LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements en chèques, espèces et carte bleue)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CALENDRIER - ACCESSIBILITÉ PMR partie 10
Chers spectatrices et spectateurs,Pour vous parler de l’avancée des travaux au cinéma et alentours, et suivre ainsi le fil de la construction de cette future ligne de tram :Les travaux de la terrasse sont terminés.          Les travaux de la rampe PMR sont terminés.                Les travaux de...

"Un sale métier" à voir sur Mediapart
UN SALE METIER, c’est le titre (emprunté au Voleur de Georges Darien) d’un très chouette film réalisé par Pascal Catheland il y a quelques années, qui est visible en accès libre sur le site de Mediapart pendant une semaine à partir du 26 avril 2020 : Un sale métier / Mediapart. La présentation d...

LES GRANDS VOISINS, LA CITE REVEE
LES GRANDS VOISINS et Utopia Sainte Bernadette à MontpellierUne fois n’est pas coutume, à la suite de nos amis d’Utopia Tournefeuille, nous nous essayons à partager avec vous un film, LES GRANDS VOISINS - et de profiter autant que possible de ce moment pour discuter, ensemble, avec d’autres. San...

LUCKY STRIKE

Écrit et réalisé par KIM Yong-hoon - Corée du Sud 2020 1h48mn VOSTF - avec Jeon Do-yeon, Jung Woo-sung, Bae Sung-woo, Youn Yuh-jung...
Interdit aux moins de 12 ans

Du 05/08/20 au 01/09/20

LUCKY STRIKEPyeongtaek – situé à environ 70 kilomètres au sud de Séoul – plante le décor de cet étonnant et réjouissant polar sud coréen : une zone portuaire à forte activité y côtoie des espaces urbains variés, quartiers populaires et zones commerciales bardées de néons multicolores.
La découverte d’un sac rempli de billets par un frêle employé de sauna sera le point de départ de ce film choral qui verra se croiser – et se heurter – des personnages aussi divers qu’un douanier peu scrupuleux et fou amoureux, une hôtesse de bar, un flic « pot de colle » d’apparence naïve, un prêteur sur gage et une employée de ménage…
La réussite de Lucky Strike repose sur un savant mélange entre le film noir et la comédie grinçante. De maladresses en quiproquos, les personnages se trouvent dépassés par les situations qu’ils ont eux-mêmes initiées, provoquant des réactions en chaînes tantôt violentes, tantôt absurdes. Le film oscille entre suspense et humour (noir) tout en convoquant des figures emblématiques comme celle de la femme fatale, personnage central de cette histoire, poussée ici à son paroxysme dans la manipulation de son entourage et l’usage de la violence, quelle qu'elle soit, si elle s’avère nécessaire à l’atteinte de son objectif.
Le traitement de la lumière et de la couleur est très réussi, associant chacun des personnages à une tonalité particulière. Quant à l’interprétation, elle est portée par une brochette d’acteurs dont la renommée n’est plus à faire en Corée. Une preuve de plus que le pays du matin calme produit de grandes œuvres de cinéma, associant le brio de la mise en scène au plaisir du divertissement.



« Depuis le triomphe mondial de Parasite, plus personne n’ignore la vitalité du cinéma sud-coréen. Ici, un jeune réalisateur inconnu mélange les registres avec la même gourmandise que Bong Joon-ho, et traque les plus vils instincts d’une brochette de personnages inextricablement liés par leur cupidité.
« L’intrigue vaut surtout pour sa narration en puzzle, à la Pulp Fiction, qui permet d’entretenir le mystère sur l’origine et le devenir du magot, mais aussi sur les relations insoupçonnées entre des protagonistes qui n’auraient jamais dû se croiser. Comme l’exige le cahier des charges du thriller sauce kimchi, l’humour et la trivialité viennent atténuer la violence graphique des scènes de meurtre. À ceux qui pourraient reprocher au film d’appliquer des recettes éprouvées et de manier une ironie un peu systématique, on opposera le génial personnage de la mère maquerelle en tailleur immaculé interprétée par Jeon Do-yeon (l’héroïne de The Housemaid, d’Im Sang-soo), qui s’impose dans un emploi généralement dominé par la gent masculine. » (J. Couston, Télérama)