Loading

MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA - N°275 ( DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2017) À TÉLÉCHARGER
COUV-275.jpg, oct. 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°275 ( DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2017) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°274 ( DU 27 SEPTEMBRE AU 31 OCTOBRE 2017) À TÉLÉCHARGER
Couv-274.jpg, sept. 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°274 ( DU 27 SEPTEMBRE AU 31 OCTOBRE 2017) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA DE RENTRÉE - N°273 ( DU 16 AOÛT AU 26 SEPTEMBRE 2017) À TÉLÉCHARGER
Couv-30ans.jpg, août 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA DE RENTRÉE - N°273 ( DU 16 AOÛT AU 26 SEPTEMBRE 2017) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA 272 ( DU 21 JUIN AU 1ER AOÛT 2017) À TÉLÉCHARGER
Couv-272.jpg, juin 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 272 ( DU 21 JUIN AU 1ER AOÛT 2017) À TÉLÉCHARGER...

Séance unique le MARDI 5 DÉCEMBRE à 20h30 à Utopia Saint-Ouen l’Aumône
suivie d'une rencontre avec la réalisatrice Christine Seghezzi et Bénédicte Bonzi, présidente d’Inf’OGM
, doctorante en anthropologie sur le thème " Du don et des violences alimentaires ".
Soirée soutenue par Europe Ecologie les Verts, Les Amis de la Confédération Paysanne, les Paniers de Beauchamp et le collectif pour la défense du Triangle de Gonesse contre Europa City

HISTOIRES DE LA PLAINE

Christine SEGHEZZI - documentaire Argentine / France 2016 1h12mn -

Du 05/12/17 au 05/12/17

HISTOIRES DE LA PLAINENous sommes dans la pampa argentine, un petit café, quelques hommes qui semblent attendre, une pompe à essence, un vieil homme qui balaie… Tout est statique, à l’abandon, des champs de soja à l’infini… Il y a quinze ans pourtant, ce même endroit était le centre névralgique d’un élevage bovin extensif qui fournissait la « meilleure viande du monde ». Mais cet élevage demandait des capitaux, des hommes en nombre (donc des salaires), des abattoirs, une chaîne de transformation… Aujourd’hui donc, ce sont d’immenses champs de soja transgénique qui ont pris la place des cheptels et couvrent la plaine jusqu’à l’horizon..

Rythmé par le passage des avions qui font l’épandage de pesticides, Christine Seghezzi dévoile une histoire de profit destructeur, de rentabilité dévastatrice à court terme en promenant sa caméra et en écoutant le témoignage d’hommes et de femmes qui narrent simplement la dévastation d’une région, l’expropriation et la misère, sans compter les conséquences dramatiques sanitaires : maladies, cancers, malformations, mêmes phénomènes pour les animaux. « L’élevage n’est plus ce que c’était [dit un éleveur]. Avant c’était différent, aujourd’hui tout a changé. Aujourd’hui il y a des problèmes. À cause des liquides, à cause de l’air qui a changé. Parfois tu ne sais pas pourquoi, tu trouves une poule morte. De mort subite. Elle meurt. Comme ça. Des fois, des cochons naissent avec des malformations. Ils meurent au bout de deux jours. Ou ils naissent aveugles ou sans oreilles. Il y a quelques jours un cochon est né sans appareil pour uriner. Il a vécu trois jours, puis il est mort. »

Mais la cinéaste va plus loin dans sa mise en scène, à la fois impassible et d’une beauté effroyable. En effet, à la manière de son comparse transandin Patricio Guzmán (Nostalgie de la lumière, Le Bouton de nacre) qui parvenait à parler du Chili contemporain en allant fouiller dans la mémoire collective du pays, Christine Seghezzi va déterrer d’autres histoires qui racontent des massacres et des disparitions sous la dictature militaire jusqu’au populations indiennes qui, auparavant, vivaient également sur ces terres. Elle réussit alors à créer un écho troublant entre la situation actuelle en Argentine et le passé de ce pays qui a construit toute sa mythologie sur la conquête et l’exploitation de ses grands espaces.

Le mot d'Inf'OGM

Inf’OGM est une veille citoyenne qui a pour mission de produire une information contextualisée, référencée et utile au débat public sur les OGM, les biotechnologies et les semences.
Les citoyens ont besoin d’une information la moins orientée possible pour se construire leur opinion.

Cependant, aujourd’hui, nous pouvons affirmer que l’innocuité des OGM n’est pas avérée, que la contamination entre cultures OGM et non OGM est inévitable.
Inf’OGM considère que le débat technique a tendance à éclipser le débat social. Or les défis actuels - crise environnementale, sociale, climatique ... - demandent une vision globale incompatible avec le réductionnisme technique s’attachant à régler les problèmes à court terme.