LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Mais jusqu’à quelle heure peut-on transiter par le Verger Urbain V ?
C’est la question que vous nous posez souvent à la caisse du cinéma, ne sachant pas si vous trouverez porte ouverte ou porte close  et si vous devrez faire demi-tour. C’est (toujours) vrai qu’aucune information claire n’a été apportée sur les panneaux d’entrée  du Verger Urbain V… 20h ...

CAFÉ ROMA (ancien restaurant La Manutention) va enfin ouvrir ses portes !
Les « menus » travaux, comme nous vous l’avions annoncé dans notre dernière gazette vont être terminés ! Menus ? Pas tant que ça finalement :la peinture refaite, le mobilier changé, la cuisine réagencée, les nouvelles machines installées, les nouveaux menus édités… et puis é...

LE PASSAGE DU VERGER URBAIN V : C’EST LE BON SENS !
Belle soirée festive organisée par le Collectif 23h59, le 12 septembre dernier, dans le jardin du Verger Urbain V. Une réussite au-delà de nos espérances, qui attestait du plaisir des participants de pouvoir à nouveau emprunter le passage le soir, librement. Le dialogue avait repris, le bon sens l’a...

Et si on passait à autre chose...
La restauration du jardin Verger Urbain V aura atteint son objectif, au-delà de toutes espérances : le jardin ne désemplit pas durant ces mois d’été, brassant tous les publics. Il est un lieu de vie et de rencontres, à toute heure de la journée et de la soirée. Et qu’importe que le gazon ait sou...

Il y a un an déjà...
Cette année, les organisateurs en ont décidé ainsi, la dernière étape du Tour de France cycliste aura pour cadre la magnifique ville d’Avignon. Le centre-ville, dit « intra-muros », sera le siège d’une épreuve contre la montre individuelle. Après trois tours des remparts de la cité médiéva...

ZOMBI CHILD

Écrit et réalisé par Bertrand BONELLO - France 2019 1h43 - avec Louise Labeque, Wislanda Louimat, Mackenson Bijou, Katiana Milfort... Festival de Cannes 2019, Quinzaine des Réalisateurs.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ZOMBI CHILDAprès son somptueux Saint-Laurent et son troublant Nocturama, on est forcément impatient de découvrir le nouveau film de l’iconoclaste Bertrand Bonello.
Passionné par Haïti, par la richesse et la singularité de sa culture, le cinéaste s'est plongé dans la tradition vaudou et l'une de ses figures emblématiques : le zombi. On écrira donc zombi et non zombie, qui est l'orthographe américaine. Bonello revient ici à l'origine haïtienne de cette créature retirée du monde, suspendue quelque part entre la vie et la mort, marchant lentement, la tête baissée, et qu'on désignait par le mot créole zonbi.



Haïti, 1962. Un homme est ramené d'entre les morts pour être envoyé de force dans l'enfer des plantations de canne à sucre. 55 ans plus tard, au prestigieux pensionnat de la Légion d'honneur à Paris, une adolescente haïtienne confie à ses nouvelles amies le secret qui hante sa famille.
Elle est loin de se douter que ces mystères vont persuader l'une d'entre elles, en proie à un chagrin d'amour, de commettre l'irréparable.

À la frontière de l’ethnologie et du fantastique, Bertrand Bonello s'est inspiré du destin du Haïtien Clairvius Narcisse, né en 1922, officiellement décédé en 1962, et réapparu 18 ans plus tard, errant dans les rues de sa ville, avant d'accoster sa sœur et de lui raconter son histoire…
Très précisément documenté, entremêlant les récits et les époques entre Haïti en 1962 et Paris aujourd’hui, entre Narcisse, une jeune Haïtienne de 15 ans et sa tante, prêtresse vaudou, le film de Bonello replace le zombi haïtien aux origines du genre cinématographique, dans son histoire et sa dimension politique : dans les cultures vaudous africaine et haïtienne, le zombi est étroitement lié à l’esclavage.
On a donc plus que hâte de voir comment le réalisateur français va s’emparer du sujet.