LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La vie reprend, plus ou moins, et pas partout…
Nous étions partis pour vous parler du Monde du cinéma, de la culture, de nos affres et de nos états d’âme, et puis les bombes et roquettes filant au-dessus du mur ont télescopé nos préoccupations (que nous trouvions sincèrement importantes), mais cela nous a aussi ramené à tous ces conflits oubliés...

MIGRANTS OU HABITANTS, ET POURQUOI PAS LES 2 ! 123 SOLEIL
Depuis plus de 3 ans maintenant, l’association 123 Soleil réuni tous ceux qui, à Avignon, veulent rencontrer les jeunes de Rosmerta et d’ailleurs, par la pratique cinématographique. Cette initiative permet à ces voyageurs qui ont pris tous les risques pour arriver jusqu’à nous, de faire des connaiss...

Des nouvelles de Rosmerta
L’association occupe depuis fin 2018 une ancienne école à Avignon pour héberger des jeunes réfugiés. En 2019, suite à une plainte du diocèse d’Avignon, propriétaire des lieux, un jugement a reconnu l’état de nécessité ayant conduit à la réquisition des bâtiments. L’association a obtenu un délai de t...

Pendant ce temps-là, sur la planète cinéma...
ON NAGE EN PLEIN PSYCHODRAME. Le Miracle Tenet n’a pas eu lieu. En effet, s’il a enregistré de fort belles entrées pour un blockbuster intello et déroutant, le film n’a pas pu – ou pas su – sauver à lui tout seul un système au bord du gouffre. No time to die et surtout pas du Coronavirus.L...

FALLING

Écrit et réalisé par Viggo MORTENSEN - USA 2020 1h52 VOSTF - avec Viggo Mortensen, Lance Henriksen, Terry Chen, Laura Linney, Sverrir Gudnason, Hannah Gross... Sélection officielle, Festival de Cannes 2020.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

FALLING« Longtemps j’en ai voulu à mon père ». Ces quelques mots qui évoquent certainement beaucoup de choses chez beaucoup d’entre vous pour des raisons diverses, pourraient être le mantra que se répète le personnage incarné par Viggo Mortensen. Parce que bien sûr, la vie aidant, cette rancœur vacille, s’amenuise, se perd, jusqu’à ne devenir que le souvenir d’un état et en l'occurrence d’une vérité qui ne veut plus rien dire. Pour sa première réalisation, l’acteur qu’on ne présente plus – même s’il est extrêmement tentant de faire défiler les titres des films dans lesquels il nous a surpris, émus, effrayés, qu’il soit le petit frère fracassé par la guerre du Vietnam dans le premier film d’un autre jeune acteur emblématique, le père de famille refusant les règles de la société consumériste qui élève ses enfants en marge de tout ce qui la caractérise, le flic russe infiltré chez les redoutables vory v'zakone ou tout récemment le chauffeur – garde du corps brut de décoffrage d’un virtuose noir dans l’Amérique raciste des années 60 – met en scène, avec une grande subtilité et une élégance qui lui ressemble, les rapports difficiles entre un père qui se rapproche inexorablement de la démence et son fils qui, malgré les blessures du passé, tente de lui venir en aide.



John vit en Californie avec son compagnon Eric et leur fille adoptive Monica, loin de la vie rurale conservatrice qu’il a fuie voilà des années. Son père, Willis, un homme obstiné issu d’une époque révolue, s’acharne à rester dans sa ferme isolée du Nord-Est des États-Unis. Mais le temps est venu où le vieil homme ne peut raisonnablement plus vivre seul aussi loin de son fils et de sa fille. John décide donc de le ramener avec lui en Californie, dans l’espoir qu’il pourra, avec sa sœur Sarah, trouver au récalcitrant vieillard un foyer proche de chez eux. Mais leurs bonnes intentions se heurtent au refus absolu de Willis, qui ne veut rien changer à son mode de vie…
Pour nous raconter cette histoire somme toute ordinaire, Viggo Mortensen déroule son récit entre présent et passé, reconstruisant peu à peu le parcours de la famille, et mettant en exergue les moments qui l’ont fait voler en éclats. On comprend alors la relation complexe que John entretient avec son père et les difficultés que ce dernier éprouve à accepter la main tendue.

Servi par des acteurs formidables, filmés avec attention et sensibilité par Mortensen, Falling est un film bouleversant, qui enchevêtre habilement les épisodes d’une grande dureté émotionnelle avec de purs moments de tendresse filiale. La prestation de Lance Henriksen en vieillard acariâtre, frappé d’une forme de syndrome de La Tourette qui lui fait dire des insanités, qui par moments ne sait plus dans quelle époque il vit, ni laquelle de ses femmes il traite de traînée, ni tout simplement où il se trouve, est remarquable de justesse. Face à lui Viggo Mortensen redevient le petit garçon rentrant de la chasse aux côtés de ce père à qui il vouait un amour sans borne, sans savoir que cette affection qui lui semblait invincible ne résisterait pas au temps qui passe, à la vie qui va.