LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

À vos aiguilles !
L’an passé nous vous avions mis à contribution pour tricoter ou crocheter des petits carrés de 10x10cm, une fois assemblés, ils ont formé des couvertures que nous avons envoyé à l’Auberge des Migrants de Calais. p { margin-bottom: 0.21cm; } Cette année nous continuons notre partenaria...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Nouveautés Vidéo en Poche
Il y a du nouveau sur Vidéo en Poche ! Nous sommes très heureux de vous annoncer l’entrée au catalogue du film 120 battements par minute de Robin Campillo ainsi que de Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont. Le principe est toujours le même, venez avec votre clé USB ou votre dis...

TITO ET LES OISEAUX

Gustavo STEINBERG, Gabriel BITAR et André CATOTO - film d'animation Brésil 2018 1h13mn - Pour les enfants à partir de 8 ans.

Du 17/04/19 au 05/05/19

TITO ET LES OISEAUXSéance bébés le lundi 22 avril à 15h

Rien n’est laissé au hasard dans ce film inventif, drôle, terrible et somptueux. C’est une fable politique, salvatrice aussi bien pour les adultes que pour les plus jeunes. Les réalisateurs, pour nous parler de notre monde devenu fou, ont adopté une esthétique digne des plus belles périodes de l’expressionnisme allemand. Chaque plan a la texture d’un tableau peint à l’huile, la musique renforce magnifiquement la puissance du récit. Il ne faut même pas louper une goutte du générique qui, en quelques scènes, place l’aventure dans un contexte historique essentiel, lui donne un relief universel.

Tito est un petit garçon grandi dans une immense cité où les murs ont poussé plus hauts que ceux de n’importe quelles prisons. On devine qu’il est ici fait allusion à São Paulo, la ville d’origine des réalisateurs où 20 millions de personnes vivent, pour la plupart cachées derrière des clôtures, des barbelés, des fils électriques, comme si la peur était devenue une pandémie. La peur, le pire fléau du monde, comme disait le père de Tito : « Elle ne se transmet ni par l’air, ni en buvant dans le même verre. La peur se transmet par les idées. »

Une phrase qui tourne en boucle dans la tête du garçonnet, surtout quand la télé déverse sempiternellement les mêmes litanies menaçantes, ne mettant en exergue que la violence, prédisant les pires catastrophes, conduisant chacun à se calfeutrer loin des autres, tétanisé. Le moindre bruissement d’aile apparait soudain aussi menaçant qu’un rugissement de monstre. Mais Tito a décidé pour sa part de ne plus jamais avoir peur et quand une étrange épidémie se propage, il va être le seul à en comprendre la source. Le voilà parti avec ses amis (en particulier l’inénarrable Buiu) sur les traces de la géniale invention de son père, une machine censée permettre de communiquer avec les oiseaux, les seuls, pense-t-il à pouvoir sauver l’humanité. N’oublions jamais que la vie appartient à ceux qui la rêvent et que l’enfance a cette vertu de croire que tout est possible.