LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous : Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou ca...

Où en est-on avec le passage du Verger Urbain V ?
Pour vous tout à l’air identique et le jardin ferme toujours à des horaires pour le moins incertains : 19h00, 19h30… pas du tout ! Pourtant les choses bougent, Madame le Maire, par un mail envoyé à un membre du Collectif 23h59, confirme la volonté de trouver une solution qui satisfasse tou...

Communiqué du Collectif 23h59 Janvier 2019
Rappelons-le, le Collectif 23h59 a pour objet la défense de la liberté de circulation.  Il entend, au regard de ce principe,  faire rétablir la possibilité d’emprunter le passage du verger Urbain V en soirée pour rejoindre la Manutention et le quartier – comme cela était établi depuis plus...

Rosmerta, association avignonnaise de solidarité avec les migrants et de promotion des droits de l’Homme,
Face à l’urgence hivernale, les membres de Rosmerta, association avignonnaise de solidarité avec les migrants et de promotion des droits de l’Homme, ont mené une Réquisition Citoyenne d’un bâtiment à Avignon, au 7 rue Louis Pasteur. Ils hébergent une trentaine de personnes exilées, des familles...

TOUTES CES CHOSES QUE JE NE COMPRENDS PAS.
Il y a des choses que je ne comprends pas. Dans cette ville, il y a plein de choses que je ne comprends pas. Bon, d’accord, je donne un exemple. J’habite dans le quartier de la Bonneterie, qui a fait l’objet récemment d’une requalification, comme on dit dans le jargon technocratique, plutôt réu...

Soirée exceptionnelle le jeudi 3 janvier en compagnie de Michel Flandrin, critique de cinéma et spécialiste du genre.
On se retrouve à 18h00 on commence par Halloween puis à 21h15 on poursuit avec New York 1997. Entre les deux, vous pourrez discuter du Maître de l’horreur avec Michel Flandrin, manger des lasagnes aux légumes de saison et boire un verre de vin au restaurant. Pour ces deux projections : 8 euros (+10€ si vous voulez manger). Achetez vos places et repas à partir du jeudi 20 décembre (vous pouvez tout à fait ne voir qu’un seul film aux tarifs habituels... mais ce serait bien dommage !).

NEW YORK 1997

(Escape from New York) John Carpenter - USA 1981 1h40 VOSTF - avec Kurt Russell, Adrienne Barbeau, Lee Van Cleef, Ernest Borgnine, Isaac Hayes et Harry Dean Stanton...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

NEW YORK 1997En 1997 – un futur qui paraissait lointain en 1981 ! –, Manhattan est devenu une immense prison-ghetto où vivent, en micro-société, trois millions de prisonniers.
Victime d’un attentat, l’avion du Président des États-Unis s’écrase en plein Manhattan avec des documents ultra-secrets. Autant dire que ça craint et qu'il faut le tirer de là coûte que coûte.
Snake, un dangereux criminel, est chargé, en échange de sa grâce, de partir à la recherche du Président. Parachuté dans Manhattan, il dispose de 24 heures pour mener à bien sa mission. Pourquoi 24h ? On ne vous le dit pas…
Entre science-fiction post-apocalyptique à la Mad Max et BD no future, Escape from New York – on préférera le titre original, moins daté, c'est le cas de le dire ! – trace sa route à fond la caisse en semant sur son passage mort et jubilation à parts égales.
« Synthèse de l’amateurisme fauché façon Roger Corman et de la nouvelle vague américaine, il permet à Carpenter de laisser libre cours à son goût de la série B, sa maîtrise du Cinémascope et son inclinaison pour les personnages de solitaires anarchistes (le désormais mythique Snake Plissken, qui donna à Kurt Russell son meilleur rôle). » (Les Inrockuptibles)