UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Coopérative QUI VIVRA BÉRAT habitat partagé en évolution la Ménardière
Une autre façon de vivre ? Une autre façon de vieillir ? Voilà 4 ans, qu’un groupe de retraités a investi le Domaine de la Ménardière en créant une coopérative. Objectif : Vivre et vieillir ensemble solidaires et actifs jusqu’au bout du chemin. Chambres d’hôtes, Conc...

SÉANCES BÉBÉS
  Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pou...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de la...

Soutenez Utopia Palmer

L’ÉTRANGLEUR

Paul VECCHIALI - France 1970 1h33mn - avec Jacques Perrin, Eva Simonet, Julien Guiomar, Paul Barge... Interdit aux moins de 12 ans.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’ÉTRANGLEURTraumatisé enfant par le meurtre d’une femme à l’aide d’une écharpe, un homme nommé Émile reproduit à plusieurs reprises la scène à l’âge adulte. Notre étrangleur à la gueule d’ange incarné par Jacques Perrin, perçoit ses actes comme un service rendu à ces femmes, qui, pour lui, ne voulaient plus vivre. Simon, policier nostalgique de la Résistance lancé sans grande conviction à ses trousses, se préoccupe surtout d’Anna, qui voudrait lui servir d’appât, et l’oblige à regarder autrement le mal. Vecchiali nous ramène régulièrement à la scène traumatique par des plans silencieux de rue déserte et de tunnel. L’utilisation du hors champ est puissante et déconcertante. C’est un film intime et terrible, sur un traumatisme d’enfance qui transforme un individu en assassin.