille depuis la mort de Gaston Defferre en 1989. Alors, Patrick Mennucci était le principal allié de Michel Pezet contre Robert Vigouroux. Nous l’avons retrouvé aux municipales de 1995, aux côtés de Jean-Noël Guérini pour soutenir la candidature de Lucien Weygand ; en 2001, Mennucci et Guérini faisaient équipe pour René Olmeta ; en 2008, Mennucci était cette fois directeur de campagne de Guérini, candidat à la mairie. Depuis, Mennucci a rompu avec Guérini, qui s’est exclu du Parti Socialiste. Et le voilà qui se présente contre Jean-Claude Gaudin, candidat depuis 1989 et maire depuis 1995.
« Les journalistes attendaient comme nous. L’état-major était retranché dans ses bureaux. Les résultats ne laissaient guère de doute : Mennucci perdrait, Samia Ghali, que nous suivons depuis 2001, garderait son secteur, et le Front National, filmé lui aussi tout au long de ces 25 ans, avait une chance de l’emporter dans le septième secteur. Et Gaudin ferait son quatrième mandat…
« Or, en 25 ans, Marseille avait changé. La ville était en pleine mue. Ce qui ne se sentait guère du côté du siège du Parti Socialiste. Nous avons voulu aller voir ailleurs. Dans le hors-champ des campagnes électorales. Voir ce que racontent les rues, les ports, les escaliers, les marchés, les collines. Entendre ceux qui pratiquent la ville autrement, la parcourent, la pensent et l’inventent, les artisans d’une autre Marseille. »