MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3,50€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4,50€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 4 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 322 DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2023
   ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 322 DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2023...

Soutenez Utopia Palmer

UNE NUIT

Alex LUTZ - France 2023 1h30mn - avec Karine Viard, Alex Lutz, Jérôme Pouly, Noémie De Lattre... Scénario d’Alex Lutz, Karine Viard et Hadrien Bichet.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

UNE NUITUne comédie romantique qui ose le refrain déjà mille fois chanté d’un « elle et lui » sur un banc au bord de la Seine, dans un Paris nocturne auquel il ne manque rien, ni ses mystères, ni son charme un peu désuet, celui que les amoureux du monde entier viennent chercher, le temps d’une escapade. Il y a dans Une nuit – tourné en 14 jours seulement, avec cette énergie propre au temps très court qui crée un rythme particulier – quelque chose de l’ordre de l’improvisation théâtrale et l’on devine dans le texte très écrit toute la complicité et le tendresse des deux comédiens qui sont également coscénaristes.

C’est fou tout ce qu’on peut faire entrer dans une nuit, une nuit seulement, quand on ose franchir le pas et s’aventurer sur le chemin de traverse. Celui que, la plupart du temps, on ne distingue même pas et reste à tout jamais pour l’un, une idée saugrenue, pour l’autre, un fantasme inavouable. Suivre un ou une inconnue et se laisser porter par l’alchimie de l’instant présent, se soustraire avec délice aux injonctions, à la morale, à la bien-pensance et oser, sans crainte du lendemain, oser justement car il n’y en a pas, de lendemain…
Entre elle et lui, pourtant, on ne peut pas dire que les choses se sont d’emblée bien engagées : tout commence par une altercation musclée dans une rame de métro, pour une histoire de bousculade… mais la vie tient parfois à un tout petit détail, une couleur de pull-over, une façon de dompter une mèche de cheveux rebelle, un timbre de voix. En apparence, tous les oppose. Elle est grande gueule, il est discret, elle est cérébrale, lui semble plus lunaire et d’ailleurs, elle n’est pas vraiment « son type » et la réciproque est aussi vraie. Mais quelque chose entre eux a fait mouche, comme une envie de se livrer, d’entrer sans préavis dans cet espace fermé à double tour qu’il faut parfois des années pour atteindre et qui s’appelle l’intimité.
De cette déambulation nocturne, ils cueilleront le sel des peaux qui se frottent, bien sûr, mais aussi des regards émus, des silences embarrassants, des sourires et des rires fragiles, et un appétit assumé pour les confessions. Durant cette nuit, tout sera permis, tout sera possible…

C’est un film très bavard, qui ose aussi les artifices, mais le texte est touchant et les deux comédiens, qui sont de tous les plans, revisitent avec bonheur la théorie du désir et de l’amour, l’alchimie des corps, la disponibilité des cœurs. Il y a du jeu, oui, de la fantaisie, bien sûr, mais aussi beaucoup de mélancolie et un petit parfum de mystère…