LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

23H59, et après ?
23H59, et après ? Qui n’a pas ressenti cette angoisse profonde face à l’horloge affichant cette heure terrible chaque jour renouvelée ? Qui n’a pas été saisi à la fois par la peur de ce qui risque de se passer après et par la nostalgie d’un temps qui s’achève à ce moment précis et ne reviendra j...

Le cinéma du peuple
“La plus grande qualité accessible pour tous, sans clivage social et culturel… Ce sera notre combat”. (Jean Vilar)   Ainsi donc le cinéma indépendant, le cinéma d’auteur serait « élitiste »… c’est en tout cas ce que déclarait, semble-t-il, une sociologue devant un amphi de 300 élèves ...

COLLECTIF 23H59… Un an plus tard !
Les travaux de séparation du Verger Urbain V et du passage seraient terminés. Il manque encore un panneau annonçant clairement les heures d’ouverture du jardin et du fameux passage… Ainsi nous pouvons de nouveau transiter, le soir, jusqu’à minuit et souvent plus, vers le quartier de la Man...

CAFÉ ROMA (ancien restaurant La Manutention) va enfin ouvrir ses portes !
Les « menus » travaux, comme nous vous l’avions annoncé dans notre dernière gazette vont être terminés ! Menus ? Pas tant que ça finalement :la peinture refaite, le mobilier changé, la cuisine réagencée, les nouvelles machines installées, les nouveaux menus édités… et puis é...

LE PASSAGE DU VERGER URBAIN V : C’EST LE BON SENS !
Belle soirée festive organisée par le Collectif 23h59, le 12 septembre dernier, dans le jardin du Verger Urbain V. Une réussite au-delà de nos espérances, qui attestait du plaisir des participants de pouvoir à nouveau emprunter le passage le soir, librement. Le dialogue avait repris, le bon sens l’a...

LE CHOIX D’ALI

Écrit et réalisé par Amor HAKKAR - France 2019 1h33 - avec Yassine Benkhadda, Sophia Chebchoub, Hafida Tahri, Florian Guillaume...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE CHOIX D’ALIAli est jeune, beau, insouciant, il vit à Paris et il est heureux : il partage depuis deux ans une histoire d'amour tout en douceur avec Éric, son compagnon timide.
Et puis sa vie d'avant, sa vie à Besançon qu'il avait fui il y a cinq ans, lui revient tout à coup en plein cœur par un appel inquiet de sa sœur : sa mère vient d'être hospitalisée en urgence. Ali n'hésite pas une seconde, même s'il se doute que son père ne lui ouvrira pas spontanément les bras, même s'il sait que son frère a grandi en son absence et le considère comme une sorte d'étranger, même s'il redoute que son quartier de jeunesse ne se soit encore plus replié sur lui-même, et même si Éric ne comprend pas cette subite décision de partir en pleine nuit pour rejoindre Besançon…
Les racines d'Ali, malgré tout, l'attachent à cette ville, à ce quartier qu'il avait quitté apparemment sans regrets. Il n'a jamais été très causant, il faudrait qu'il en dise davantage à Éric qui fait l'effort de l'accompagner, qu'il explique, qu'il raconte l'intolérance, la haine, le rejet d'une famille où l'homosexualité est haram, péché si intolérable que cinq ans d'éloignement ne suffisent pas à oublier et à faire oublier. Il devrait lui expliquer combien ce retour sur sa vie passée le tourneboule et le déchire… mais jamais le beau visage ne laisse entrevoir le mal profond qui le ronge, et les mots ne lui viennent pas…

On avait aimé les films précédents d'Amor Hakkar : La Maison jaune, Quelques jours de répit… et on aime celui-ci tout autant ! Dans le contexte d'une industrie du cinéma qui fait son gras sur les recettes de divertissements creux et de blockbusters omniprésents, ce franc-tireur arrive néanmoins, miraculeusement, à tracer son chemin, obstiné, modeste et formidable, nourri de sa propre histoire, racontant le monde au travers de fictions subtilement ancrées dans le réel, avec des personnages qui s'en accommodent comme ils peuvent…