MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film » : Guillaume Brac
Guillaume Brac, réalisateur : nous avons programmé tous ses films depuis Le naufragé / Un monde sans femme (2012), Tonnerre (2014), Contes de Juillet (2018) et L’île au trésor (2018). Guillaume Brac est venu présenter ce dernier documentaire autour de la Base De Loisirs Cergy et son film Tonnerr...

Message du Théâtre de l'Usine : « En attendant de vous retrouver ! »
Chères spectatrices, chers spectateurs,Suite aux décisions prises par le gouvernement pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, le Théâtre de l’Usine reste fermé jusqu’à nouvel ordre afin de protéger la santé de chacun d’entre nous. L’ensemble des représentations programmées sont à ce jour annu...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film »
Jérôme Soubeyrand, comédien, scénariste et réalisateur que nous avons reçu en décembre 2014 pour la présentation de son film Ceci est mon corps en compagnie de son actrice Laetitia Lopez. Ceci est mon corps est mis en visionnage libre toute cette semaine (dans les films confinés, liens dans la c...

JOURNAL DE BORD D'UN CINÉMA FERMÉ
  LE FACEBOOK UTOPIA95 Mercredi 1er avril 2020 ou comment apprendre à vivre avec le Covid 19(on a raté les 18 épisodes précédents, c’est pour ça qu’on n’y comprend rien) Chers amis utopiens confinés, A l’heure où quelques écrivain(e)s se confi(n)ent  dans des journaux plus ou moins intimes (on v...

LA TOILE DES LECTEURS en partenariat avec la librairie LETTRE ET MERVEILLE
Séance unique le lundi 4 juin à 20h30 à Utopia St-Ouen l'aumône
en soutien aux occupants de la ZAD de Notre Dame des Landes, suivie d'une rencontre avec Serge Quadruppani, traducteur, éditeur et auteur de « Le monde des Grands Projets et ses ennemis - Voyage au cœur des nouvelles pratiques révolutionnaires » .

Soirée avec le soutien du Comité Notre Dame des Landes 95, du NPA, et du Collectif pour le Triangle de Gonesse

L'AN 01

Jacques DOILLON d’après un scénario de Gébé - France 1972 1h30mn - avec Gérard Depardieu, Miou Miou, Coluche, Gérard Jugnot, Jacques Higelin, Christian Clavier, Thierry Lhermitte, Romain Bouteille, François Béranger, Patrice Leconte, Daniel Prevost, Professeur Choron...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

On arrête tout, on réfléchit, et c’est pas triste ! C’était le slogan de ce film mythique, marqué par son époque. Sûr que l’on aurait jamais cru, alors que le film sortait sur notre écran unique de la première salle Utopia, bricolée à la va comme je te pousse, que la farce tournerait aussi mal. Et pourtant, à voir ce qui nous pend au nez, alors que s’ouvre aujourd’hui à Paris la conférence sur la biodiversité, on reste confondus devant l’aveuglement de nos dirigeants qui n’ont d’yeux et d’oreilles que pour la croissance, alors que crève doucement la vie autour de nous. Et pourtant, même le journal de Rothschild nous le corne à l’oreille tous les matins que Dieu fait : permettre à une poignée de loustics de s’enrichir au-delà de ce qu’ils peuvent empifrer n’est pas vraiment raisonnable et ne produit pas de bonheur pour tous les autres qui attendent les miettes au pied de la table. On le sait, la consommation de neuroleptiques explose, l’abus de bondieuseries en tout genre nous prépare des lendemains hurlants, nourris de surexploitation, de pollutions mortelles, de frappes chirurgicales, de voitures piégées, et pire encore… de roues de la fortune, de star Académie et de Téléthons humanitaires pour faire passer tout ça.
On arrête tout, on réfléchit, et c’est pas triste !
Ce serait bien le moins qu’on puisse faire, alors qu’on nous invite à codifier ces abominations dans le texte sacré d’une constitution, concoctée par un vieillard dont la réputation n’est plus à faire. Triste époque, cela sent le massacre.