LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous : Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou ca...

Où en est-on avec le passage du Verger Urbain V ?
Pour vous tout à l’air identique et le jardin ferme toujours à des horaires pour le moins incertains : 19h00, 19h30… pas du tout ! Pourtant les choses bougent, Madame le Maire, par un mail envoyé à un membre du Collectif 23h59, confirme la volonté de trouver une solution qui satisfasse tou...

Communiqué du Collectif 23h59 Janvier 2019
Rappelons-le, le Collectif 23h59 a pour objet la défense de la liberté de circulation.  Il entend, au regard de ce principe,  faire rétablir la possibilité d’emprunter le passage du verger Urbain V en soirée pour rejoindre la Manutention et le quartier – comme cela était établi depuis plus...

Rosmerta, association avignonnaise de solidarité avec les migrants et de promotion des droits de l’Homme,
Face à l’urgence hivernale, les membres de Rosmerta, association avignonnaise de solidarité avec les migrants et de promotion des droits de l’Homme, ont mené une Réquisition Citoyenne d’un bâtiment à Avignon, au 7 rue Louis Pasteur. Ils hébergent une trentaine de personnes exilées, des familles...

TOUTES CES CHOSES QUE JE NE COMPRENDS PAS.
Il y a des choses que je ne comprends pas. Dans cette ville, il y a plein de choses que je ne comprends pas. Bon, d’accord, je donne un exemple. J’habite dans le quartier de la Bonneterie, qui a fait l’objet récemment d’une requalification, comme on dit dans le jargon technocratique, plutôt réu...

Avant-première le mercredi 20 mars à 20h00 en présence du réalisateur Antoine Russbach. Le film sortira cet automne. Achetez vos places à partir du 6 mars.

CEUX QUI TRAVAILLENT

Antoine RUSSBACH - Suisse/Belgique/France 2019 1h42 - Avec Olivier Gourmet, Adèle Bochatay, Delphine Bibet...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CEUX QUI TRAVAILLENTCadre supérieur dans une grande compagnie de fret maritime, Frank consacre sa vie au travail. Alors qu’il doit faire face à une situation de crise à bord d’un cargo, Frank, prend - seul et dans l’urgence - une décision qui sera lourde de conséquences… Profondément ébranlé, trahi par un système auquel il a tout donné, le voilà contraint de remettre toute sa vie en question.

Pour Frank (Olivier Gourmet, toujours aussi magistral), il existe deux factions opposées et incompatibles : « ceux qui travaillent » et ceux qui, au contraire, ne font que profiter d’un bien-être. Ses enfants font indéniablement partie de cette deuxième catégorie. Ce sont de jeunes privilégiés qui ne se préoccupent que du dernier modèle de smartphone ou de la prochaine fête branchée à laquelle ils vont participer. L’absence du père, toujours au travail, est pour eux compensée par un bien-être matériel de façade, sorte d’anti-dépresseur capitaliste qui engourdit l’esprit. Sauf pour sa cadette, Mathilde, qui lui porte un amour inconditionnel et qui peut-être le sauvera ?

« Je me suis intéressé aux gens qui travaillent dans les bureaux et qui gèrent le fret maritime. Ils sont au cœur de ce système, mais ils n’ont qu’un rapport virtuel avec ce monde. C’est du capitalisme pur et dur, dans toute sa splendeur et sa violence. Un des points de départ du scénario était l’aliénation au travail, dans ce cas, celle des cols blancs, qui n’est pas un point de vue traditionnel du cinéma social. On attend d’employés de bureau qu’ils soient leur propre patron en leur faisant miroiter qu’ils font partie de la classe dominante, alors qu’en réalité ils sont tout aussi fragiles et vulnérables que les autres. […]
« Je cherche à ce que le spectateur ne se repose pas sur ses idéologies dogmatiques, ses croyances, ses habitudes, mais qu’au contraire, il soit dérangé dans sa vision du capitalisme quelque soit son orientation politique. Je souhaite que ce film interpelle tout le monde » nous dit Antoine Russbach.

Et pour ce qui est d’interpeller, nous vous confirmons : c’est réussi !