UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Solidarité et partage de liens !
En raison des mobilisations agricoles qui ont lieu en ce moment dans toute la France, nous mettons notre documentaire Tu nourriras le monde en ligne en accès libre sur notre site internet : https://parolesdepaysans.wixsite.com/parolesdepaysans/tu-nourriras-le-monde Et sur youtube : https://www.y...

SÉANCES BÉBÉS
  Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pou...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de la...

Soutenez Utopia Palmer

LE CAFÉ DES JULES

Paul VECCHIALI - France 1988 1h05mn - Avec Jacques Nolot, Brigitte Roüan, Patrick Raynal, Raphaeline Goupilleau...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE CAFÉ DES JULES« Nous sommes en France quelque part, en banlieue, en province, on ne sait où. Il pleut, la nuit est tombée, et la Martine attend encore d’hypothétiques clients à son comptoir. Un bar au parfum de tabac froid et de café comme il y en a des milliers chez nous, toujours debout pour certains, entamant les angles des ruelles comme si rien n’était, visibles et invisibles à la fois. Ce soir-là, dans ce bar anonyme, ce Relais au néon couleur pisse, se rejoigne Jeannot (le nerveux du genre désagréable et impulsif), Guy (le bon vivant un peu passe-partout) et Robert (le rigolo toujours à racler son fric dans les poches), des habitués copains comme cochons. Du vin sur la nappe, de la bière sur le comptoir, une partie de flipper et de billard, des tapes dans l’épaule et des railleries, des tournées qui s’enchaînent : une soirée a priori banale chez ces messieurs. Un représentant en lingerie, alors de passage, ne se mêle pas et reste dans son coin. Les gaillards n’aiment pas son silence, sa politesse, ses manières. Deux mondes qui ne se comprennent pas. Parfois, on peut entendre un mot de trop, des gestes se font pressants, les voix montent. Puis arrive Christine, l’autre intruse, qui connaît bien le groupe. C’est celle qui a fui, qui est devenue parisienne, citadine.

Dans cette réunion de comptoir, Vecchiali ne perd pas une miette du danger banal, de l’immondice de tous les jours, qui ne se canalise dans un Jacques Nolot qu’on pourrait presque voir comme un doppelgänger (un double) du cinéaste. Jeannot, le divorcé qui en veut à la terre entière, aux politiques, aux arabes, aux gitans. Chaque échappée raciste, chaque brimade, chaque remontrance, chaque regret, s’ajoute à une chape de plomb qui, bientôt, ne pourra plus remonter. Jusqu’au moment fatal, atroce. Moment d’égarement, dérapages, diraient-ils. Le lendemain, on fera comme si rien n’était, parce qu’on aime bien faire ça ici. L’expression la plus nette, la plus lucide, la plus terrifiante de notre chère France. Vecchiali nous sert un bon verre de pinard : il a bien traversé les âges et autant dire qu’il est toujours foutrement amer. »

Jérémie Marchetti, chaosreign.fr