LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Nouveautés Vidéo en Poche
Il y a du nouveau sur Vidéo en Poche ! Nous sommes très heureux de vous annoncer l’entrée au catalogue du film 120 battements par minute de Robin Campillo ainsi Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont. Le principe est toujours le même, venez avec votre clé USB ou votre disque dur...

CINÉ TRICO'THÉ DE NOVEMBRE
On reprend les bonnes habitudes et on se retrouve le premier samedi du mois de novembre pour tricoter, siroter un thé, s’échanger des trucs et astuces en tout genre … et puis aussi discuter du film que l’on aura regardé ensemble. Cette fois ci nous avons choisi CAPHARNAÜM réalisé par de Nadine L...

Cycle FILMER LA FOLIE.
Séance unique le mardi 11 décembre
proposée par l'ARASM Croix Marine –
Rencontre animée par Jean-Pierre Montalti, psychiatre, et Joseph Mornet, psychologue.

FESTEN

Écrit et réalisé par Thomas WINTERBERG - Danemark 1998 1h45mn VOSTF - avec Ulrich Thomsen, Henning Moritzen, Thomas Bo Larsen, Birthe Neeuman...
Interdit aux moins de 12 ans

Du 11/12/18 au 11/12/18

FESTENIl y a quelque chose de hautement réjouissant, de décapant, de jouissif dans l’apparent brouillon de Thomas Winterberg. Il y a dans le dépeçage du manoir Kligenfeld une rage, un humour, une vitalité iconoclaste qui sont comme un appel d’air à contre-courant des superproductions ripolinées qui pesaient sur le cinéma mondial quand déboulèrent les films du DOGME 95, concocté par quelques allumés danois sous la férule de Lars Von Trier, souffle de liberté qui échappe à toutes les règles et vous laisse échevelé et rigolard ! Festen, c’est du cinéma en cavale qui, en s’imposant des contraintes rigides, les pulvérise toutes.

Un manoir somptueux dans un endroit sublime… Chevreuil rôti aux airelles, petits desserts alambiqués : on s’affaire dans tous les coins pour un festin qui doit réunir, autour des 60 ans du patriarche Helge, une famille à rallonges qui semble descendre des bourgeois de Bergman ou de ceux de L’Ange exterminateur de Bunuel. En filigrane des embrassades et des retrouvailles chaleureuses, on flaire le nauséabond des secrets refoulés, des drames tus, des inavouables désirs… La fête peut donc commencer…
Il faudra qu’au beau milieu d’un toast, le fils aîné, Christian, se mette à remuer un doigt vengeur dans la plaie qui purule sous l’apparente harmonie familiale, pour que l’œcuménisme sombre dans un étripatouillage mental pas piqué des abeilles. Tandis que le vernis se craquelle, l’ordre familial en prend un vieux coup dans ses gencives pourries.

C’est fort, psychologiquement violent. La caméra mouvante, le grain de l’image vidéo ajoutent au sentiment troublant de plonger dans l’intimité d’une fête où les cœurs et les esprits, mis à nu en un tour de main, laissent apparaître à la lumière crue des âmes bouffies qui n’ont pas eu le temps de passer au maquillage.