Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Après «120 BPM», épargnez-nous vos louanges
Tribune de Didier Lestrade, journaliste, écrivain, cofondateur d’Act Up et de Têtu, parue dans Libération le 30 mai 2017 Il y a encore deux mois, ma mère me disait à table : ­«Didier, tu as tout fait contre le sida, c’est bien, maintenant, il faut que tu tournes la page et que tu écrives sur a...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

CINÉ TRICO'THÉ
    Prochain CINÉ TRICO’THÉ, le samedi 9 septembre pour la séance de DJAM à 14h.Retrouvons-nous dans le hall après la projection du film, pour en discuter autour d’un thé et … tricoter ! Disons vers 15h30 !... Lire CINÉ TRICO'THÉ...

À ne rater sous aucun prétexte, avec la bénédiction de Ladybirds films, 5 séances exceptionnelles en juillet :
dimanche 2/7 à 15h50 ; vendredi 7/7 à 18h30 ; dimanche 16/7 à 17h ; mercredi 19/7 à 16h ; lundi 31/7 à 20h

TOUTE MA VIE J'AI RÊVÉ

Écrit et réalisé par Christophe Otzenberger - documentaire France 2015 1h22mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

TOUTE MA VIE J'AI RÊVÉC'est une belle petite douceur qu'on s'offre en ce début d'été. Parce que, comme dit l'autre, « on le vaut bien » - et qu'après tout vous aussi, vous le valez bien. Toute ma vie j'ai rêvé est une invitation au voyage – un voyage en caravane, le long de la côte d'Opale. Avant Depardon, bien avant notre chère Agnès Varda, Christophe Otzenberger a eu cette intuition géniale : transformer sa vieille caravane en studio mobile avec trois spots, une caméra et un micro, et partir sur « ses » routes, les départementales cabossées du Nord de la France, à la rencontre de ses contemporains. Ceux croisés sur la jetée, dans un bar-tabac, une maison de retraite, une Maison pour Tous – avec pour leitmotiv, la question, lancinante, essentielle, du sens de la vie, du bonheur. Ou plutôt, le mot effrayant de « bonheur » s'insérant mal dans les discussions à bâtons rompus, notre voyageur propose à ses invités : « je te donne une baguette magique, là, maintenant. Qu'est-ce que tu changes de ta vie ? » Et la réponse coule de source, et la magie du cinéma fait le reste…

Pour vous dire, le cinéma de Christophe Otzenberger serait au documentaire ce que le cinéma de Ken Loach est à la fiction : une bouffée d'air frais enthousiasmante en même temps qu'un geste politique simple et généreux. Rentrer dans ses films, c'est aller chez ses voisins à la rencontre de Daniel Blake, parler, écouter, filmer, surprendre et se surprendre à se passionner pour les vies, les désillusions et les rêves des autres. C'est apprendre à s'émerveiller, découvrir un regard, attentif et chaleureux, porté sur les vies des plus déshérités et des moins visibles d'entre nous. Il dégage des films de ce diable d'homme une bienveillance évidente, inconditionnelle, pour le genre humain, qui fait qu'on ne peut que les aimer.

Toute ma vie j'ai rêvé, découvert donc en 2015, nous avait saisi. À peine vu, chose qu'on ne fait jamais, on s'était fendu d'une bafouille à Otzenberger pour lui dire notre ravissement. On s'était juré, d'une manière ou d'une autre, de vous le montrer. Parce qu'il le vaut bien. Otzenberger nous a quitté en ce début juin 2017 : on passe donc le film « sans lui » - mais c'est pas faute d'avoir rêvé de partager avec lui sa quête, « savoir si les espoirs de faire taire la vacherie du monde sont encore en nous. En nous tous. »