MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3,50€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4,50€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 4 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 322 DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2023
   ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 322 DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2023...

Soutenez Utopia Palmer

LINDA VEUT DU POULET !

Écrit et réalisé par Chiara MALTA et Sébastien LAUDENBACH - France 2023 1h16mn - avec les voix de Mélinée Leclerc, Clotilde Hesme, Laetitia Dosch, Esteban... Pour les enfants à partir de 6 ans.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LINDA VEUT DU POULET !On ne va pas tortiller, tergiverser, ergoter, barguigner : cet incroyable dessin animé destiné autant aux préados qu’aux adultes facétieux, aussi virevoltant que tendre et bouleversant, est probablement un de nos chouchous du Festival de Cannes, où il a été présenté dans la foisonnante et audacieuse sélection de l’ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion). Linda veut du poulet conte les aventures d’une épatante gamine de huit ans obsédée par une recette de poulet aux poivrons, un plat délicieux que lui préparait son défunt papa. Cette envie impérieuse va devenir difficile à assouvir quand toute la France est frappée par une grève générale qui frappe même les supermarchés, avec leur frigos garnis de volailles de Bresse, Loué ou Saint Sever !

Tout commence par un malentendu. Il se trouve que Linda a emprunté le si joli béret de sa copine Annette. Or, constatant qu’une de ses bagues a disparu, Paulette, la mère de Linda, est persuadée que la friponne a échangé le béret contre la bague. Mais quand celle-ci est miraculeusement découverte dans le vomi du chat (beurk !), Paulette a tellement honte d’avoir accusé à tort sa fille qu’elle va lui accorder le plus cher de ses vœux : lui faire un poulet aux poivrons. Mais comment faire quand tous les magasins sont fermés, à moins d’aller voler un poulet bien vivant à l’aviculteur le plus proche ? Ce qui va entraîner mère et fille dans des aventures et une course poursuite délirantes, avec des policiers pas dégourdis et un bienveillant camionneur transportant des pastèques…

Drôle et trépidant, Linda veut du poulet s’avère une ode joyeuse à la liberté révolutionnaire (d’ailleurs une des premières séquences est un cours d’histoire sur la révolution française, suivie d’une information de l’institutrice sur la grève générale du lendemain saluée par les applaudissements des élèves) mais aussi un film très touchant sur le deuil, sur la fraternité des petites gens dans la cité populaire où tout le monde va organiser le festin autour du poulet aux poivrons. L’animation est simple et merveilleusement stylisée, marquée en particulier par une utilisation très inspirée des couleurs primaires qui caractérisent chaque personnage et permettent une identification immédiate.