MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 313 DU 26 OCTOBRE AU 6 DÉCEMBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 313 DU 26 OCTOBRE AU 6 DÉCEMBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 312 DU 21 SEPTEMBRE AU 25 OCTOBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 312 DU 21 SEPTEMBRE AU 25 OCTOBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 310 DU 22 JUIN AU 26 JUILLET 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 310 DU 22 JUIN AU 26 JUILLET 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

CHER PUBLIC

UN SEUL MOT D'ORDRE: TOUS AU CINÉ !


[ANNIE COLERE]
[RENDEZ-VOUS AVEC LEO]
[FUMER FAIT TOUSSER]
[LES MIENS]
[SAINT-OMER]

(télécharger la grille de la semaine en pdf)


Avant-première exceptionnelle le dimanche 4 décembre à 11h 15 à Utopia St-Ouen ( précédée du petit déjeuner / vous apportez les viennoiseries, on offre café, thé et jus d'orange ) et suivie d'une rencontre avec les réalisateurs Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert ainsi que l'ancien leader syndical des Ford Blanquefort Philippe Poutou. En partenariat avec le NPA 95.

IL NOUS RESTE LA COLÈRE

Jamila JENDARI et Nicolas BEIRNAERT - documentaire France 2022 1h37mn - avec quelques uns des 900 ouvriers licenciés de Ford Blanquefort, parmi lesquels Philippe Poutou...

Du 04/12/22 au 19/12/22

IL NOUS RESTE LA COLÈRE« Les capitalistes n'ont qu'une seule peur, celle de la solidarité des travailleurs avec la conscience d'être les copropriétaires des usines où ils ont laissé leur santé. » Le regretté Michel Pinçon

C'est l'histoire tristement banale d'un grand groupe industriel qui fait des profits grâce à la qualité du travail de ses ouvriers (plus de 6 milliards de bénéfice en 2017, l'année qui précède l'annonce de la fermeture de l'usine de Blanquefort) tout en fermant une ou des usines qui ont contribué au renom de la marque, C'est donc une histoire que vous ne viendrez pas suivre pour le suspense : on connaît malheureusement la fin. C'est celle de la fermeture de l'usine Ford de Blanquefort, près de Bordeaux, et du combat de ses ouvriers. Un combat plus relayé par les médias que beaucoup d'autres combats dans beaucoup d'autres usines grâce à la présence parmi les salariés en lutte d'un certain Philippe Poutou, par ailleurs trois fois candidat à l'élection présidentielle au nom du NPA.
Du passé faisons table rase, c'est devenu la devise de Ford. Pourtant l'histoire de cette lutte avait, 10 ans auparavant, plutôt bien commencé. Le grand groupe américain avait pêché par excès de confiance en annonçant en 2008 la fermeture de l'usine. La mobilisation des ouvriers et des élus locaux avait stoppé net le siniste processus. Mais quelques années plus tard la donne a changé, le nombre d'ouvriers a baissé, leur âge a augmenté (on est à 50 ans de moyenne) alors que leur syndicalisation est moindre. Et quand Ford revient avec une décision de fermeture présentée comme inéluctable, la lutte est plus difficile à mettre en route chez les ouvriers dépités et largement résignés à accepter un chèque de départ conséquent...
Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert, deux jeunes réalisateurs bordelais, ont décidé de s'immerger dans les coulisses de la lutte et des négociations entre les ouvriers et la direction de Ford. Avec un travail délicat, à la limite du pointillisme, le duo de réalisateurs montre l’âpreté de la lutte, le découragement qui gagne avec des moments d'intense émotion, ces moments de colère quand on réalise à quelle point la confédération nationale syndicale ne suit pas les ouvriers de Blanquefort mais aussi ces moments drôles (il faut dire que Philippe Poutou ne manque pas d'humour) notamment dans un échange téléphonique entre le leader syndical et le ministre de l'Economie Bruno Lemaire. Et malgré l'échec final, ce qu'a réussi l'équipe des ouvriers en lutte de Blanquefort c'est, comme en 1968, faire le pont avec le monde des arts qui se mobilisa avec force concerts (Bernard Lavilliers, Alexis HK, Didier Super... ), contribution de dessinateurs ou d'écrivains qui donnèrent lieu à un très chouette ouvrage collectif, Ford Blanquefort même pas mort, avec notamment un superbe texte de Sorj Chalandon, lu en fin de film, dans lequel un ouvrier fait croire à son père malade sur son lit d'hôpital que les ouvriers ont obtenu la victoire, rejoignant cette phrase du philosophe marxiste Gramsci : « Les seuls combats perdus d'avance sont ceux qu'on ne mène pas. »