MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA - N°287 ( du 27 février au 2 avril 2019) À TÉLÉCHARGER
COUV-287.jpg, mar. 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°287 ( du 27 février au 2 avril 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°286 ( du 23 janvier au 26 février 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-286.jpg, janv. 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°286 ( du 23 janvier au 26 février 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°28 ( du 12 décembre 2018 au 22 janvier 2019) À TÉLÉCHARGER
couv-285.jpg, déc. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°28 ( du 12 décembre 2018 au 22 janvier 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°284 ( du 31 octobre au 11 décembre 2018) À TÉLÉCHARGER
Couv-284.jpg, oct. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°284 ( du 31 octobre au 11 décembre 2018) À TÉLÉCHARGER...

STAN & OLLIE

Jon S. Baird - GB/USA 2018 1h40mn VOSTF - Scénario de Jeff Pope, d'après le livre Laurel and Hardy : The British Tours de A. J. Marriot.

Du 06/03/19 au 26/03/19

STAN & OLLIE1953. Laurel et Hardy, le plus grand duo comique de tous les temps, se lancent dans une tournée à travers l’Angleterre. Désormais vieillissants et oubliés des plus jeunes, ils peinent à faire salle comble. Mais leurs capacités à se faire rire mutuellement et à se réinventer vont leur permettre de reconquérir le public, et renouer avec le succès. Même si le spectre du passé et de nouvelles épreuves ébranlent la solidité de leur duo, cette tournée est l’occasion unique de réaliser à quel point, humainement, ils comptent l’un pour l’autre…

C’est peut-être le duo comique le plus drôle que le cinéma ait connu à sa grande époque des clowns de l’écran. Laurel et Hardy, c’est plus d’une centaine de films en 30 ans de carrière, entre 1921 et 1952. Une œuvre monumentale qui les a propulsés sur le toit du monde. Ils étaient populaires, ils étaient gentils, ils étaient drôles, et Stan et Ollie leur rend un vibrant hommage à travers un biopic centré sur les années de la fin et du déclin, alors qu’ils pouvaient mesurer aux portes de l’oubli, le poids de leur légende qui les raccrochait encore aux cœurs des spectateurs du monde entier.
Stan et Ollie, c’est l’histoire de deux mythes, l’histoire d’un duo hilarant, l’histoire d’une amitié bouleversante, et un regard mélancolique sur la triste disparition de ces légendes du cinéma balayées par la modernité et l’attrait du jeunisme. Classique dans sa confection accompagnée d’un doux académisme feutré, le film de Jon S. Baird est la démonstration d’un biopic réussi, exercice jamais évident. Le cinéaste trouve le parfait dosage entre tous les ingrédients qui composent sa savoureuse recette. Par son humour imparable, Stan et Ollie nous plonge littéralement dans l’univers des comédies de Laurel et Hardy, ressuscitant leurs meilleurs gags et parvenant à les intégrer à merveille dans un film bourré d’imagination et de trouvailles scénaristiques. En regardant un film sur Laurel et Hardy, on en vient à avoir l’impression de regarder du Laurel et Hardy, chose facilitée par l’immense prestation du tandem John C. Reilly et Steve Coogan, le premier sublimant l’innocente bonhommie touchante d’Oliver Hardy et le second régalant en reprenant à son compte la candide maladresse de Stan Laurel.

Mais plus qu’un simple déroulé factuel alternant rire, émotion, légèreté et mélancolie, Stan et Ollie surprend par sa capacité à prendre de l’épaisseur au fur et à mesure qu’il nous conte l’histoire du duo Laurel et Hardy. En creux de cette balade tragicomique tournant autour de l’amitié indéfectible de deux inséparables du septième art, Jon S. Baird saisit avec justesse un regard sur la vieillesse, le temps qui passe -immuable et inarrêtable-, la condition de l’artiste, la vie et les regrets. Des sujets sérieux traités avec un ton parfois empreint d’une amertume littéralement déchirante, mais qui est compensé par une générosité humoristique débordante, laquelle rythme avec savoir-faire un biopic dont la belle intelligence se cache dans ses plus petits recoins, avec tact, tendresse, subtilité et discrétion. Tout simplement magnifique, un film que l’on aurait aimé voir aux Oscars.

Nicolas Rieux sur mondocine.net