LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements en chèques, espèces et carte bleue)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CALENDRIER - ACCESSIBILITÉ PMR partie 10
Chers spectatrices et spectateurs,Pour vous parler de l’avancée des travaux au cinéma et alentours, et suivre ainsi le fil de la construction de cette future ligne de tram :Les travaux de la terrasse sont terminés.          Les travaux de la rampe PMR sont terminés.                Les travaux de...

"Un sale métier" à voir sur Mediapart
UN SALE METIER, c’est le titre (emprunté au Voleur de Georges Darien) d’un très chouette film réalisé par Pascal Catheland il y a quelques années, qui est visible en accès libre sur le site de Mediapart pendant une semaine à partir du 26 avril 2020 : Un sale métier / Mediapart. La présentation d...

LES GRANDS VOISINS, LA CITE REVEE
LES GRANDS VOISINS et Utopia Sainte Bernadette à MontpellierUne fois n’est pas coutume, à la suite de nos amis d’Utopia Tournefeuille, nous nous essayons à partager avec vous un film, LES GRANDS VOISINS - et de profiter autant que possible de ce moment pour discuter, ensemble, avec d’autres. San...

UN FILS

Écrit et réalisé par Mehdi M. BARSAOUI - Tunisie 2019 1h36mn VOSTF - avec Sami Bouajila, Najla Ben Abdallah, Youssef Khemiri, Noomen Hamda...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

UN FILSLe titre de ce remarquable premier film est intelligemment trompeur, car la figure du fils ne sera pas tant le centre du motif que le fil conducteur autour duquel gravitent les principaux protagonistes. Ce dont-il s’agit, c’est de ce lien invisible qui relie un homme et une femme, bien au-delà de la notion de couple : la mystérieuse et viscérale sensation d’être parents. Mais le réalisateur n’en reste pas-là, car en filigrane il pose également la question des rôles en général et celui du patriarcat en particulier, qui fige les rênes du pouvoir, depuis des générations, entre des mains masculines.

L’action se situe en Tunisie, pendant l’été 2011, peu après la chute de Ben Ali, ce qui, sans que ce soit appuyé, donne une ampleur politique et sociétale à l’intrigue. Il fallait un casting d’une justesse impressionnante pour que tout cela soit suggéré sans être lourdement souligné, pour qu’on puisse lire entre les lignes. Il fallait un grand acteur comme Sami Bouajila, qu’il déploie tout son art pour qu’on pénètre dans la tête de son personnage, un père habitué à ne jamais se plaindre, à être un roc, le pilier rassurant en toutes circonstances, cachant ses états d’âmes et la panique qui monte…
Ce jour-là, on pique-nique agréablement en pleine nature, sous un soleil complice. Un entre-soi cosy, entre amis modernes, ouverts d’esprits, fiers d’avoir piétiné les fantômes du passé. Encore qu’un spectateur extérieur pourrait douter de leur engagement actif dans la révolution : on imagine en effet mal cette classe sociale largement aisée dans la rue ou les mains manucurées dans le cambouis. Leur vie semble naturellement facile, leur univers bien protégé sous le plafond de verre, derrière les pare-brise de leurs luxueuses bagnoles, dont le gros du peuple n’aurait même pas les moyens de s’offrir une roue… La suite va prouver l’inverse à Farès (Sami Bouajila) et à son épouse Meriem (excellente Najla Ben Abdallah, dont c’est un des premiers grands rôles au cinéma). En attendant elle fête sa promotion professionnelle. Autour de quelques verres tous rient, échangent des blagues et commentent sans conviction l’actualité. Ici c’est leur petit coin de paradis, loin des tourments du pauvre monde. Ici on peut laisser gambader les mômes sans trop les surveiller, se laisser aller aux confidences, loin des oreilles indélicates.
Puis c’est l’heure de reprendre la route pour retourner au bercail. Farès et Meriem, sur la lancée de cette belle journée qui s’achève, gazouillent encore tel un couple d’inséparables prévenants et jamais lassés l’un de l’autre. À l’arrière, Aziz, leur fils de neuf ans, exulte, tout autant épanoui, réclamant qu’on monte le son. Les trois se trémoussent en rythme, chantant à tue-tête. Il aura suffi de quelques minutes passées en compagnie de cette petite famille modèle pour percevoir la belle complicité qui règne entre eux et la fierté de Farès envers son fils adoré. Il suffira de quelques secondes, d’une balle perdue entre deux bandes armées, pour que le futur semble voler en éclat…

Voilà les deux parents au chevet d’Aziz, grièvement blessé et auquel il va falloir greffer un rein rapidement. Habitué à ce que tout leur réussisse, que rien ne résiste à leur pouvoir d’achat, les voilà qui fulminent et qui maudissent l’hôpital local qui n’a pas les moyens de celui d’une capitale, la lenteur des soins, les analyses qui n’arrivent pas et qui ne diront pas ce qu'ils veulent entendre, révèleront même un secret… qu'on vous laisse découvrir.
Farès est prêt à tout pour trouver un donneur compatible… Mais jusqu’où peut-on se voiler la face, refuser d’affronter la vérité, jusqu’où peut-on aller pour sauver son enfant, quel prix est-on prêt à payer ?




La caméra qui filme en scope ne lâche pas les protagonistes, les pousse dans leurs retranchements, jusqu’à nous immerger au plus proche de leurs états d’âmes, de leur déshérence.