MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA - N°288 ( du 3 avril au 14 mai 2019) À TÉLÉCHARGER
couv-288-web.jpg, avr. 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°288 ( du 3 avril au 14 mai 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°287 ( du 27 février au 2 avril 2019) À TÉLÉCHARGER
COUV-287.jpg, mar. 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°287 ( du 27 février au 2 avril 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°286 ( du 23 janvier au 26 février 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-286.jpg, janv. 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°286 ( du 23 janvier au 26 février 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°28 ( du 12 décembre 2018 au 22 janvier 2019) À TÉLÉCHARGER
couv-285.jpg, déc. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°28 ( du 12 décembre 2018 au 22 janvier 2019) À TÉLÉCHARGER...

FIN D'AUTOMNE

Yasujiro OZU - Japon 1960 2h08mn VOSTF - avec Setsuko Hara, Yoko Tsukasa, Mariko Okada, Keiji... Scénario de Kogo Noda et Yasujiro.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

FIN D'AUTOMNETrois vieux amis, Taguchi, Mamiya et Hirayama, se réunissent lors d’une cérémonie en mémoire de leur ami Miwa, décédé il y a quelques années. Ils y retrouvent Akiko, la veuve du défunt dont ils étaient tous amoureux dans leur jeunesse, et sa fille, la jolie Ayako, en âge de se marier. Mamiya tente d’organiser une rencontre entre celle-ci et l’un des ses employés.
Mais Ayako n’est pas pressée de trouver un mari, craignant de laisser sa mère toute seule. Les trois amis vont tenter de la convaincre, avec l'aide de Yukiko, amie et collègue de la jeune fille…

« Il existe encore des gens qui croient que le cinéma de Yasujirô Ozu (1903-1963) est intellectuel, qu’il faut être capable d’un effort de concentration supérieur à la normale pendant deux heures pour comprendre et apprécier ses films. Or rien n’est plus faux. Aucun cinéaste n’est plus simple qu’Ozu, plus attentif au confort de son spectateur : tout est doux et détendu, tout est raconté avec simplicité et linéarité.
« Chez Ozu, il n’y a que des micro-événements familiaux extraordinaires (où il est souvent question de rapports entre parents et enfants), des sentiments simples mais intenses, pas de drames spectaculaires mais des traumatismes profonds, et un pays qui passe de la tradition à l’industrialisation… »

(JB Morain, Les Inrocks)