Loading

MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA DE RENTRÉE - N°273 ( DU 16 AOÛT AU 26 SEPTEMBRE 2017) À TÉLÉCHARGER
Couv-30ans.jpg, août 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA DE RENTRÉE - N°273 ( DU 16 AOÛT AU 26 SEPTEMBRE 2017) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA 272 ( DU 21 JUIN AU 1ER AOÛT 2017) À TÉLÉCHARGER
Couv-272.jpg, juin 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 272 ( DU 21 JUIN AU 1ER AOÛT 2017) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA 271 ( DU 17 MAI AU 20JUIN 2017) À TÉLÉCHARGER
Couv-271.jpg, mai 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 271 ( DU 17 MAI AU 20JUIN 2017) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA 270 ( DU 5 Avril AU 16 MAI 2017) À TÉLÉCHARGER
couv-270.jpg, avr. 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 270 ( DU 5 Avril AU 16 MAI 2017) À TÉLÉCHARGER...

La séance du mercredi 2 février à 20h30 à Utopia Saint-Ouen sera suivie d’une rencontre exceptionnelle autour du thème :
« pourquoi le data journalisme sur les conflits en cours est il indispensable et fait si peur à nos gouvernements au point qu’ils le censurent ? »
avec Nicolas Kayser-Bril du site OWNI.FR, spécialiste du data journalisme, collaborateur avec Wikileaks de l’application WarLogs et de Giselle Sanchez, mère de soldat français en Afghanistan, créatrice du blog : http://france-afghanistan.blogspot.com/

ARMADILLO

Janus METZ - documentaire Danemark 2010 1h40mn VOSTF - Grand Prix de la Semaine de la Critique, Festival de Cannes 2010.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ARMADILLODisons-le tout net, Armadillo est un film sidérant. Sans exagérer. Le réalisateur Janus Metz va nous faire suivre, depuis leur nid douillet Ikea de la banlieue de Copenhague jusqu’aux montagnes hostiles d’Afghanistan, quelques jeunes Danois engagés pour une guerre lointaine de plus en plus meurtrière alors qu’elle était présentée comme une promenade de santé. Le film s'ouvre comme s'ouvrait Apocalypse Now - plans en surimpression au ralenti d'hélicoptères en vol, sur fond du This is the end des Doors -, posant d'entrée de jeu les questions de la déréalisation de cette guerre et de son enlisement semblable à celui du Vietnam.

On suit particulièrement Mads, le gentil garçon à sa maman, et Daniel, son négatif, le meneur de service, la baraque à grande bouche. Il y a le traditionnel repas de départ, un moment bien silencieux, où tous les proches ont plus la gorge nouée par l’angoisse que par la fierté patriotique. Et la dernière biture entre potes. Puis, au petit matin chagrin, le rendez vous ubuesque en treillis dans un aéroport tout propre. Pour, quelques heures plus tard, en retrouver un qui l’est un peu moins, puis le fort où ils vont vivre en vase clos pendant quelques mois, en l’occurrence le fort Armadillo (armadillo, c'est le nom anglais du tatou, cet animal craintif protégé exclusivement par sa carapace), solidement planté sur une ligne de front au milieu de nulle part… Commence alors l’interminable attente ponctuée de nouvelles pas très rassurantes, puis les premiers contacts au départ chaleureux avec la population civile, et puis, sans prévenir, les premières salves, les premiers blessés, les premiers shoots d’adrénaline, les premiers ennemis tués.
Admirablement mené, Armadillo pourrait être le pendant très réussi pour l’Afghanistan du Full Metal Jacket de Kubrick pour comprendre l’évolution de ces jeunes arrachés à leur univers douillet et qui sont censés devenir en quelques semaines des bêtes de guerre, capables de tuer sans trop d’états d’âme… du moins apparemment. Mais l’ÉNORME différence, et c’est là que le film est littéralement extraordinaire, c'est que Armadillo est un documentaire ! La mise en scène, le montage, la photo, le rythme… n'ont rien à envier aux grands films de fiction sur le Vietnam, et quand on voit les jeunes soldats patrouiller et soudainement se faire canarder de partout, les balles sifflant autour du caméraman, on ne peut pas imaginer une seconde que le cinéaste a pris de tels risques. Eh bien si ! Janus Metz et son équipe sont de vrais cinglés !

Armadillo, c’est du cinéma embarqué, mais rien à voir avec les équipes de Fox News bien planquées au fond d’un char à l'arrière. Et si Armadillo existe, c'est aussi parce que le sens incroyable de la démocratie des Danois les pousse à autoriser à tout montrer à leurs concitoyens, notamment dans cette scène hallucinante où l’on voit trois talibans piégés dans un fossé, achevés froidement par nos « héros » un peu trop boostés à l’adrénaline. Et le film, que l’on a injustement accusé de complaisance parce que volontairement au plus près des seuls Danois, montre au contraire de manière brutale les mécanismes implacables qui déréalisent la guerre, jusqu’au jour où l’ennemi est en face et bien réel et où les jeunes hommes basculent dans l’horreur, celle de voir leurs copains mutilés ou celle – ce sera le cas d'un des jeunes soldats – de porter jusqu’à la fin de ces jours la responsabilité de la mort d’une enfant. C'est secouant, c'est implacable. Et c'est justement parce qu'il est secouant et implacable qu'Armadillo est un plaidoyer pacifiste aussi fort.