LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

CINÉ TRICO'THÉ DE NOVEMBRE
On reprend les bonnes habitudes et on se retrouve le premier samedi du mois de novembre pour tricoter, siroter un thé, s’échanger des trucs et astuces en tout genre … et puis aussi discuter du film que l’on aura regardé ensemble. Cette fois ci nous avons choisi CAPHARNAÜM réalisé par de Nadine L...

Calendrier des postiers
Pour changer (et vous venger) des calendriers avec des petits chats, des petits chiens, des fleu-fleurs ou des chevaux galopant dans le soleil couchant, les postiers en grève de 92 vous proposent un clalendrier 2019 avec les signataires soutenant le mouvement : “Un jour, un signataire de calendr...

JEAN ZIEGLER, L’OPTIMISME DE LA VOLONTÉ

Nicolas WADIMOFF - documentaire France / Suisse 2017 1h32mn - avec Jean Ziegler, Erica Deuber Ziegler, Dr. Roberto Fernández Retamar, Segis Petschen, José Alberto Hernández de la Osa, Luis Hernández Serrano, Yamila Morales Góngora, Dianelys González Sardiña...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

JEAN ZIEGLER, L’OPTIMISME DE LA VOLONTÉVoilà un homme qui aurait pu profiter d’une longue vie sereine et confortable. Grandi dans un pays parmi les plus prospères de notre vieille Europe, Jean Ziegler aurait pu se contenter, comme nombre de ses concitoyens, de vivre tranquille et repu. Brillant universitaire en sociologie, il aurait pu contenir sa critique politique à ses ouvrages et à ses cours. Mais voilà, Jean Ziegler n’est pas fait d’un bois flexible pliant au vent mauvais, il est plutôt chêne que peuplier…
Et puis parfois, une rencontre infléchit votre vie. En 1964, le jeune sociologue et conseiller municipal genevois rencontre le Che de passage à Genève. Il lui demande de pouvoir le suivre pour participer à l’expérience cubaine et à la résistance à l’hégémonie américaine. Guevara lui aurait répondu : « Tu es né ici… alors c’est ici que tu devras combattre le monstre… ce qui est bénéfique pour vous et pour nous ». Son destin est désormais scellé. Il mènera le combat anti-impérialiste qui sera celui de sa vie depuis son pays d’origine, dans l’idée de la résistance de l’intérieur.

Jean Ziegler est d’abord connu pour la dénonciation du rôle des banques de son pays dans la spoliation des victimes du nazisme, dans son terrible livre La Suisse, l’or et les morts en 1997. Une lutte inlassable contre le pouvoir et le secret bancaire qui a lui vaut de nombreux et ruineux procès. Puis Jean Ziegler est pendant huit ans le rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation au Conseil des droits de l’Homme de l’Organisation des Nations unies. C’est dans cette mission qu’il va remarquablement dénoncer le rôle des multinationales dans le développement de la malnutrition, dans la spéculation sur la raréfaction des ressources, la disparition des cultures vivrières au profit des biocarburants, que Ziegler qualifiera de crime contre l’humanité. En quelques décennies Ziegler est devenu une des personnalités les plus emblématiques de ce qu’on appelle dans un mot tiroir l’altermondialisme, mais qui n’est pour lui que la suite de son engagement pris envers le Che.