LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

CINÉ TRICO'THÉ
    Le prochain CINÉ TRICO’THÉ sera le samedi 7 avril pour la séance de LADY BIRD à 13h20.Retrouvons-nous dans le hall après la projection du film, pour en discuter autour d’un thé et … tricoter ! Disons vers 14h35 !https://www.facebook.com/events/219803155259351/Le projet “des petits carrés” es...

Le cinéma français pète la forme! (Paraît-il…)
Résolument positif, comme chaque année, le communiqué de la ministre de la culture vient de sortir, relayé par les médias unanimes qui se congratulent béatement : Youpie ! Tout va bien pour la France en marche ! 209 millions de tickets vendus, soit à peine 4 millions de moins que l’an dernier et...

ATTENTION ! Une seule séance par semaine, le vendredi !

GRANDEUR ET DÉCADENCE

Écrit et réalisé par Jean-Luc GODARD - France/Suisse 1986 1h32mn - avec Jean-Pierre Léaud, Jean-Pierre Mocky, Marie Valera, Caroline Champetier… et les chômeurs de l'ANPE... INÉDIT AU CINÉMA.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

GRANDEUR ET DÉCADENCECe film de Godard inédit en salle a été réalisé pour la télévision, plus précisément pour TF1, dans le cadre d'une série en hommage à la fameuse « Série Noire » des éditions Gallimard. Sollicité à sa plus grande surprise, Godard choisit d'adapter Chantons en chœur de James Hadley-Chase. Du roman, il ne restera évidemment que très peu de choses. Toutefois Godard réussit à injecter une atmosphère de film noir autour du personnage de Jean-Pierre Mocky, formidable en producteur de cinéma endetté fricotant avec une bande de truands dans une sombre affaire d'argent sale.

On a dit du cinéma qu'il était une usine à rêves… Côté rêves, il y a un metteur en scène : Gaspard Bazin (Léaud) qui prépare son film et fait des essais pour recruter des figurants. Côté usine, il y a Jean Almereyda (Mocky), producteur qui a eu son heure de gloire et qui a de plus en plus de mal à réunir des capitaux pour monter ses films. Entre les deux, il y a Eurydice (Marie Valera), la femme d'Almereyda, qui voudrait être actrice.
Tandis que le producteur fauché cherche de l'argent pour boucler le financement du projet – et cela au péril de sa vie car le pognon qu'on lui promet ne sent pas très bon –, le metteur en scène se consacre à son art et fait des essais avec Eurydice.

Le cinéma, c'est donc autant l'art de chercher un beau visage à mettre sur la pellicule (on parle ici le langage ancien) que celui de trouver le fric nécessaire à l'achat de cette pellicule. Grandeur et décadence… c'est un peu cette histoire. C'est aussi le portrait, aussi décalé que chaleureux, de ces techniciens, ces figurants, tous ces obscurs qui travaillent pour le grand et le petit écran.