UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Solidarité et partage de liens !
En raison des mobilisations agricoles qui ont lieu en ce moment dans toute la France, nous mettons notre documentaire Tu nourriras le monde en ligne en accès libre sur notre site internet : https://parolesdepaysans.wixsite.com/parolesdepaysans/tu-nourriras-le-monde Et sur youtube : https://www.y...

SÉANCES BÉBÉS
  Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pou...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de la...

Soutenez Utopia Palmer

ROSA LA ROSE, FILLE PUBLIQUE

Paul VECCHIALI - France 1986 1h30mn - Avec Marianne Basler, Jean Sorel, Pierre Cosso, Catherine Lachens, Évelyne Buyle...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ROSA LA ROSE, FILLE PUBLIQUERosa est belle comme un soleil, d’une beauté qui éclabousse les malfrats comme les clients biberonnés à son énergie. Sa vie est bien rodée, entre les jaloux qu’elle convainc de faire l’amour ensemble et les consœurs loyales envers et contre tout, les fourrures pour jouer à la dame et les « Et attention au sida ! » qu’elle lance avec nonchalance. Un jour, un jeune homme surgit et lui inspire un amour en forme de chamboule-tout. Son univers s’écroule, son insouciance aussi : elle mesure pour la première fois que la liberté a un prix.

Ce drame intimiste nous transporte dans l’univers de Rosa, incarnée par Marianne Basler, une prostituée au grand cœur qui se bat pour son indépendance et son droit à une existence épanouissante. Vecchiali, en maître du cinéma indépendant fauché, réalise un portrait sensible et nuancé de cette femme à la fois vulnérable et forte. Si Rosa fascine tant les hommes mais aussi les femmes, c’est parce qu’elle représente une image du cinéma. Elle possède la même puissance que Danielle Darrieux dans En haut des marches.

Le film contient une grande scène de bal, réécriture de la Cène qui indique peut-être un drame à venir, et célèbre à nouveau, l’amour de Vecchiali pour la chanson, catalyseur émotionnel hérité du cinéma antérieur à la Nouvelle Vague. D’abord conçu en mouvements linéaires (le rituel quotidien pour les passes, les allers-retours entre la rue et le bureau du proxénète dissimulé à l’arrière d’un café), le film prend rapidement la forme d’une folle ronde prisonnière.