LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.
Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des p...

TROIS MILLE ANS À T’ATTENDRE

George MILLER - Australie 2022 1h49 VOSTF - avec Tilda Swinton, Idris Elba, Aamito Lagum, Nicolas Mouawad, Ece Yüksel, Matteo Bocelli... Scénario de George Millet et Augusta Gore (sa fille), d’après la nouvelle d’Antonia Susan Byatt, Le Djinn dans l’œil-de-rossignol.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

TROIS MILLE ANS À T’ATTENDRESept ans après le stupéfiant Fury road, le sommet de sa saga Mad Max – sommet peut-être provisoire puisqu’on annonce la sortie prochaine (2024 ?) de Furiosa, retraçant la jeunesse de l’héroïne impériale qui vole la vedette à Max –, George Miller s’offre – et nous offre – une parenthèse enchantée avec Trois mille ans à t’attendre, une sorte de conte des mille et une nuits que le réalisateur australien présente comme un « anti-Mad Max ».
Il est vrai qu’on est loin du néo-western furibard et pétaradant. Si le récit est constitué d’un millefeuille de vertigineux flashbacks à travers des milliers d’années d’histoire, le présent de sa narration se déroule presque entièrement dans le confort d’une chambre d’hôtel stambouliote. Celle-ci est occupée par Alithea (Tilda Swinton), une universitaire introvertie, experte en mythologie. Un jour, elle achète une fiole dans laquelle est emprisonné un Djinn millénaire (Idris Elba) qui lui offre de réaliser ses trois vœux les plus chers. Mais Alithea a lu suffisamment de récits issus de toutes les mythologies pour savoir que la concrétisation de ses souhaits risquerait bien de n’entraîner que le malheur : elle repousse donc au maximum l’échéance, pressant le génie de lui conter son histoire.


Le film se détourne donc dans un premier temps de l’enjeu que représentent ces vœux pour se concentrer sur un récit, façon Shéhérazade, des mésaventures passées du Djinn. Ce qui jaillit de cette lampe à fictions, c’est dans un premier temps davantage le plaisir ludique du conte que celui de la réalisation des désirs. La rencontre entre le génie et l’universitaire est aussi celle d’un corps gorgé de muscles et de fantasmagories kitsch et bigarrées, avec celui asséché par la solitude et la disparition de la magie au profit de la science.
Évoquant au passage l’irruption du Covid et la façon dont l’épidémie a donné à la science les pleins pouvoirs pour gouverner nos vies, le film est un plaidoyer pour la puissance des mythes et leur infinie séduction.

Adapté d’une nouvelle de la grande écrivaine britannique A.S. Byatt, Trois mille ans à t’attendre nous entraîne dans une suite débridée d’images surréalistes, entre Dali et Magritte, et d’hypothèses philosophiques autour de trois mille ans de civilisations, orientales plutôt qu’occidentales. Ce qui s’y joue a profondément à voir avec la croyance dans les histoires qu’on se raconte pour surmonter la grisaille du réel.


(merci à lesinrocks.com et à Positif)