Loading

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 48€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE SUR VOS ECRANS
Bonjour à vousPlus bas, vous pouvez consulter la gazette actuelle——-Petite astuce : pour afficher la gazette en plein écran, il vous faut cliquer sur l’icône en bas à droite représentant un petit rectangle dans un plus grand rectangle.Plus commode : vous pouvez également ...

On passe à Enercoop
 Tous les consommateurs disposant d’un tarif réglementé avec une certaine puissance souscrite ont l’obligation de renégocier auprès du fournisseur d’énergie de leur choix une offre de marché avec une prise d’effet au plus tard au 1er janvier 2016.L’État vient de nous rappeler à la réali...

OH PEUCHÈRE !
 Avignon : 60% des suffrages pour la liste Estrosi, Le Pontet : 56% des suffrages pour la liste Le Pen. On a échappé à Marion Maréchal Le Pen et ses valeurs chrétiennes et blanches pour hériter de Estrosi avec son programme de résistant, ça va changer qu’il a promis ! Oh putain ! *La COP...

Que la farce soit avec toi !
Le côté obscur de la farce…À moins d’être exilés seuls sur Mars, aux confins de la galaxie, à des années-lumières de la Terre, hors de l’attraction de l’indépassable civilisation occidentale, il est impossible depuis des semaines d’échapper au bruit médiatique de la déferlante Star Wars. Mais si...

NEUILLY SUR RHÔNE
Le Grand Avignon a ses riches, qui se portent bien, ses pauvres, de plus en plus nombreux, les nés ici ou ailleurs, n’en déplaise à Nadine Morano…Qu’en est-il de l’accueil à Villeneuve de tout ce petit monde, ce village périphérique à un pont d’Avignon avec ses 12 000 habitants ?Cette que...

En collaboration avec Miradas hispanas, la séance du mercredi 10 février à 20h30 sera suivie d’une rencontre avec Juan Boggino, argentin, psychanalyste, co-fondateur de l’association Traces réseau clinique international.

EL CLAN

Écrit et réalisé par Pablo TRAPERO - Argentine 2015 1h48mn VOSTF - avec Guillermo Francella, Peter Lanzani, Lili Popovich, Giselle Motta, Franco Masini, Antonia Bengoechea, Stefania Kœssl, Gaston Cocchiarale... Festival de Venise 2015 – Lion d'argent du Meilleur réalisateur.

Du 10/02/16 au 01/03/16

EL CLANC'est tout autant un thriller palpitant qu'un conte cruel et terrible qui met en scène une famille apparemment modèle, pour qui les frontières entre le bien et le mal ont disparu dans un contexte historique bien particulier. El Clan raconte un fait divers bien réel, qui défraya la chronique au milieu des années 1980 dans l'Argentine fraichement sortie de l'abominable dictature des généraux. C'est l'histoire de la famille ou plutôt du clan Puccio, des gens bien sous tout rapport qui ont organisé consciencieusement l'enlèvement crapuleux, la séquestration et l'assassinat de plusieurs personnes, hommes d'affaires, jeunes gens de la bonne société, seulement coupables d'avoir une famille ou des proches susceptibles de pouvoir payer de bonnes rançons.
Comment aurait-on pu soupçonner la respectable famille Puccio ? Elle habitait un des quartiers résidentiels les plus tranquilles de Buenos Aires. Le père, après avoir collaboré aux services de renseignement de l'Etat sous la dictature, était propriétaire d'une charcuterie-rôtisserie. Le fils était connu nationalement puisque jeune rugbyman espoir de la célèbre équipe nationale des Pumas qui venait de défaire les invincibles All Blacks. Il y avait également la mère, un fils plus jeune et deux filles. Qui aurait pu s'imaginer que ce foyer couvrait les cris de malheureuses victimes kidnappées puis séquestrées dans les combles ou au sous-sols ?
El Clan prend donc la forme et le rythme d'un thriller – on pense plus d'une fois à Scorsese, notamment dans l'utilisation de musiques pop contrastant avec des scènes angoissantes ou violentes – pour décrire avec une lucidité sans pitié la société argentine à un moment charnière, une sorte de zone grise où elle va connaître la fin de la dictature et le retour à la démocratie. Le film impressionne avant tout par ce qu'il faut bien appeler le charisme de son « anti-héros », Arquimedes, le père de famille, incarné à contre-emploi par Guillermo Francella, connu dans son pays pour des rôles comiques. A la fois désespérément calme, le regard bleu azur, froid et distant, le patriarche, sans être nullement impressionnant physiquement, est capable d'accès de violence inouïs et imprévisibles.

Le film se déroule entre 1982 et 1985, un peu avant et un peu après la chute des généraux. Il s'ouvre d'ailleurs sur une archive télévisuelle montrant un officiel qui déclare que la période des disparitions de personnes est révolue. Arquimedes Puccio était un ancien paramilitaire d’extrême droite avant l’avènement des généraux et devint un des agents dormants du régime sous la dictature. Pour nombre de ces barbouzes, la frontière entre répression officielle et crimes crapuleux devint rapidement ténue, si bien qu'à la chute des généraux, le basculement vers le banditisme fut tout à fait naturel. Dans ce climat délétère, l'acceptation d'une telle situation au sein de la famille, entre complicité active pour certains et déni pour d'autres, semble irréelle mais pourtant logique : la dictature avait généré des monstres qui pouvaient se manifester au sein de chaque foyer.
Dans la continuité de Pablo Larrain avec El Club ou de Patricio Guzman avec Le Bouton de nacre, le cinéma sud américain nous rappelle que les fantômes du passé ne sont jamais très loin, en Argentine comme au Chili, et toujours prêts à montrer leurs tristes figures.

Miradas hispanas est une association avignonnaise de diffusion des cinémas du monde hispanique. Pour en savoir plus : cinemiradas@free.fr