Loading

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 48€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DES NOUVELLES DU FRONT OU COMMENT LES PAUVRES CONTINUERONT A PAYER POUR LES RICHES !
Puisque nous sommes aux premières loges, que se passe t’il dans la mairie Front National du Pontet ? Pour être franc pour l’instant pas de grandes révolutions, juste des indices qui permettraient d’imaginer une politique nationale… « On essaye de chercher les économies partout où on peut en fai...

CINQ ANS APRÈS LE « PARI » DE LA FERMETURE D’UN COLLÈGE ZEP À AVIGNON ! (suite)
Situé dans un quartier considéré comme extrêmement défavorisé, le collège Giera a fermé ses portes en 2009 et les élèves ont été «  intégrés  » pour la grande majorité dans deux établissements de bonne réputation de l’intra-muros d’Avignon : les collèges Mistral et Vernet.Il y a quelques semaine...

2003 : CHIRAC ETAIT AUX COMMANDES... ET LA GAUCHE SOUTENAIT LES INTERMITTENTS !
À l’heure où nous bouclons notre programme du mois de juillet, que communément nous appelons la Gazette-du-Festival, il n’est pas certain que ce Festival ait lieu… Le spectre de 2003 rôde de nouveau sur la ville. 2003 : Chirac était aux commandes… et la gauche soutenait les intermittents  !  201...

La gazette à lire sur votre écran
Bonjour à vous Plus bas, vous pouvez consulter la gazette actuelle et les gazettes précédentes (depuis 2008). ——- Petite astuce : pour afficher la gazette en plein écran, il vous faut cliquer sur l’icône en bas à droite représentant un petit rectangle dans un plus grand recta...

Cinq ans après le « Pari » de le fermeture d’un Collège ZEP à Avignon !
En 2009, nous avions accueilli le Collectif contre la fermeture du collège Giera, pour une rencontre, plutôt vive, après la projection du film La Journée de la jupe. Ce collège, au service d’une population très défavorisée, avait finalement fermé, mais qu’en est-il cinq ans plus tard ? Un mouvem...

LE CONTE DE LA PRINCESSE KAGUYA

Isao TAKAHATA - film d'animation Japon 2013 2h17mn VOSTF - Pour les enfants à partir de 10 ans. Musique de Joe Hisaishi. VISIBLE PAR TOUS, ENFANTS À PARTIR DE 10 ANS.

Du 23/07/14 au 19/08/14

LE CONTE DE LA PRINCESSE KAGUYALes yeux s'écarquillent, la bouche s’entrouvre de béatitude, tous nos poils se hérissent de bonheur, on se sent empreint d'une sérénité semblable à celle qui s'emparerait de nous si nous étions téléportés au printemps au pied du mont Fujiyama alors que les fleurs des cerisiers s'envolent et qu'un léger vent fait frémir les rizières… C'est l'effet Princesse Kaguya… Cette merveille de film d'animation est l'œuvre d'Isao Takahata, l'alter ego de Hayao Miyazaki au sein des désormais légendaires Studios Ghibli. Un alter ego moins célèbre, moins productif mais tout aussi talentueux, dont les chefs d'œuvre étaient jusqu'à présent Le Tombeau des lucioles et Mes voisins les Yamada. Mais c'était avant Le Conte de la Princesse Kaguya
Au soir de sa vie, Takahata est allé chercher, très loin dans le temps mais pas si loin dans l'imaginaire nippon, un conte millénaire, celui du « Coupeur de bambous », écrit probablement à la fin du ixe siècle mais que tout petit Japonais connaît aussi bien que nous connaissons la souris verte ou le corbeau et son calendos coulant.

L'histoire suit un couple, un vieux coupeur de bambous et sa femme, dont la vie pourrait être heureuse s'ils étaient parvenus à avoir un enfant. Jusqu'au jour où, après un coup de machette miraculeux, le brave homme découvre au creux d'un bambou un nourrisson, une petite fille, cadeau de la nature. Ils l'adoptent, fous de joie, et tout serait normal si l'enfant ne grandissait exceptionnellement vite, au point de devenir en un rien de temps une superbe jeune fille. Et ce au moment où le coupeur de bambous trouve par hasard une pépite d'or dans laquelle il voit un signe du destin : il financera ainsi l'avenir de sa fille qu'il compte bien emmener à la ville pour en faire une princesse qui pourra être mariée aux plus grands notables de l'Empire.
Tout en respectant le récit au premier degré du conte, Takahata en fait une merveilleuse allégorie sur le temps qui passe bien trop vite, nous menant à la fin inéluctable (le film prend là des allures testamentaires), et sur la liberté. La jeune princesse, au départ émoustillée par le faste, les beaux tissus, les palais, comprend vite, alors qu'on veut lui imposer les codes de la femme aristocratique japonaise (noircir ses dents, raser ses sourcils, être posée et soumise) et que les prétendants (y compris l'Empereur) se pressent pour avoir sa main, que la liberté et le bonheur ne sont pas là mais du côté des champs où elle imitait (scène géniale) les grenouilles et riait avec ses amis garçons de ferme.

Visuellement c'est éblouissant, à vingt mille lieues de l'esthétique dominante de l'animation japonaise : Takahata a travaillé avec différentes techniques, notamment l'esquisse et le fusain, son trait évoque les estampes traditionnelles, débarrassées de leur hiératisme pour leur apporter une douceur propre à l'univers du réalisateur, douceur qui convient bien à la description sereine des paysages ruraux et de la nature luxuriante. Côté animation, c'est parfois vraiment bluffant, comme dans cette scène incroyable où Kaguya, fuyant ses prétendants à grandes enjambées, devient dans un maelström graphique un tourbillon presque abstrait. Face à une telle merveille, on voudrait que les deux géants que sont Takahata (78 ans) et Miyazaki (73 ans) poursuivent leur œuvre et deviennent centenaires, sinon on va se sentir bien orphelins…