LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

LE MONDE D’APU

(Apur Sansar) Satyajit RAY - Inde 1959 1h46 VOSTF - avec Soumitra Chattopadhyay (Chatterjee), Sharmila Tagore, Alok Chakravarti, Swapan Mukhopadhyay...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE MONDE D’APUEn 1959, Le Monde d’Apu clôt une trilogie commencée quatre ans plus tôt. Apu est désormais un jeune adulte à la recherche d’une situation. Il ne regarde jamais vers le passé, n’est pas nostalgique d’une enfance et d’une adolescence marquées par les drames. Dans ce dernier volet, le bonheur arrive par hasard, il entre dans la vie d’Apu de façon fulgurante. Celui-ci connaît le véritable amour, la plénitude. Lorsqu’elle s’installe avec lui, Apurna, bien qu’issue d’un milieu aisé, s’adapte aux restrictions. La pauvreté lui fait peur, mais elle accepte d’y faire face, pour son mari. Mais cette harmonie est fragile et rompue brutalement. Alors qu’il a jusque-là toujours fait face, Apu quitte tout, s’en va : il n’est plus capable de souffrir.
Satyajit Ray, avec une infinie délicatesse, continue à peindre sa fresque sur la condition humaine. Vie et mort font partie d’un cycle, ici interrompu – un temps – face à l’adversité devenue trop forte. Le propos est universel, la forme, poétique, est empreinte de classicisme, mais également marquée par des recherches d’une grande modernité. (© Festival Lumières)