LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LE PASSAGE DU VERGER URBAIN V : DE L’ABSURDE FAISONS TABLE RASE !
Jamais l’ambiance d’une assemblée générale du collectif n’a été aussi détendue. Détail important : les termes d’arbitraire, grotesque, ubuesque,….pour qualifier la décision de fermeture du passage ont cédé la place à des propos conciliants, bienveillants et un tantinet vigilants pour...

Le passage du Verger Urbain V : le dénouement ?
Rappel pour celles et ceux qui ont pris 9 mois de vacances.Le Verger Urbain V, passage principal pour accéder au quartier de la Manutention est, depuis juillet 2018,  géré par les services des jardins de la ville et se trouve fermé théoriquement à 20h00 (mais de fait plutôt vers 19h30) l’hiver ...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous : Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou ca...

Où en est-on avec le passage du Verger Urbain V ?
Pour vous tout à l’air identique et le jardin ferme toujours à des horaires pour le moins incertains : 19h00, 19h30… pas du tout ! Pourtant les choses bougent, Madame le Maire, par un mail envoyé à un membre du Collectif 23h59, confirme la volonté de trouver une solution qui satisfasse tou...

Communiqué du Collectif 23h59 Janvier 2019
Rappelons-le, le Collectif 23h59 a pour objet la défense de la liberté de circulation.  Il entend, au regard de ce principe,  faire rétablir la possibilité d’emprunter le passage du verger Urbain V en soirée pour rejoindre la Manutention et le quartier – comme cela était établi depuis plus...

RAGTIME

Milos FORMAN - USA 1981 2h35 VOSTF - avec Howard E. Rollins, Elizabeth McGovern, Mary Steenburgen, James Olson, Brad Dourif, James Cagney, Norman Mailer... Scénario de Michael Weller, d'après le roman de E.L. Doctorow.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

RAGTIMERagtime est l'un des tous meilleurs films de Milos Forman, bien qu'injustement méconnu, voire oublié. Somptueuse fresque, inventive, bourrée d'énergie, d'une richesse visuelle enthousiasmante, c'est aussi le portrait lucide et sans complaisance d'une Amérique engluée dans ses contradictions, minée par ses conflits entre richesse insolente et pauvreté extrême, entre innocence et corruption, entre démocratie idéaliste et racisme crasse. Ragtime est adapté d'un roman iconoclaste d'Edgar Lawrence Doctorow, qui bouscule le rêve américain à travers un kaléidoscope de personnages et dans un enchevêtrement d'histoires tragi-comiques des Etats-Unis du début du vingtième siècle.

De tous les récits entrecroisés de Doctorow, Forman s’attache à celui de Coalhouse Walker Jr, un pianiste noir humilié par un acte raciste et déterminé à faire respecter ses droits. Ce pianiste de ragtime évolue au milieu d’autres personnages merveilleusement campés : une famille bourgeoise blanche qui accueille la mère de son enfant ou un émigrant juif qui va devenir cinéaste ; mais il côtoie aussi des personnages emblématiques des bouleversements sociaux que connaît l’Amérique. Apparaissent en filigrane : le président Roosevelt, le magicien Houdini ou Henry Ford ; et plus en évidence : Booker T. Washington (le premier noir invité à la Maison-Blanche), la starlette Evelyn Nesbit, courtisée par l’architecte Stanford White et mariée au milliardaire Harry Thaw (un scandale qui inspira aussi La Fille sur la balançoire de Richard Fleischer).

« Tout l’art de Forman est là et c’est du grand art. Forman a toujours été un portraitiste, un portraitiste de cinéma, c’est-à-dire de mouvement, mais de mouvement moléculaire, imperceptible. Réussir à glisser de l’imperceptible dans une superproduction, réussir à faire glisser tout l’appareil de la superproduction vers des figures qui tremblent légèrement, qui échappent au typage, aux grands ensembles contradictoires et détruisent imperceptiblement ceux-ci, c’est le plus grand art. » Pascal Bonitzer