LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

TOUT VA BIEN, TOUT VA MAL
Prix des places de cinéma : les salles abusent-elles sur les tarifs ?  Ainsi s’interrogent ces temps-ci la presse et les émissions spécialisées sur la culture, le cinéma, le panier des ménages… ce dernier serait lourdement touché par les politiques tarifaires extravagantes pratiquées ...

LEO (Liaison Est Ouest) : la lutte paie
Au cœur de l’été, l’état a fait paraître un arrêté retirant le projet de la LEO dans les conditions proposées, suite au recours contentieux déposé par ses opposants l’été précédent. Il reconnaît sans le dire les errements et aberrations d’un projet obsolète, vieux de 30 ans mais néanmoins bâclé, et ...

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

DE L’OR POUR LES CHIENS

Anna CAZENAVE CAMBET - France 2020 1h39 - avec Tallulah Cassavetti, Ana Neborac, Corentin Fila, Romain Guillermic, Carole Franck, Julie Depardieu... Scénario d’Anna Cazenave Cambet et Marie-Stéphane Imbert.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

DE L’OR POUR LES CHIENSLa première scène assez torride, située sur une plage du Sud-Ouest, nous montre la jeune Esther faire l’amour de tout son corps et de toute son âme avec un garçon qu’on devine plus vieux qu’elle. On pourrait en déduire hâtivement qu’Esther, du haut de ses 17 ans, est déjà parfaitement libérée et sûre d’elle-même mais, comme l’explique avec une grande lucidité la réalisatrice, elle fait partie de cette génération qui, biberonnée à internet et aux clichés pornographiques, croit tout savoir de la sexualité sans rien savoir de l’amour. Quand elle rencontre Jean, ce beau garçon effectivement plus âgé et plus expérimenté, elle recense soigneusement dans son journal les pratiques sexuelles auxquelles il l’initie et en déduit que, aucun doute, c’est le grand amour. Si bien que quand l’été se termine, et que son « amoureux » repart à Paris en lui laissant bon gré mal gré son 06, elle se persuade que c’est le début d’une grande histoire et qu’ils se reverront. Forcément. Armée de rien, sinon d’un petit sac à dos et d’une jupe trop courte, elle va donc entreprendre le voyage vers la capitale pour retrouver Jean. Qui bien sûr va lui faire comprendre – plutôt gentiment – qu’elle s’est trompée sur ses intentions, qu’il a passé de bons moments avec elle mais qu’il a déjà une copine et que leur relation n’était pas faite pour durer au-delà des vacances. Le ciel tombe sur la tête d’Esther, qui va aller de désillusion en désillusion, jusqu’à atterrir de manière improbable dans un couvent niché au cœur du quartier Port Royal.



Construit en trois parties distinctes (l’été des premiers amours et des illusions, les douches froides de l’automne parisien et la quasi-miraculeuse renaissance aux côtés des moniales), De l’or pour les chiens prend le contre-pied des souvent pénibles films plus ou moins romantiques et gnangnan sur l’éveil des adolescents à la sexualité et aux relations amoureuses, et dresse le portrait complexe et singulier d’une jeune fille qui n’a rien perdu de sa pureté et de sa naïveté malgré sa précocité sexuelle. Une jeune fille dont on comprend, au fil de quelques scènes bien troussées, qu’elle ne peut pas compter sur sa famille, entre une mère démissionnaire et presque indifférente (excellente Julie Depardieu) et un beau-père aux regards et attitudes déplacés.
La dernière partie, parfaitement inattendue, qui voit Esther retrouver ses marques auprès de religieuses coupées du monde – bien qu’en plein cœur de de Paris ! – est réellement réussie, car dénuée de tout angélisme benêt comme de toute tentation caricaturale. La jeune femme trouve simplement dans ce couvent le temps nécessaire, loin des sollicitations et des embrouilles, pour se confronter à d’autres réalités, notamment grâce à une religieuse qui, contrairement aux clichés, n’est pas non plus insensible aux désirs de la vie temporelle.

C’est donc un drôle de film, tout à fait original, qui passe de l’atmosphère solaire des plages aquitaines à la rigueur de l’espace monacal, filmées avec un égal bonheur par Anna Cazenave Cambet, sur les pas d’un personnage aussi attachant qu’imprévisible, remarquablement interprété par la débutante et soufflante Tallulah Cassavetti, tout en contrastes et nuances, capable d’incarner avec la même justesse l’abandon sensuel et la complexité des bouleversements intérieurs.